Etre photographe à Dakar

Lire hors-ligne :

L’exposition lilloise « Villes, Capitales d’Afrique » souligne une fois de plus, le potentiel africain en matière de photographie. Mais dans les capitales et ici, à Dakar, l’absence de statut pour régir la profession soumet le photographe aux lois de l’informel. Des initiatives essayent de faire bouger les choses, comme le mois de la photo qui se prépare à Dakar sous la houlette de Boubacar Touré Mandémory.

On a beau se plaindre du manque d’images d’Afrique en dehors de celles que véhiculent les médias occidentaux ou celles que proposent les cartes postales, sur le continent la photographie fait partie du quotidien des habitants. Et malgré leurs réelles galères, qui vont de l’absence de statut à la quasi-indifférence des médias locaux pour l’information par l’image, les photographes qui évoluent dans les capitales africaines restent les témoins de l’évolution de leur société. A Dakar, par exemple, ils constituent une petite corporation informelle qui s’agrandit d’année en année. La relative facilité à posséder un appareil, la simplicité de l’acte photographique sans oublier le chômage qui empoisonne le climat social, sont autant de facteurs qui rendent le métier de photographe accessible à tous. Aujourd’hui, dans la capitale sénégalaise, on devient photographe comme l’on deviendrait taximan. Cela dit, l’absence de formation, la divergence des intérêts et l’indifférence des ministères de tutelle livrent l’activité – comme beaucoup d’activités importées – aux lois du secteur informel.
En général, dans la journée, les photographes se regroupent dans le centre ville, autour des laboratoires à développement rapide où l’on peut les voir en pleine palabre ou penchés sur les tables lumineuses en train de trier leurs négatifs. La plupart travaillent en free-lance ou en petits groupes et fixent leurs propres tarifs. Leur clientèle regroupe toutes les composantes de la société. Séminaristes, religieux, hommes d’affaires, étudiants, artistes, sportifs, etc. : outre les célébrations familiales, les photographes sont en permanence à l’affût du moindre événement pouvant susciter une demande d’images souvenirs. Quand l’occasion se présente, ils pratiquent ce que l’on appelle le « dreed« , terme wolof, qui désigne les expéditions de choc qu’ils organisent. Par groupes, ils se rendent sur les lieux avec chacun une tâche précise. Les premiers font les photos, alors que les seconds courent à tour de rôle au laboratoire et reviennent proposer les images aux participants de la manifestation à sa sortie. Les gains sont partagés équitablement. Vu le foisonnement de photographes, il est clair que ces expéditions occasionnent souvent de chaudes discussions. « Le dreed a été une véritable révolution dans la photographie à Dakar, dit Oumar Diop. Car c’étaient les photographes qui allaient vers l’événement contrairement aux photographes de studio. » Photographe depuis 15 ans, il fait partie de ceux qui ont participé à l’émergence du métier tel qu’il se pratique aujourd’hui. Pourtant, comme ceux de son époque, l’engouement lucratif que provoque la photographie l’inquiète. Doté d’une fidèle clientèle qui lui permet de toucher 250 à 300 000 FCFA par trimestre, il déclare fièrement ne travailler que sur commande. « Moi je suis venu à la photo par amour de l’image. Mais aujourd’hui cela ne signifie plus rien. Beaucoup de petits chômeurs s’y sont lancés. La qualité du travail a baissé. La photographie est dévalorisée. »
Les laboratoires à développement rapide ont, malgré eux, une responsabilité importante dans cette situation. Apparus à la fin des années 70, la plupart sont tenus par des Coréens qui ont immigré en Afrique à la même époque. Leur rapide propagation a provoqué la désertion des petits studios indépendants qui travaillaient essentiellement en noir et blanc. Il est clair que ce contexte de chaos mercantile leur convient tout à fait. Rivalisant de tarifs préférentiels sur les tirages et sur les développements, leur objectif est de s’attirer un maximum de photographes sans tenir compte des motivations des uns et des autres. En échange d’avantages dérisoires : des casiers dans lesquels les plus réguliers ou les plus anciens peuvent ranger leur matériel ou stocker leurs négatifs ; la prise de messages téléphoniques ; dans certain cas, des cartes de visite ; ou encore, plus douteux, le « droit » de porter le gilet floqué des références de la maison. « Nous savons tous que ces laboratoires nous exploitent, admet Oumar. Mais nous allons revendiquer quoi, auprès de qui ? L’Etat ne veut pas toucher à l’informel. Nous travaillons tous les jours, mais nous ne sommes protégés par rien du tout. Nous n’avons pas de retraite maladie, pas d’assurance, rien » Les intérêts des uns des autres, la plupart du temps aux antipodes, ont voué à l’échec les nombreuses tentatives d’association ou de syndicat. Car comme pour les gérants de laboratoire, la majorité des photographes éprouve l’intérêt alimentaire à ce que demeure la confusion autour de la profession.
Les quelques photographes cherchant à développer des travaux d’auteur ou de journaliste en souffrent énormément. Pas uniquement pour des raisons lucratives car ils parviennent à exporter leurs productions vers les médias occidentaux ou à les proposer à des ONG sur place, mais surtout parce que cette absence de statut les empêche d’exister en tant que tel. De proposer leur regard sur leur société à leurs concitoyens. A part quelques rares exceptions, l’indifférence des journaux pour l’information par l’image, la médiocrité de la reproduction iconographique ajoutée à la platitude des lignes éditoriales les éloignent des médias locaux. Et l’absence générale de culture de l’image isole leur travail.
C’est le cas de Boubacar Touré Mandémory. Photographe professionnel depuis une vingtaine d’années, il travaille inlassablement sur son entourage. Pour vivre, il répond ponctuellement aux commandes de journaux et d’organismes occidentaux ou de grosses pointures du secteur culturel. « Où est-ce que tu vas trouver à Dakar quelqu’un qui va te parler de la photographie au Sénégal ? », demande t-il. « Il n’y a personne. Que ce soit les journalistes ou les universitaires. Les Occidentaux connaissent mieux l’histoire de notre photographie que nous même. Il y a toute une éducation à faire. » Depuis quelques années, Touré se démène pour organiser tous les ans un mois de la photo à Dakar afin d’exposer et débattre autour de cette photographie populaire qu’il estime, paradoxalement et quoi qu’on en dise, révélatrice d’une certaine réalité. « On a trop souvent négligé leur témoignage. Mais il faut savoir que les photographes sont partout. Ils sont au courant de tout. Et même si leurs images sont destinées à rester dans les maisons, ils jouent un rôle dans l’image que notre société a d’elle-même. Exposer leurs productions peut, dans l’avenir, pousser les photographes à adopter une démarche culturelle. » Cette année, il était question d’y associer tous ceux qui peuplent l’univers informel de la photographie à Dakar. Le petit vendeur de photographies ambulant, le laborantin, le réparateur d’appareil ou encore, le vieux collectionneur, autant de métiers et d’histoires de personnes qui, malgré la difficulté du contexte, vivent, parfois dans l’ombre, une réelle passion pour l’image.

///Article N° : 1609

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire