Événements

Moroni Blues
Une soirée carte blanche à la rencontre de Moroni, capitale des Comores, à l’occasion de la parution d’un ouvrage de notre collaborateur Soeuf Elbadawi, journaliste et auteur. Avec au programme : projection vidéo, rencontre autour du livre, concert…

Français

Projection de Moroni, Undroni, Mndroni, conversation filmée autour du repli communautaire et de la question de la citoyenneté ouverte dans une cité insulaire. Un projet co-signé par Soeuf Elbadawi et Ahmed Jaffar, qui avait été réalisé dans le cadre d’une installation-mcezo présenté au festival du film d’Afrique et des Îles à l’île de la Réunion en 2006.

Causerie autour de Moroni Blues/ chap. II (éd. Bilk & Soul), le livre de Soeuf Elbadawi sur la ville de Moroni. « L’auteur interroge les siens sur le destin d’une ville de brassage. Une réflexion sur Moroni entre poème d’amour en images et lettre polémique à nos vieux oncles » selon BB. Un livre qui a forcé le débat sur la nécessité d’une nouvelle citoyenneté située au-delà des communautarismes de village aux Comores, tout en suscitant une vive polémique de la part de certains habitants de Moroni, qui y voient une critique « acerbe » contre ce qui fonde leur existence depuis des lustres. Ancien collaborateur de Radio France Internationale, aujourd’hui entre Paris et Moroni, Soeuf Elbadawi est journaliste à Africultures en France et à Kashkazi aux Comores. Il est également comédien.

En musique, Mikidache, Baco, Fabrice Thompson et Jean-François Paux… viennent partager cette soirée dédiée à Moroni. Les deux premiers sont des artistes Comoriens de Mayotte, le second est Guyanais, le troisième Français. Une manière de célébrer le mélange des cultures tout en rythmes et mélodies. Au nom peut-être d’une nouvelle citoyenneté du monde à réinventer, en évitant les pièges de la question des origines. Ce sur quoi le livre de Soeuf Elbadawi met le doigt.