Événements

Salon africain du livre de la presse et de la culture 2007
4e édition – sur le thème « Imaginons l’avenir de l’Afrique » dans le cadre du 21e salon du livre de Genève

Français

L’Afrique en marche est le thème général des trois prochaines années du Salon.
Nous regarderons cette Afrique de tous côtés à travers ses essais, ses réalités, ses témoignages et ses fictions pour le meilleur et malheureusement aussi pour le pire. Tous les scénarii imaginés ou fictifs seront débattus de 2007 à 2009.
Cette année, nous Imaginons l’avenir de l’Afrique. Aux côtés d’Aminata D. Traoré et de tous nos invités, nous souhaitons renverser les idées reçues sur l’Afrique et ses rapports avec le monde. En menant des débats où littérature et politique s’entremêlent pour plaire à tous, nous inventerons et explorerons les futurs du continent africain. De la transmission possible et impossible du passé africain naît des avenirs possibles ou impossibles de tout un continent ; si par malheur des criminels de guerre ne sont pas jugés, que deviennent les survivants par exemple d’un génocide ? Pour la quatrième année, nous continuons à inscrire une littérature d’Afrique1 dans la vie littéraire suisse et à faire connaître et partager les grands débats qui secouent et questionnent notre humanité mais aussi notre inhumanité.
Jeunesse et développement, thème 2007 de la DDC, sera l’un des sujets de cette nouvelle édition. Il est impossible de ne pas prendre en compte cette jeunesse majoritairement représentée dans le déroulement de l’avenir d’un continent et de son développement que nous souhaitons tous le plus humain possible. Sachant que la population du continent africain est la plus jeune du monde.
Cette année, le Salon africain accueillera Aminata D. Traoré, Blandine et Odile Sankara, soeurs de Thomas Sankara, président du Burkina Faso assassiné il y a vingt ans, Nana Julien, Jean Ziegler, Fadel Dia, Koulsy Lamko, Nuruddin Farah, Emmanuel Boundzéki Dongala, Khadi Hane, René Holenstein, Aggée Célestin Lomo Myazhiom, Catherine Coquio, Pierre Bordage, Jean Hatzfeld, Odile Biyidi Tobner, Abdourahman A. Wabéri, Bessora, Wilfried N’Sondé, Abdulaï Sila, Tierno Monemembo, Edem, Romuald Fonkoua, Xavier Harel, Madeleine Mukamabano et Elikia M’Bokolo, journalistes à RFI, Denise Epoté Durant, directrice de TV5-Afrique (Paris) et Alfred Dan Moussa, directeur des rédactions du groupe Fraternité- Matin et nouveau vice-président international de l’UPF (Abidjan).
Des auteurs, des journalistes, des hommes et des femmes inventant l’avenir, mais aussi des éditrices et éditeurs avec les Éditions Présence africaine, créées à Dakar en 1947 par des auteurs en résistance, sous réserve Moussa Konaté, écrivain et éditeur malien et les Éditions Monde global, Abdulaï Sila de Guinée-Bissau, les Éditions Bakamé du Rwanda et bien d’autres invités viendront raconter les avenirs d’un continent, de sa littérature, de sa jeunesse, de ses maladies et de ses espoirs.
Nous rendrons hommage à Thomas Sankara assassiné en 1987. Thomas Sankara rêvait l’Afrique autre, il avait osé inventer un avenir sans maître blanc ; nous en parlerons en compagnie de ses soeurs Odile et Blandine, et de quelquesuns de ses amis et biographes, notamment Koulsy Lamko, Nana Julien et Jean Ziegler dans la table ronde Sankara et notre temps : un homme assassiné, 20 ans déjà.
Nous rendrons aussi hommage à Joseph Ki-Zerbo, décédé en 2006, grand historien burkinabé qui fut aussi l’un des nôtres à Genève, en compagnie de René Holenstein et Elikia M’Bokolo (sous réserve) dans L’avenir de l’Afrique rêvée par Ki-Zerbo.
Nous parlerons de Littératures résistantes ou comment écrire un futur avec Aggée Célestin Lomo Myazhiom, directeur de la collection Latitudes noires chez Homnisphères. Puis Mongo Béti, essayiste et romancier autour des oeuvres complètes de Mongo Béti (Homnisphères et Gallimard), en compagnie d’Odile Biyidi Tobner, sa compagne.
Sous réserve, Romuald Fonkoua racontera une épopée éditoriale née en 1947, celle de Présence africaine ; quand des écrivains d’Afrique et leurs amis écrivains du monde entier accordaient ensemble leurs plumes ivres de liberté, après le long et terrible combat anti-colonial.
Comment parler d’avenir sans évoquer Les avenirs possibles d’un continent bradé aux pays du Nord avec Aminata D. Traoré, d’un continent en guerre avec Jean Hatzfeld, d’un continent nommé les Etats-Unis d’Afrique de l’auteur visionnaire Abdourahman A. Wabéri, Redevenir après un génocide aux côtés de Catherine Coquio, enseignante chercheuse à l’université de Paris IV Sorbonne et présidente de l’Association internationale de recherche sur les crimes et génocides, un continent En face du sida aux côtés de Aggée Célestin Lomo Myazhiom, et encore des enjeux des migrations de populations avec Bessora, Khadi Hane et Wilfried N’Sondé, pour un tour du monde dans Allers-retours : partir pour l’avenir. Bien d’autres débats ponctueront cette édition : Sans pétrole, quel avenir ? Quelles littératures demain ? Être jeune là-bas et ici, La femme e(s)t l’avenir de l’homme, etc.
Nos rencontres, tables rondes, conversations seront animées par de nombreux journalistes fidèles du Salon, dont Bernard Magnier, Jacques Chevrier, Anne-Cécile Robert et sous réserve Madeleine Mukamabano et Elikia M’Bokolo, Denise Epoté Durant, et Alfred Dan Moussa.
1 Les années précédentes, ce Salon a accueilli entre autres prestigieux écrivains : Wole Soyinka, Nuruddin Farah, Joseph Ki-Zerbo, Aminata Sow Fall, André Brink, Boubacar Boris Diop, etc.