Événements

Agenda du mois de décembre
Musique, Théâtre, Conférences et rencontres, Exposition, Cinéma, Documentaires, Cours et Ateliers, Médiathèque…

Français

[Info: ce vendredi 30 novembre, rencontre-dédicace et rencontre-débat sur le thème des Tirailleurs sénégalais, avec Marc Dugain, Eric Deroo, Pierre Sammy MackFoy…]

Samedi 1er décembre
Exposition // « Démarches urbaines » avec Ndoye Douts, Ousmane Mbaye et Birame Ndiaye // de 11h à 19h du mardi au samedi // Galerie Le Manège // Entrée libre // exposition jusqu’au
29 décembre
Exposition // « Martin Dixon, photographies » de Martin Dixon // de 10h à 18h du lundi au vendredi // Pôle Linguistique // Entrée libre // exposition jusqu’au 7 décembre
Cinéma // Festival « Images du Tirailleur » : La Médaille de la honte, pièce de théâtre filmée de Tiburce Koffi // 10h // Salle de Cinéma // Entrée libre
Cinéma // Festival « Images du Tirailleur » : Histoire oubliée, soldats noirs, de Eric Deroo // 11h30 // Salle de Cinéma // Entrée libre
Cinéma // Festival « Images du Tirailleur » : Tasuma (Le feu), de Sanou Kollo Daniel // 15h30 // Salle de Cinéma // Entrée libre
Cinéma // Festival « Images du Tirailleur » : Les Tirailleurs sénégalais, de Eric Deroo et Alain de Sedouy // 17h // Salle de Cinéma // Entrée libre

Mardi 4 décembre
Cinéma // Téranga Blues de Moussa Sène Absa // 18h30 // Salle de Cinéma // Tarifs : 1000 fcfa / Adhérents : 500 fcfa
Théâtre // « Monnè, outrages et défis », de Ahmadou Kourouma // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarifs : 3000 fcfa / Etudiants : 1000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 26 novembre

Mercredi 5 décembre
Vidéo // La Petite sirène // Animation Jeunesse, 1993, 55 min // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
Conférence // « Images et mémoire du Sénégal » par Xavier Ricou // 18h // Salle de Cinéma // Entrée libre

Jeudi 6 décembre
Exposition // « Portraits d’ancêtres » présentée par Xavier Ricou // de 9h30 à 18h du lundi au samedi // Médiathèque // Entrée libre // exposition jusqu’au 28 décembre
Cinéma // Téranga Blues de Moussa Sène Absa // 18h30 & 20h30 // Salle de Cinéma // Tarifs : 1000 fcfa / Adhérents : 500 fcfa

Vendredi 7 décembre
Cinéma // Téranga Blues de Moussa Sène Absa // 18h30 & 20h30 // Salle de Cinéma // Tarifs : 1000 fcfa / Adhérents : 500 fcfa

Samedi 8 décembre
Documentaire // De l’Utilisation des bulles de savon, de Michel Jugnet // Documentaire’Physique’, 1991, 19 min // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre

Lundi 10 décembre
Rencontre littéraire // « Rêver l’Afrique et l’écrire » avec Jean-Christophe Rufin et Andreï Makine // 18h // Salle de Cinéma // Entrée libre

Mardi 11 décembre
Cinéma // Africa Paradis de S. Amoussou // 18h30 & 20h30 // Salle de Cinéma // Tarifs : 1000 fcfa / Adhérents : 500 fcfa

Mercredi 12 décembre
Documentaire // Enki Bilal, de Jean-Loup Martin // Documentaire’Bande-dessinée’, 1998, 26 min // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
Musique // « Hip-Hop Awards » avec Tiken Jah Fakoly, Dread Maxime, Xuman, Koppo et Mame Xa // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarif unique: 5000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 3 décembre

Jeudi 13 décembre
Cinéma // Africa Paradis de S. Amoussou // 18h30 & 20h30 // Salle de Cinéma // Tarifs : 1000 fcfa / Adhérents : 500 fcfa

Vendredi 14 décembre
Musique // « Hip-Hop Awards » avec Krys, Carlou D, Ardiess, Fonetic, Matador et Keyti // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarif unique: 3000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 3 décembre

Samedi 15 décembre
Documentaire // Paludisme, l’hécatombe silencieuse, de Bernard Germain et Jean Vercoutère // Documentaire’Santé’, 1999, 52 min // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
Musique // Lord Kossity // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarif: 3000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 3 décembre

Mercredi 19 décembre
Documentaire // Le Cirque Calder, de Carlos Vilardebo // Documentaire’Arts’, 1961, 19 min // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
Musique (Jazz) // Carl Schlosser Quartet // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarif unique: 3000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 10 décembre

Samedi 22 décembre
Documentaire // Senghor : un long poème rythmé, de Béatrice Soulé // Documentaire’Littérature’, 1996, 50 min // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre

Mercredi 26 décembre
Documentaire // L’Homme qui danse, de Valéria Urréa // Documentaire’Danse’, 2004, 59 min // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre

Samedi 29 décembre
Documentaire // Le Collège de France dans le siècle, de Marcel Bluwal // Documentaire’Science’, 1993, 80 min // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre


[Les Cours du Pôle Linguistique]
Le français du secrétariat
Perfectionnement de l’écrit
Perfectionnement de l’oral
Préparation au DALF C1



Musique

Festival Hip-Hop Awards – 7ème édition
Optimiste Produktions présente la 7e édition du Festival Hip-Hop Awards qui est devenu le plus grand rendez-vous annuel du mouvement Hip-Hop africain.

Hip-Hop Awards avec Tiken Jah Fakoly
Mercredi 12 décembre // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarif unique : 5000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 3 décembre
Avec: Tiken Jah Fakoly (Côte d’Ivoire), Dread Maxime (Sénégal), Xuman (Sénégal), Koppo (Cameroun) et Mame XA (Sénégal)
Tiken Jah Fakoly (Côte d’Ivoire) : A travers ses compositions, Tiken Jah Fakoly démêle l’écheveau d’une réalité politique et sociale confuse à l’aide d’un langage simple et direct. Sa pertinence, son audace, son acharnement lui ont permis d’occuper aujourd’hui une place prépondérante dans le reggae africain. En France, ses albums Françafrique et Coup de Gueule ont été certifiés Disques d’or, et, en 2003, une Victoire de la Musique lui a été décernée. Sur son nouvel album, Tiken Jah Fakoly est L’Africain aux identités multiples, condamné à l’exil, déchiré entre tradition et modernité. Il y réaffirme l’unité de l’Afrique et sa richesse culturelle.

Hip-Hop Awards avec Krys
Vendredi 14 décembre // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarif unique: 3000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 3 décembre
Avec Krys (France), Carlou D (Sénégal), Ardiess (Bénin), Fonetic (Togo), Matador (Sénégal) et Keyti (Sénégal)
Krys (France) : Agé d’à peine 22 ans, originaire de la Guadeloupe, Krys est aujourd’hui devenu un acteur incontournable de la scène Ragga/Dancehall. Souvent comparé à Admiral T, artiste qu’il respecte énormément, Krys revendique néanmoins sa propre personnalité et veut imposer son style. Ses compositions abordent différents aspects de la société, de la politique à la fête en passant par les relations entre hommes et femmes. Son nouvel album K-Rysmatik livre un patchwork réussi, en alignant des titres en français et en créole, aux ambiances festives et aux compositions plus engagées, s’inspirant des difficultés du quotidien et de la réalité caribéenne.

Hip-Hop Awards avec Lord Kossity
Samedi 15 décembre // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarif unique: 3000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 3 décembre
Avec Lord Kossity
Après une nouvelle immersion dans l’antre des maîtres du reggae, aux sources du dancehall, de la soca et du reggaeton, Lord Kossity présente son dixième album Danger Zone : un pur jus saisissant de sons et de rythmiques caribéennes. Lord Kossity s’est révélé dans la chaleur des dance halls, des sound systems, des soirées, sur les plages partout où il a pu s’emparer d’un micro. Lord Kossity puise son inspiration aux sources de la soul, du côté d’Aretha Franklin, de James Brown, de Peter Tosh et Bob Marley et même de la musique classique. Ensuite armé d’un sens de l’observation aiguisée, il ne lui reste qu’à décrire les ambiances qu’il traverse. Les filles, la séduction, les rivalités masculines restent ses thèmes favoris. Aujourd’hui ce phénomène de la scène prépare un show de grande envergure. Le regard tourné vers les Etats-Unis et le cinéma, il continue de se forger sa philosophie: passer toutes les frontières et repousser les limites de la création artistique.

Carl Schlosser Quartet (Jazz)
Mercredi 19 décembre // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarif unique: 3000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 10 décembre
Carl Schlosser : saxophone, flûte
Michel Boudjéma : piano
Cyril Babin : basse
Sébastien Jonckheere : drums
Saxophoniste, flûtiste mais aussi compositeur, Carl Schlosser et sa musique ne peuvent laisser indifférent. Récompensé par le Prix  » Main Stream  » de l’Académie du Jazz en 1992, il n’a cessé depuis de rencontrer les plus grands : Stéphane Grappelli, Michel Petrucciani, Dee Dee Bridgewater, Ray Charles… Carl Schlosser est un musicien qui privilégie l’expression musicale, la sensibilité du phrasé, l’énergie et la diversité du répertoire. De formation classique à la flûte traversière et autodidacte au saxophone ténor, il expérimente des sonorités très diverses à la flûte basse, au piccolo…, instruments qu’il mêle avec aisance en cours de morceaux. Très influencé par la musique afro-américaine, il fait se rencontrer avec talent des morceaux très différents des débuts du Jazz et d’aujourd’hui, avec comme dénominateur commun une référence très forte au blues.

Théâtre

Monnè, outrages et défis
Mardi 4 décembre // 20h30 // Théâtre de Verdure // Tarifs: 3000 fcfa / Étudiants : 1000 fcfa // Pré-vente à partir du lundi 26 novembre
Texte : Ahmadou Kourouma
Mise en scène : Stéphanie Loïk
Djigui Keita,  » roi des pays de Soba dans le Madingue « , règne sur ses terres lorsqu’arrivent les Nazaréens de Faidherbe. D’abord hostile, il décide de résister mais, peu à peu, succombe et, de malentendus en compromissions, devient l’infortuné complice des envahisseurs et conduit son peuple vers le monnè – l’outrage en malinké, la langue maternelle de l’auteur – de la colonisation, au terme de ses 120 ans de règne. Monnè, outrages et défis est un conte féroce, une farce ironique, une tragédie historique, une épopée rapportée par Djigui et son griot, mais surtout un grand roman, le second de l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma.
« L’oeuvre au vitriol, construite comme une épopée, retrace l’arrivée des colonisateurs et la collaboration qui s’ensuit. Le plateau est nu, de couleur rouge comme souvent la terre d’Afrique. […] Les acteurs évoluent à l’économie avec une précision millimétrée, ce qui crée dans l’espace une sorte de chorégraphie codée sur une bande-son très rythmée qui évoque le continent noir, rouge du sang des ancêtres. » Muriel Steinmetz, L’Humanité, mars 2007

Exposition

Démarches urbaines
Du 22 novembre au 29 décembre // 11h – 19h du mardi au samedi // Galerie Le Manège // Entrée libre
Trois artistes, trois démarches, trois visions de la ville.
Ndoye Douts – peinture : Il crée depuis plusieurs années un véritable kaléidoscope poétique de son quartier. Murs décrépits, linge qui sèche, antennes de télévision griffant le ciel, cars rapides et petits personnages constituent l’univers pictural de Douts.
Ousmane Mbaye – design : Son matériau de prédilection est le fer galvanisé. Il récupère et découpe des fûts de pétrole dont les couleurs chaudes contrastent avec l’aspect froid du métal.
Birame Ndiaye – peinture : Des silhouettes ou des visages apparaissent dans ses oeuvres et parfois même envahissent la toile, comme pour tenter de redonner un peu d’humanité à cet environnement urbain hostile.

Martin Dixon, Photographies
Du 8 novembre au 7 décembre // 10h – 18h du lundi au vendredi // Pôle Linguistique // Entrée libre
Martin Dixon pratique la photographie depuis l’âge de 16 ans. Il a grandi à Brooklyn, le quartier de New-York le plus peuplé, où il vient tout juste de se réinstaller. Son premier professeur fut Roy Decarava, photographe qui se fit notamment connaître dans les années 50 par ses images de la vie quotidienne à Harlem et ses portraits de musiciens comme John Coltrane ou Billie Holiday. Martin Dixon se décrit volontiers comme un « chasseur d’images ». Il définit la photographie avant tout comme un « art de la réalité » et s’intéresse au sujet dans son environnement, comme une partie d’un tout. Les photos présentées ont été réalisées avec un appareil numérique. Martin utilise souvent un objectif de 20 mm qui lui permet d’être proche de son sujet. « S’il y a une distance trop grande entre le photographe et son sujet, alors il y en aura aussi une entre celui qui regarde la photo et le sujet photographié ». Il réalise le plus souvent ses prises de vue sur le vif sans mise en scène. Depuis 2003, Martin a effectué de courts séjours au Sénégal avant de s’installer à partir de 2006 pour un an à Dakar. Il a constitué une banque d’images qui regroupe 15 000 photos du Sénégal. L’ONG Plan International lui a commandé plusieurs reportages sur des projets de microfinance (accès à l’eau, poste de santé….). Il a également travaillé pour l’agence European Photo Press (suivi des élections au Sénégal et en Mauritanie) et pour plusieurs organisations non-gouvernementales comme Trust Africa, Ford Foundation, Oxfam America et Save the Children Suède. Il a publié en 2000 un ouvrage intitulé Brooklyn Kings, New-York city’s black bikers aux Editions Power House books.

Portraits d’ancêtres
Du 5 au 28 décembre // 9h30 – 18h du lundi au samedi // Médiathèque // Entrée libre
Présentée par Xavier Ricou
Cette sélection de portraits d’anciennes familles métisses saint-louisiennes ou goréennes revient sur l’histoire de cette puissante société bourgeoise, qui se confond avec l’Histoire du Sénégal, à travers ses drames – l’esclavage, les guerres coloniales – mais aussi ses épisodes plus heureux – l’ère des signares, la traite de la gomme arabique, l’aventure de l’aéropostale, les expositions coloniales, etc.
En marge de la conférence « Images et mémoire du Sénégal « (5 décembre).

Conférences et rencontres

Images et Mémoire du Sénégal
Mercredi 5 décembre // 18h // Salle de Cinéma // Entrée libre
Par Xavier Ricou
L’auteur nous conduit au coeur de l’économie et de la vie quotidienne du Sénégal colonial : celui de la rencontre entre l’Europe et l’Afrique, celui de l’esclavage et de l’économie de traite, mais aussi de l’émergence d’une société métisse, expression d’une synthèse culturelle dont a hérité le Sénégal contemporain.
Xavier Ricou est l’auteur de Trésors de l’iconographie du Sénégal colonial (Paris : Riveneuve). De culture et d’origines métisses, architecte de formation, il est actuellement directeur des grands travaux à l’APIX (Agence nationale chargée de la promotion de l’investissement et des grands travaux).
En marge de l’exposition « Portraits d’ancêtres « (du 5 au 28 décembre).

Rêver l’Afrique et l’écrire
Lundi 10 décembre // 18h // Salle de Cinéma // Entrée libre
Avec S.E.M. Jean-Christophe Rufin et Andréï Makine
Modérateur: M. Aloyse-Raymond Ndiaye, Vice-Recteur honoraire de l’Agence Universitaire de la Francophonie
Source inépuisable d’inspiration des écrivains de tous continents, gisement d’une création littéraire importante mais parfois méconnue, l’Afrique est vécue mais aussi rêvée. Elle se dévoile à travers une parole littéraire qui hésite entre dire l’idéal et dire le réel, et qui rêve l’Afrique entre utopie et nostalgie.
Jean-Christophe Rufin, docteur en médecine et écrivain passionné des relations Nord-Sud, a mené au cours de sa carrière humanitaire de nombreuses missions en Afrique qui lui ont inspiré plusieurs de ses oeuvres. Son roman L’Abyssin a reçu en 1997 le Prix Goncourt du Premier Roman, Les causes perdues le Prix Interallié en 1999, et Rouge Brésil le Prix Goncourt en 2001. Son dernier roman, Le Parfum d’Adam, est sorti en 2007. Jean-Christophe Rufin est, depuis septembre 2007, Ambassadeur de France au Sénégal.
Andreï Makine, écrivain français d’origine russe, est auteur de plusieurs romans dont Le Testament français – Prix Goncourt, Prix Médicis et Prix Goncourt des Lycéens en 1995 -, Le Crime d’Olga Arbélina (1998), Requiem pour l’Est (2000), La Musique d’une vie (2001), La Terre et le ciel de Jacques Dorme (2003). Ses romans – tous écrits en français, sa langue seconde – sont traduits dans plus d’une trentaine de langues.
Un événement en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie et l’Ambassade de France au Sénégal.

Cinéma

La Médaille de la honte, pièce de théâtre filmée de Tiburce Koffi (Théâtre, Côte d’Ivoire, 2006, 75 min)
Samedi 1er décembre // 10h // Salle de Cinéma // Entrée libre
Ancien combattant, Afai est aujourd’hui sans argent, face à une famille à nourrir. Convaincu qu’une décoration de militant du Parti lui rendrait son prestige et ouvrirait les portes de maints privilèges, il est prêt à tout pour avoir sa médaille… Il irait jusqu’à vendre le corps de sa femme avant de sortir de sa désillusion.

Histoire oubliée, soldats noirs, de Eric Deroo (Documentaire ‘Histoire’, France, 1985, 55 min)
Samedi 1er décembre // 11h30 // Salle de Cinéma // Entrée libre
Dans un café des Ardennes, le réalisateur surprend une conversation : en mai 1940, des tirailleurs sénégalais auraient combattu dans les épaisses forêts voisines. Ils auraient même résisté près d’un mois alors que le front se disloquait. Partant d’une évocation de ces combats, le film nous emmène à la recherche des rescapés, en Afrique, dans leurs villes et leurs villages.

Tasuma (Le feu), de Sanou Kollo Daniel (Comédie dramatique, Burkina-Faso/France, 2003, 90 min
Samedi 1er décembre // 15h30 // Salle de Cinéma // Entrée libre
« Lundi matin, Sogo, sa musette et son vélo, s’en va vers Bobo pour toucher sa pension, le vent dans le dos, le destin au loin, puisque c’est ainsi, il reviendra demain… » C’est cette chanson de Doba le fou qui accompagne Sogo Sanon, « Tasuma » de son surnom, un ancien tirailleur qui a combattu dans les rangs de l’armée française durant les guerres d’Indochine et d’Algérie. Ce lundi matin, après de longues années d’une infructueuse et pénible attente, Sogo est convaincu qu’il va enfin toucher sa pension de retraite d’ancien combattant…

Les Tirailleurs sénégalais, de Eric Deroo et Alain de Sedouy (Documentaire ‘Histoire’, France, 1992, 52 min)
Samedi 1er décembre // 17h // Salle de Cinéma // Entrée libre
Le principe du film est de dérouler parallèlement l’histoire des tirailleurs sénégalais, essentiellement sur le plan militaire et sur trois grandes périodes – 1914-1918, 1939-1940, la France Libre -, les guerres coloniales et l’histoire individuelle de deux anciens tirailleurs. Autour d’eux, se greffent des témoignages, ainsi que des archives permettant de comprendre la place de l’engagement des tirailleurs dans l’évolution des ex-Afrique occidentale française et Afrique équatoriale française.

Africa Paradis, de Sylvestre Amoussou (Comédie dramatique, Bénin/France, 2007, 86 min) // Mardi 11 décembre à 18h30 et 20h30 // Jeudi 13 décembre à 18h30 et 20h30 // Salle de Cinéma // Tarifs : 1000 fcfa / Adhérents : 500 fcfa
Avec Stéphane Roux, Eriq Ebouaney, Sylvestre Amoussou
Dans un futur imaginaire, l’Afrique est entrée dans une ère de grande prospérité, tandis que l’Europe a sombré dans la misère et le sous-développement. Olivier, informaticien sans travail, vit avec Pauline, institutrice elle aussi au chômage. Ils décident d’immigrer aux Etats-Unis d’Afrique où ils entrent clandestinement. Ils commencent alors une vie de sans-papiers et découvriront les dures réalités de l’immigration.

Téranga Blues, de Moussa Sène Absa (Drame, Sénégal/France, 2006, 96 min)
Mardi 4 décembre à 18h30 // Jeudi 6 décembre à 18h30 et 20h30 // Vendredi 7 décembre à 18h30 et 20h30 // Salle de Cinéma // Tarifs : 1000 fcfa / Adhérents : 500 fcfa
Avec Lord Alajiman, Juliette Ba, Zéka La Plaine, Yakhara Deme
Madiké Diop, alias Dick, est expulsé de Paris et débarque à l’aéroport de Dakar menottes aux poignets. Il a honte et un sentiment de violence grandit en lui. Un vieil ami d’enfance le met à l’aise et l’intègre à son groupe qui fait du trafic d’armes. Dick a beaucoup d’argent et ne se prive de rien. Mais la voie qu’il a choisie n’est pas la meilleure…
Film en compétition officielle au FESPACO 2007

Documentaires

La Petite sirène (France, Animation Jeunesse, 1993, 55 min) // Mercredi 5 décembre // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
La petite sirène rêve d’aller voir les êtres humains qui vivent à la surface.

De l’Utilisation des bulles de savon, de Michel Jugnet (France, Documentaire’Physique’, 1991, 19 min) // Samedi 8 décembre // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
Des expériences avec des bulles de savon pour étudiants en physique.

Enki Bilal, de Jean-Loup Martin (France, Documentaire’Bande-dessinée’, 1998, 26 min) // Mercredi 12 décembre // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
L’univers d’un des plus talentueux dessinateurs de bandes dessinées.

Paludisme, l’hécatombe silencieuse, de Bernard Germain et Jean Vercoutère (France, Documentaire’Santé’, 1999, 52 min) // Samedi 15 décembre // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
Les campagnes locales de prévention et d’information en Afrique.

Le Cirque Calder, de Carlos Vilardebo (France, Documentaire’Arts’, 1961, 19 min) // Mercredi 19 décembre // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
Portrait de Calder et des mobiles de son petit cirque.

Senghor : un long poème rythmé, de Béatrice Soulé (France, Documentaire’Littérature’, 1996, 50 min) // Mercredi 22 décembre // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
La parole du chantre de la Négritude confiée à un rappeur sénégalais.

L’Homme qui danse, de Valéria Urréa (France, Documentaire’Danse’, 2004, 59 min) // Mercredi 26 décembre // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
L’émergence de chorégraphes et interprètes masculins dans la danse.

Le Collège de France dans le siècle, de Marcel Bluwal (France, Documentaire’Science’, 1993, 80 min) // Samedi 29 décembre // 11h et 16h // Médiathèque // Entrée libre
Evolutions et transformations de cette prestigieuse institution.

Cours et Ateliers

Le Pôle linguistique
Renseignements : 821 08 22 // secretariatlinguistique@institutfr-dakar.org
3 rue Parchappe, Dakar Plateau

Le français du secrétariat
Ce cours est destiné aux personnes travaillant ou souhaitant travailler dans le domaine du secrétariat en français. Objectifs : être capable de rédiger une note de service, une télécopie, un message électronique, une lettre simple à partir de notes ou d’indications fournies, établir un compte-rendu de réunion ou une note de synthèse.
Début de la session: jeudi 6 décembre
20h de cours réparties en 2 cours de 2h par semaine pendant 5 semaines
Tarif : 35 000 fcfa
Mardi et jeudi de 18h à 20h // 3, rue Parchappe

Perfectionnement de l’écrit (niveau avancé)
Ce cours s’adresse à toute personne de niveau intermédiaire (équivalent à fin de niveau 2) désireuse de perfectionner la langue écrite. Il s’agit d’un apprentissage approfondi des techniques de communication écrite de type universitaire et professionnel : prise de notes, courriel, compte-rendu, synthèse, correspondance.
Début de la session: jeudi 6 décembre
20h de cours réparties en 2 cours de 2h par semaine pendant 5 semaines
Tarif : 35 000 fcfa
Mardi et jeudi de 18h à 20h // Librairire Clairafrique-Université

Perfectionnement de l’oral (niveau avancé)
A l’aide de documents audio et vidéo authentiques, l’étudiant développera et perfectionnera ses capacités de prise de parole et d’expression. L’objectif est de développer les capacités d’écoute et de compréhension et la maîtrise des structures du français à l’oral.
Début de la session: mercredi 5 décembre
20h de cours réparties en 2 cours de 2h par semaine pendant 5 semaines
Tarif : 35 000 fcfa
Mercredi de 17h à 20h // 3, rue Parchappe

Préparation au DALF C1
Ce cours s’adresse aux étudiants de niveau avancé (au moins 300 h d’apprentissage du français) qui souhaitent se présenter aux examens de DALF C1. Entraînement aux épreuves écrites du diplôme avec une correction et des conseils personnalisés : compréhension d’un texte d’idées de 1500 à 2000 mots, synthèse à partir de plusieurs documents écrits, essai argumenté.
Début de la session: jeudi 6 décembre
20h de cours réparties en 2 cours de 2h par semaine pendant 5 semaines
Tarif : 35 000 fcfa
Mardi et jeudi de 18h à 20h // Librairire Clairafrique-Université

Session d’examens DELF-DALF (A1, A2, B1, B2, C1, C2)
Date : 17 janvier 2008
Tarif de passation : 15 000 fcfa par diplôme
Inscriptions : jusqu’au 10 janvier
Infos: www.ciep.fr/delfdalf

L’Atelier Rur’Art

Tous les mercredis // de 15h à 18h // Jardin de l’Institut // Entrée libre
proposé par Moussa Sakho pour les enfants à partir de 7 ans
Moussa Sakho accueille vos enfants à ses ateliers d’expression libre et de peinture sous-verre. Peintre, sculpteur, designer, Moussa Sakho utilise toutes les techniques et tous les matériaux pour développer un univers artistique plein de fraîcheur.
Renseignements : 652 74 29 // 823 03 20

Médiathèque

Renseignements : 77 823 03 20 // 89, rue Gomis
Tarifs des abonnements
Carte Bibliothèque : 8000 fcfa // Scolaires et étudiants : 5000 fcfa // Familles : 10 000 fcfa
Prêt d’ouvrages // 50% de réduction sur les tickets de cinéma de l’Institut.
Carte Vidéothèque : 5000 fcfa // Collectivités : 10 000 fcfa
Prêt de documentaires vidéo.
Carte Bibliothèque et Vidéothèque : 12 000 fcfa // Scolaires et étudiants : 10 000 fcfa
Prêt d’ouvrages // Prêt de documentaires vidéo // 50% de réduction sur les tickets de cinéma de l’Institut.
Carte de l’Institut : 30 000 Fcfa
Prêt d’ouvrages // Prêt de documentaires vidéo // 50% de réduction sur les spectacles et les tickets de cinéma de l’Institut.
Carte de Membre Bienfaiteur : 100 000 Fcfa
Prêt d’ouvrages // Prêt de documentaires vidéo // Accès gratuit pour 2 personnes aux spectacles et aux séances de cinéma de l’Institut.

Infos pratiques

Trouver les lieux des événements
Théâtre de Verdure, Salle de Cinéma, Médiathèque et Jardin : 89, rue Gomis (angle Rue Carnot)
Pôle Linguistique et Galerie : 3, rue Parchappe (près de l’Hôtel Novotel)
La pré-vente des billets de spectacles
A partir des dates mentionnées pour chaque spectacle // Service Billetterie dans la Médiathèque // 89, rue Gomis // du lundi au vendredi // de 9h à 13h
Théâtre « Monnè, outrages et défis »
A partir du lundi 26 novembre
Concert avec Tiken Jah Fakoly
A partir du lundi 3 décembre
Concert avec Krys
A partir du lundi 3 décembre
Concert avec Lord Kossity
A partir du lundi 3 décembre
Concert de jazz « Carl Schlosser Quartet »
A partir du lundi 10 décembre

Rencontre-dédicaces: « Images du tirailleur »
Vendredi 30 novembre // 15h-17h // Librairie aux Quatre-Vents (Route de Ouakam) // Entrée libre
Des rencontres-dédicaces sur le thème des Tirailleurs sénégalais se tiendront le vendredi 30 novembre à la Librairie aux Quatre-Vents (route de Ouakam). Elles seront une occasion inédite de rencontrer et d’échanger avec de nombreux auteurs, romanciers et chercheurs :
Marc Dugain (vendredi) : La Chambre des officiers (1998) [Prix des Libraires & Prix des Deux-Magots]
– Né au Sénégal en 1957, il y passe son enfance avant de s’installer en France. Son premier roman, La Chambre des officiers, paru en 1998, a reçu dix-huit prix littéraires, dont le Prix des Libraires, le Prix des Deux-Magots et le Prix Nimier. Après Campagne anglaise, Heureux comme Dieu en France et La Malédiction d’Edgar [Prix littéraire du Festival Simenon, 2005], Une exécution ordinaire [Grand Prix RTL-Lire, 2007] est son cinquième roman. Marc Dugain vit au Maroc depuis 2001.
– Antoine Champeaux (mercredi et vendredi) : La Force noire : Gloires et infortunes d’une légende coloniale (2006) [co-auteur avec Eric Deroo]
– Eric Deroo (mercredi et vendredi) : La Force noire : Gloires et infortunes d’une légende coloniale (2006) [co-auteur avec Antoine Champeaux] et L’Illusion coloniale (2006) [co-auteur avec Sandrine Lemaire]
– Cheikh Faty Faye (mercredi et vendredi) : Aube de sang (2005)
– Pierre Sammy MacFoy (mercredi et vendredi) : De l’Oubangui à La Rochelle ou le parcours d’un bataillon de marche : 18 juin 1940 à 18 juin 1945 (2003)
– Pierre Rosière (mercredi et vendredi) : Des Spahis sénégalais à la Garde Rouge (2005)
– Fayez Samb (mercredi) : Série « La Patrouille du Caporal Samba » – Tirailleurs sénégalais à Lyon (2003), Le Naufrage de l’Africa (2004) et Le Tirailleur des Vosges (2007).

Rencontre-débat : « Images du tirailleur »
Vendredi 30 novembre // 17h30 // Grand Amphithéâtre de la Faculté de Médecine – Université Cheikh Anta Diop (UCAD) // Entrée libre
Avec Marc Dugain (auteur de La Chambre des officiers), Eric Deroo (co-auteur de La Force noire), Pierre Sammy MacFoy (auteur de De l’Oubangui à La Rochelle) et Cheikh Faty Faye (Maître de Conférence à l’ENS et auteur de Aube de sang).
Modérateur : Professeur Ibrahima Thioub (Professeur et Responsable de la Faculté d’Histoire moderne et contemporaine à l’UCAD)
Cette rencontre-débat sera l’occasion pour les invités conférenciers et le public de mettre en perspectives les représentations et les perceptions du contingent africain de la France combattante. Marquées par l’idéologie coloniale, ces images du tirailleur sénégalais donnèrent à voir au grand public de l’époque une autre face du « sauvage », transformant ainsi durablement les représentations des colonisés en général.
Cette rencontre-débat sera précédée de la projection d’un extrait du film L’Aide des colonies à la France : tirailleurs malgaches, de Henri Desfontaines (Archives, France, 1918, 30 min). Ce film met en avant l’effort de guerre militaire et industriel fourni par l’Empire à la France pendant la Grande Guerre 1914-1918.
Le modérateur de cette rencontre-débat, Ibrahima Thioub, est Professeur et Responsable de la Faculté d’Histoire moderne et contemporaine à l’UCAD. Ses travaux de recherche portent sur deux thèmes : « esclavages et mémoires de l’esclavage et des traites en Sénégambie », et « politiques de contrôle des savoirs dans les colonies françaises d’Afrique de l’Ouest ».