Événements

Janice de Rosa
Pop Rock Blues

Français

« Le blues vient d’Afrique et a grandi aux Etats-Unis, moi je fais le chemin inverse, la boucle est bouclée ». Janice de Rosa, teint incroyablement clair, cheveux blonds et bouclés, nez aquilin, 100% new-yorkaise, n’a à priori rien d’une africaine. Et pourtant, elle a tout d’une diva du blues : une voix rauque, comme brûlée de l’intérieur, née de club de jazz enfumés où elle a fait ses classes, une voix qui exprime un monde partagé entre déchirure et volupté.

Le nouvel album « deRosa » rassemble Janice le peintre et Janice la chanteuse. Un autoportrait illustre en effet la pochette de l’album. Ce qui frappe chez elle, c’est une voix singulière, qui n’appartient qu’à elle, ensorcelante, à la chaleur communicative… New yorkaise, grandie à Harlem, »quand il y avait un Harlem », elle est de cette première génération née Américaine d’une famille de réfugiés de guerre.

Janice a baigné tôt et passionnément dans le jazz, le blues et la soul. DeRosa joue du piano à 5 ans, chante à 8, tâte de la guitare à 13, et créé ses propres chansons et groupes à New York. A 14 ans, elle est sélectionnée pour être inscrite à la prestigieuse haute école de musique et d’art  »The fame school » où chacun est une star. L’occasion pour Janice d’aiguiser son sens artistique.

Après avoir brillé sur les scènes de sa ville natale, New York, jouant dans les grands clubs de rock, Janice commence à voyager en Europe aux côtés de groupes tels Talking Heads et B52’s. Celle que la presse surnomme la diva du blues est tête d’affiche de festivals européens, à côté d’autres divas, ses sœurs DeeDee Bridgewater, Tania Maria, Cesaria Evora ou encore Dr. Jon, Syl Johnson, Brian Eno et Suzanne Vega…. !

Jazz et blues ont toujours coulé dans les veines de Janice. C’est à Paris, au début des années 90 que son « Blues feeling » et le velouté de sa voix sensuelle rencontrent la musique de la scène africaine. Janice commence à travailler avec des artistes africains, enregistrant les albums tels que Afro Blues (WEA) et Aduna (Next music) qui ont créé la sensation dans la capitale française aussi bien que sur les ondes de dizaines de radios en France et à travers le monde.

A cela s’ajoute le film Coup de blues à Janice deRosa, un portrait intimiste réalisé par Didier Agostini pour TV5. Deux années de travail entre Harlem et Paris pour donner à voir qui se cache et pourquoi derrière cette voix mêlant sensualité et rage.

Janice de Rosa ne se contente pas de chanter, elle fait bien plus que cela lorsqu’elle fait vibrer les mots avec un timbre unique, profond et totalement troublant, lorsqu’elle envahit la scène ou pose sa voix et son charisme uniques sur un disque intitulé tout simplement Janice de Rosa. Après la sortie de son 4e album en juin dernier, la chanteuse new yorkaise viendra tout simplement nous ensorceler au Satellit Café.