Événements

Histoire(s) du cinéma africain
1ère séance

Français

Nous ouvrirons cette soirée spéciale Afrique par le vernissage d’une exposition d’art africain et la projection gratuite du premier film africain de l’histoire du cinéma, suivi de deux courtmétrages africains des années 70 sur le thème de Paris vu par les Africains. Nous terminerons la soirée aux sons de la musique africaine et de contres africains.

19H Vernissage d’une exposition d’art africain (entrée gratuite)

20H30 Projections Vidéo (entrée gratuite)

Afrique sur Seine
Réalisation: Paulin Soumanou Vieyra, Mamadou Sarr
Sénégal 1955-1957, 21 minutes
Ce court-métrage tourné à Paris par des étudiants africains de L’idhec est reconnu comme le premier film africain de l’histoire du cinéma.
Résumé de la Cinémathèque Afrique :
L’Afrique est-elle en Afrique ou sur les bords de la Seine ?
Interrogations aigres-douces d’une génération d’artistes et d’étudiants noirs à la recherche de sa civilisation, de sa culture, de son avenir.

Paris, c’est joli
Réalisation: Inoussa Ousseini
Niger 1974, 23 minutes
Résumé de la Cinémathèque Afrique :
Un jeune Ivoirien, arrivé en France clandestinement, gagne Paris en auto-stop. Il se retrouve dans un quartier fréquenté par d’autres Africains auprès desquels il pense trouver refuge. Il rencontre une sorte de « marchand de sommeil » qui le vole sans vergogne. Sans un sou, il devient (ou va devenir) clochard. Il envoie malgré tout à sa famille, restée au pays, une carte postale sur laquelle il écrit que « Paris, c’est joli ».

Les Princes noirs de Saint-Germain-des-Prés
Réalisation : Ben Diogaye Beye
Sénégal, 1975, 14 minutes.
Résumé Cinémathèque Afrique :
Une écriture rapide, très cinématographique, pour cette courte satire d’un jeunesse africaine, débarquée sans ressources sur la pavé parisien. Aux terrasses de Saint Germain-des-Prés, les jeunes « Blanches » en mal d’exotisme sont les proies
désignées de ces éphèbes élégants et frimeurs. Leur imagination n’est jamais à court pour convaincre leurs crédules conquêtes de les entretenir. Momentanément désargentés, n’en sont-ils pas moins « Princes » venus de légendaires royaumes ?

21H50 Contes musicaux togolais (artiste : Gabelo, participation de 5€)