Événements

Ecrans Noirs 2008
12ème édition

Français

Section spéciale hommage :
– Hommage à Sembène Ousmane
– Hommage à Pierre Marie Dong

Quels lieux?
– Projections salles (Palais des Congrès, CCF, ABBIA,Musée National, Goethe Institute,CNPS)
– Projections plein air (esplanade du Musée National)
– Projections quartiers (Melen, Mvog Ada, Mimboman, Nkoldongo, Nlongkak)
– Projections enfants et écoles (Palais des Congrès, CCF)
– Projections universités (SOA, Ngoa Ekelle, Université catholique de Nkolbisson)
– Projections décentralisées : Douala et Bamenda

Les projections durant le festival sont distinctes des projections durant la fête de la jeunesse au mois de février 2008. En dehors des projections décentralisées prévues pendant le festival à Douala et Bamenda (respectivement capitale économique et capitale anglophone du Cameroun), des projections gratuites se feront dans 6 principales villes du pays.

La compétition

C’est l’innovation majeure de la 12 ème édition : Ecrans Noirs s’ouvre à la compétition thématique avec les distinctions suivantes :

L’écran d’honneur (Hors compétition)

Décerné à un réalisateur, à un comédien ou à tout professionnel africain de cinéma pour son œuvre. Cette distinction existe depuis 2001 et a déjà été attribuée à :
Idrissa Ouedraogo (2001), Charles Mensah (2002), Marcel Mbvondo II (2003), Sembene Ousmane (2004), Gaston Kaboré (2005), Philippe Mory (2006), Cheik Doukouré (2007)

L’écran d’or de la critique africaine
Décerné par le jury officiel du festival composé essentiellement de critiques de cinéma (3/4 des membres), et dont les 3/4 des membres au moins sont africains.

L’écran du meilleur scénario d’Afrique Centrale

Il est décerné par un jury composé de 5 auteurs (scénaristes,romanciers, dramaturges, nouvellistes) et consacre 5 scénarii par ordre de mérite. Le premier se voit attribuer le prix. Une résidence d’écriture est organisée en septembre 2008 pour les 5 lauréats. La présélection se fera de décembre 2007 à mars 2008.

L’écran du court métrage
Décerné au meilleur film court métrage.

L’écran de l’espoir
Décerné à une première oeuvre de format vidéo ou numérique, ce prix est en même temps une incitation à l’exploration des voies peu coûteuses pour faire des films.

Le thème de l’édition

Le thème du festival pour la 12 ème édition est femmes, cinéma et audiovisuel. Des opérations spéciales seront organisées autour de ce thème :

Panorama de films de femmes réalisatrices (liste indicative)
– Aminata Ouédraogo (Burkina Faso)
– Mouflida Tlatli (Tunisie)
– Aminata Diallo (Burkina Faso
– Yollande Ekoumou (Cameroun)
– Hélène Ebah (Cameroun)
– Joséphine Ndagnou (Cameroun)
– Safi Faye (Sénégal)
– Fanta Régina Nacro (Burkina Faso)
– Jihan El Tahri (Egypte)
– Valerie Kaboré (Burkina Faso)
– Seipati (Afrique du Sud)
– Sara Maldoror (Guyane)
– Monique Mbeka phoba (RDC)
– Anne Laure Folly (Togo)
– Zara Yacoub (Tchad)
– Osvalde Lewat Hallade (Cameroun-France)
– Nadège Beausson Ndiagne (France-Mali)

Colloque : Femmes, Cinéma et Audiovisuel en Afrique aujourd’hui (Bilan et perspectives)
Portant sur le thème « femmes, cinéma et audiovisuel », le colloque permettra d’évaluer la place des femmes africaines dans la profession et dans la création cinématographique et audiovisuelle aujourd’hui. Une expression de plus en plus grande des préoccupations et de la sensibilité féminine dans les thèmes abordés et la manière de le faire nous semble en effet de nature à influencer favorablement l’évolution des sociétés africaines.

FORMATION

Résidence d’écriture – meilleurs scénarii d’Afrique Centrale
L’une des graves lacunes du cinéma africain réside dans la faiblesse des scénarii. Si cette faiblesse pouvait être relevée au niveau de la quantité et de la qualité il y a des années, elle ne se manifeste plus qu’au niveau de sa qualité. De nombreux jeunes écrivent désormais tous les jours, sans hélas maîtriser les canons de l’écriture.
Quelques opportunités de formation ou de perfectionnement existent, mais elles se heurtent à deux écueils : soit les encadrements ne sont pas bien pensés, soit les prédispositions des auteurs eux-mêmes n’apparaissent pas évidentes.
Il faut alors tenter une autre piste : recruter des postulants à la formation ou au perfectionnement sur une base objective, et permettre à ceux qui font la preuve de ces bonnes prédispositions de suivre un véritable parcours de mûrissement.
D’où le lancement d’un concours du scénario de l’Afrique Centrale, destiné à détecter de bons projets ou de bonnes plumes, concours qui permettra d’évaluer les projets envoyés par des scénaristes chevronnés.
Les cinq meilleurs scénarii bénéficieront dans un premier temps :
– d’un prix en numéraires comme signe d’encouragement pour le scénario classé premier
– d’une résidence d’écriture sur 21 jours au cours de laquelle des scripts doctors hautement qualifiés leur permettront d’améliorer leur projet de départ
– d’une bourse au développement qui sera accordée à la fin de la résidence au projet considéré le plus abouti, et ayant déjà un producteur (condition sine qua non pour bénéficier de cette bourse qui ira à la production).

LES HOMMAGES

Hommage à Sembene Ousmane
« L’Afrique Centrale est le ventre mou du cinéma africain », avait dit en 1996 Sembène Ousmane invité à Yaoundé. Blessés dans notre orgueil, nous avons voulu relever le défi au moins au niveau de la diffusion des films africains dans la sous région : de là vient en grande partie notre décision de créer « les écrans noirs ».En 2005, lors de la 9è édition du festival, il est revenu recevoir un écran d’honneur, et il nous a déclaré, alors que nous lui rappelions son propos : « merci de m’avoir ôté la douleur de devoir et pouvoir redire cette phrase ».
Ecrans Noirs 2008 rend hommage à Sembène Ousmane, son parent décédé : projections de films, exposés et commentaires sur son œuvre par des gens qui l’ont connu, étudié ou admiré, constitueront l’essentiel de cet hommage.

Hommage à Pierre Marie Ndong
Décédé le 11 décembre 2006, Pierre-Marie Dong etait un réalisateur gabonais. Diplômé de l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) il mettra sur le marché du film africain, des oeuvres fortement enracinées dans sa culture tel que :  » Sur le sentier du ritue l « ;  » Obali  » et  » Demain un jour nouveau « . Par ces films « PMD » comme l’appelaient ses amis, aura été un formidable découvreur de talents artistiques. Hormis le doyen Philippe Mory, tous les premiers grands acteurs et actrices du cinéma gabonais se sont révélés devant sa caméra. Cet amoureux de la vie, quittera malheureusement très tôt le derrière de la caméra, sans abandonner le monde de la communication et de la culture. Président du Conseil national de la communication (CNC), et ministre d’Etat en charge de la Culture de son pays, le Gabon, seront les dernières charges de cet artiste fidèle en amitié. nous rendons hommage à un pilier du cinéma d’Afrique Centrale.

Le village du festival

Il sera situé comme les deux précédentes éditions, au Musée National. Lieu d’animation principal du festival, il sera plus ouvert aux entreprises qui pourront s’y déployer à leur guise. On y retrouvera entre autres :

– Les stands et salons des principaux partenaires
– L’espace des conférences de presse
– L’espace des enregistrements Radio et TV
– La salle de cinéma à l’intérieur du Musée
– L’espace de projection Vidéo individuelle
– Les projections quotidiennes en plein air (20h)
– Le podium pour spectacles et défilés de mode
– L’espace jeux (tennis de table, billard…)


– Les restaurants
– Le bar

– La galerie marchande des souvenirs du festival
– Les espaces réservés aux différentes formations
– L’espace réservé au marché du film d’Afrique Centrale

LE JURY DE LA COMPETITION

le Jury officiel
Président : Albert Egbe, sécretaire, dramaturge, comédien, de nationalité nigériane
Membres : André Ceutérick, Arthur Sibita, Kyara Bongo, Mamoune Faye, Christian Abolo, Jean Marie Mollo-Olinga

Le jury du court métrage et du 1er film
Présidente: Fanta Régina Nacro, réalisatrice burkinabé
Membres : Roger Takam, Isaac Mabhikwa, Jacques Bessala Manga, Georges Nzuzi


PALMARES ECRANS NOIRS 2008

– Ecran d’honneur 2008 (Hors compétition) offert par Orange (un trophée, un diplôme et une enveloppe de 1000 000 Fcfa)
revient au réalisateur Congolais (RDC) Mweze Ngangura.

– Ecran d’or 2008 : offert par le Président de la République du Cameroun et remis par le ministre de la culture (un trophée, un diplôme et une lourde enveloppe de 5 000 000 Fcfa) revient au réalisateur Congolais (RDC) Balufu Bakupa Kanyinda pour son film « Juju Factory »

– Ecran de l’acteur 2008 : offert par le ministère de la culture du Cameroun (un trophée, un diplôme et 1 000 000 Fcfa) à Dieudonné Kabongo pour son interpretation dans le film « Juju Factory »

– Ecran de l’actrice 2008 : offert par le ministère de la culture du Cameroun (un trophée, un diplôme et 1 000 000 Fcfa) à la tunisienne Rabia Ben Addallah pour son interpretation dans le film Fleur d’oubli de Selma Baccar

– Ecran du court métrage : offert par le ministère de la culture du Cameroun (un trophée, un diplôme et 1 000 000 Fcfa) et remis par Pierre Yaméogo au jeune cinéaste camerounais Ghislain Amougou pour son film « Le pont »

– Ecran de l’espoir : offert par AES Sonel (un trophée, un diplôme et deux enveloppes de un million chacune) à
Ex aequo Hélène Patricia Ebah (Cameroun) pour son film « Les blessures inguérissables » et Jo Tunda Munga (Cameroun) pour son film « Papy »

– Ecran du scénario : offert par l’Ambassade de France et remis par Michel Kasbarian, conseiller culturel (un trophée, un dipôme et un million) à Pauline Darline Etet et Théophile Ngwé pour le scénario « La révolte muette »
Les 4 autres scénarios qui participeront à la résidence d’écriture à Libreville :
– Les gens du fleuve de Camille Mouyeke (Congo Brazzaville)
– Manga de Serge Alain Noa (Cameroun)
– L’homme qu’il me faut de Estelline Fomat (Cameroun)
– Course contre la montre de Guy Landry Bana (Congo)