Événements

Les Suds à Arles 2008
13e édition – Festival des musiques du monde

Français

Chaque année depuis 1996, au cœur de l’été provençal, Arles devient le centre de rencontres privilégiées avec les sonorités et les grandes voix du monde
Flâneries sonores matinales au gré des places ombragées, Apéros-découvertes ou Repas de quartier toujours propices aux rencontres conviviales, Siestes Musicales à l’heure du zénith sous les arcades de l’Espace Van Gogh, Moments Précieux dans l’intime Cour de l’Archevêché, poésies chantées à l’Eglise des Frères Prêcheurs ou au Cloître Saint-Trophime, Salons de Musique,grandioses Soirées Suds sous la voûte étoilée du Théâtre Antique, Afters et, grande nouveauté en2008 : concerts en live, vidéos et DJ illumineront les nuits de l’Atelier des Forges, friche de la Sncf.

Magie des instants, magie des lieux chargés d’histoire…les musiques d’ailleurs résonnent ici en une joyeuse alchimie qui mêle musiques savantes et festives, mélodies intimistes et rythmes populaires,sonorités méridionales et accents des suds !

Entre scènes gratuites en journée et concerts payants en soirée, le Festival propose également,avec des artistes reconnus en leur domaine, des stages de musique, de danse et de chant -de la découverte au niveau professionnel- afin de vivre ces rencontres de l’intérieur.

Une surprenante fantaisie éparpillée aux quatre coins de la ville…

Au programme 2008 : GORAN BREGOVIC, MAHMOUD DARWICH, LE TRIO JOUBRAN, LO COR DE LA PLANA…

>>>>>>>>>>>> CREATIONS DANS LES MUSEES
Gratuit (dans la limite des places disponibles)

Lundi 14 juillet, à 16h30
UN THE AU CHATEAU D’AVIGNON EN CAMARGUE
Jardin des métamorphoses de SERGE HUREAU et OLIVIER HUSSENET avec SERGE HUREAU,(chanteur, metteur en scène), OLIVIER HUSSENET (comédien-chanteur, metteur en scène), ALAINAUBIN (contre-ténor), CLAUDE BARTHÉLEMY (guitariste, compositeur) et FRANÇOIS MARILLIER (percusionniste, comédien, compositeur).

Mardi 15 juillet 2008, à 20 h
Au Choeur du Muséon, Musée Arlaten (musée d’ethnologie provençale créé par Frédéric Mistral)
ASSURD, Italie du Sud
Quelques percussions, un accordéon, quatre voix : les filles d’Assurd créent une atmosphère joyeusement débridée qui entraîne le public aux rythmes des musiques et danses traditionnelles du sud de l’Italie.

Mardi 15 juillet, à 21h30
DANS LA NUIT DU MUSEE (Musée départemental Arles Antique)
HOURIA AICHI & L’HIJAZ’CAR, Les Cavaliers de l’Aurès, Algérie/France
La grande chanteuse chaouie à la voix puissante et gutturale, entourée par les jeunes musiciens de l’Hijâz’Car, célèbre l’universalité des règles de la chevalerie, de la bravoure et de l’amour prônées par les princes cavaliers de son enfance… Une ode à la liberté !

>>>>>>>>>>>> LE 14 JUILLET DE LA VILLE D’ARLES
Gratuit

Lundi 14 juillet, Place de la République, 22h45
Après le feu d’artifice tiré des quais du Rhône par le Groupe F
ROY PACI & ARETUSKA (Sicile/Barcelone)
Ce trompettiste de jazz aux allures de crooner, membre du Radio Bemba de Manu Chao, s’est entouré d’une bande de jeunes musiciens pour créer une bombe sicilienne à la hauteur de son talent : un mélange de ska, soul, rock’n’steady, funk et sons méditerranéens à l’énergie détonante !

>>>>>>>>>>>> LES MOMENTS PRECIEUX
Tarif unique : 12€

Dimanche 13 juillet, (lieu à définir), à 19h30
La leçon de chants du monde, conférence chantée par Martina A.CATELLA
Ethnomusicologue et chanteuse, Martina A. Catella nous invite à une leçon de musique riche, fantaisiste et interactive. Spécialiste des pratiques vocales du monde, elle ouvre le Festival avec un moment d’échange autour des mille et une définitions du verbe « chanter ». Un rendez-vous à ne pas rater.

Mercredi 16 juillet, Cour de l’Archevêché, à 19h30
GONG LINNA, Chine (Inédit)
Avec une technique vocale parfaite et une présence scénique exceptionnelle, Gong Linna serait une petite soeur chinoise de Björk. Chanteuse reconnue dans son pays, elle arrive sur la scène européenne avec un répertoire traditionnel qu’elle entrechoque aux harmonies occidentales contemporaines dans un esprit totalement frondeur et avec une énergie à couper le souffle.

Jeudi 17 juillet, Cour de l’Archevêché, à 19h30
MOTION TRIO, Pologne
Ces trois musiciens talentueux font souffler dans leurs accordéons un son puissant qui dépoussière les clichés qui collaient encore à cet instrument. Une musique 100% acoustique aux contours avantgardistes.

Vendredi 18 juillet, Cour de l’Archevêché, à 19h30
L’ENSEMBLE TEZETA, Israël/Ethiopie (Découverte)
Un nouveau langage musical né du son particulier de la musique éthiopienne et de la tradition chantée de la musique juive sacrée. Avec de surprenantes incursions dans le jazz au saxophone et au piano, les compositions originales de ce quatuor sont tour à tour colorées ou nostalgiques (« tezeta »), toujours émouvantes.

Samedi 19 juillet, Cour de l’Archevêché, à 19h30
JERONIMO & LEO DE AURORA, Espagne/Andalousie (Découverte)
Frères dans la vie, leurs guitares jumelles développent une personnalité propre tout en sachant, à la perfection, échanger les rôles : l’une marque les rythmes quand l’autre se fait mélodique. A lo gitano jazz révèle l’étonnant mariage du jazz manouche, à la Django Reinhardt, et du flamenco.

Dimanche 20 juillet, Église de Barcarin – Salin de Giraud, à 11h
ANGELIQUE IONATOS, Grèce, en partenariat avec Les Salins du Midi (Exceptionnel)
La petite église de Barcarin se fait écrin et abrite la voix solaire de la diva, le temps d’un hommage aux communautés grecques et d’ailleurs venues puiser le sel de ce côté-ci de la Méditerranée…

>>>>>>>>>>>> SOIREES SUDS AU THEATRE ANTIQUE
Tarifs : 16€* / 20€** / 25€ / 30€***

Dimanche 13 juillet, à 21h30
L’ENSEMBLE SHANBEHZADEH, Iran – première partie
Des sons envoûtants et hypnotiques, et une sensualité surprenante quand le corps se met à vibrer au rythme des percussions d’un jeune virtuose ou tournoie sous la cornemuse iranienne…
LE TRIO JOUBRAN, Palestine
De regards complices en brûlants silences, d’envolées à trois en solos de oud, l’énergie est toujours là, plus jubilatoire que jamais ! Majâz/Métaphore, le nouveau spectacle des frères virtuoses, s’enrichit des subtiles percussions de Yousef Hbeisch. Denses ou légères, enracinées ou au gré des influences, les notes prennent leur envol en une sublime invitation au voyage.

Lundi 14 juillet, à 19h30 (tarif unique : 16€)
Les 30 ans des éditions Actes Sud : Récital poétique de MAHMOUD DARWICH (Palestine) avec DIDIER SANDRE (version française), accompagnement musical par SAMIR & WISSAM JOUBRAN.
Considéré comme le plus grand poète palestinien contemporain, Mahmoud Darwich est avant tout un poète universel. Nourrie d’une expérience intime de la lutte et de l’exil, son écriture puise aussi bien dans la plus antique tradition préislamique que dans les expériences de la modernité… Un Moment très Précieux que les frères Joubran, inspirés par le poète, accompagnent aux ouds.

Jeudi 17 juillet, à 21h30
SAM KARPIENIA, France/Provence – Première partie
Avec son timbre de voix envoûtant et un accent du sud pleinement assumé, deux mandoles rock, des percussions endiablées, Sam Karpienia insuffle une intensité poétique à la beauté crue de la vie.

GORAN BREGOVIC & les 40 musiciens du Grand Orchestre des Mariages et des Enterrements, Balkans Le compositeur le plus célèbre des Balkans revient sur les lieux de son concert historique de 1999.
En grand ordonnateur d’un orchestre à cordes aux rythmes échevelés soutenu par deux chanteuses bulgares, d’un superbe choeur de quinze hommes aux voix graves ou d’une fanfare tsigane enjouée et « mal accordée », sa douce exubérance souffle de nouveau sur le Festival !

Vendredi 18 juillet, à 21h30
TOUMANI DIABATE en solo, Mali – Première partie (Exceptionnel)
Le grand maître de la kora, harpe africaine des griots, dévoile toute la magie et la beauté intemporelles de son instrument. Une invitation doucement ensorcelante à un moment de méditation au-delà des frontières de l’Afrique de l’ouest et de son âme mandingue.

LO COR DE LA PLANA, France/Pays d’Oc (Création)
Battements de mains, de pieds et de coeurs, ces six Marseillais réinventent une réalité méridionale, et plus largement méditerranéenne, tissée de mémoires et de modernité. Avec ce nouveau spectacle, leurs polyphonies hypnotiques, rythmées de ritournelles parfois désuètes mais toujours trépidantes, s’inspirent de « chants à danser » qui n’ont rien de figé. Une folle énergie, sauvage et entêtante, destinée au tournis !

Samedi 19 juillet, à 21h30
BUIKA, Espagne – Première partie
D’une belle voix soul héritée de ses racines guinéennes, Buika chante avec une sensualité bouleversante un flamenco mâtiné de jazz et de funk. Artiste caméléon, elle est la nouvelle référence de la scène espagnole !

BENJAMIN ESCORIZA, la voix de RADIO TARIFA, Espagne/Andalousie (Exclusivité Suds)
Voix emblématique de Radio Tarifa, Benjamin Escoriza présente en avant-première un projet dans la droite lignée musicale du mythique groupe mais empreint de toute sa belle personnalité. Un flamenco éclectique, tour à tour tendre et drôle, révolté ou nostalgique. Imprégné de musique orientale et d’arabo-andalou, ce nouvel opus flirte néanmoins avec les sonorités indiennes, le jazz ou la chanson française, le rock et même le rap… Jubilatoire !

>>>>>>>>>>>> AUX ATELIERS SNCF
Mercredi 16 juillet : 12€*, 12€**, 18€
Jeudi 17, vendredi 18, samedi 19 juillet : 10€, 4€ pour les détenteurs d’un billet du jour
À cinq minutes du Théâtre Antique

4 soirées à l’Atelier des Forges :
Sur cette friche industrielle en cours de réhabilitation, un projet autour de l’image est en train de se construire : elle accueille déjà les expositions des Rencontres de la Photographie, la Grande Halle aux images réhabilitée par la Région PACA et abritera prochainement la Fondation Luma dédiée à la photographie et à la vidéo, sur un projet architectural de Frank Gehry. Au sein de cette démarche de développement de l’image sous toutes ses formes, SUDS, à ARLES souhaite apporter sa contribution avec les musiques du monde, en offrant une nouvelle scène à des artistes dont les créations originales associent musiques et images. Concerts-vidéo en live, Vj’s, Dj’s et murs d’images viendront donner une nouvelle tonalité – plus électrique – à la programmation du Festival…

Avec le soutien de la Fondation Luma, d’Arte actions culturelles et de Radio Nova

Mercredi 16 juillet, à partir de 21h30
OJOS DE BRUJO SOUND SYSTEM, Espagne
Véritable phénomène hispanique, ce collectif barcelonais ne cesse de se renouveler et inaugure la dernière scène du festival avec une nouvelle formation qui révolutionne en finesse flamenco, scratchs, hip hop, ragga et sonorités latines ou hindis. Sur scène, une danseuse flamenca et un beat boxer font trembler le dance floor tandis qu’en régie, le VJ mixe films, photographies et images de la scène !

FAMILHA ARTUS, France-Gascogne
Entre musiques actuelles et traditionnelles, ces Béarnais puisent dans le répertoire tribal gascon et dans un certain rock anglais pour inventer une musique radicale ethnique. La vieille à roue sature, les machines à effets sont discrètes mais redoutables, les flûtes dansent et les voix font vibrer les corps. Les images de Timo Hateau renforcent cet univers poétique et psychédélique unique.

Jeudi 17 juillet, après le concert au Théâtre Antique
DARKO RUNDEK & CARGO ORKESTAR, Balkans
Aux commandes de cette embarcation exotique et cosmopolite, regard bleu acier et belle voix rauque : Darko Rundek. A bord, une violoniste déjantée, des cuivres fringants, quelques boucles électros et une VJ qui improvise au fil d’un voyage poétique. Dans son sillage, des effluves orientaux, un accordéon bohême, une pulsation reggae, des airs slaves et une énergie rock !

Vendredi 18 juillet, après le concert au Théâtre Antique
TOUMANI DIABATE QUINTET, Mali
Suite de la prestation du maître-griot avec sa formation au complet. Explorateur de toutes les richesses créatives de sa musique, Toumani Diabaté a collaboré sur Songhai -album culte de du groupe flamenco pop Ketama, avec Damon Albarn, Ali Farka Touré, Peter Gabriel ou récemment, avec Björk. Multipliant les allers-retours entre les continents, il prouve l’universalité des sons de la kora brouillant les pistes à l’envi, reliant le blues au jazz, le swing aux rythmes maliens.

Samedi 19 juillet, après le concert au Théâtre Antique
SILVERIO PESSOA, Brésil
« Coeur acoustique et tête électrique » : avec un charisme indéniable, cet artiste chante le forro, rythme des coupeurs de canne à sucre et des Paysans Sans Terre des campagnes du Nord du Brésil. Défenseur d’une culture menacée par la globalisation, il est l’une des synthèse les plus réussies entre tradition et modernité.
A l’écran, les projections ponctuent, accentuent, commentent ou contrastent les paroles de Silvério, comme un poème lyrique !

>>>>>>>>>>>> LA SCÈNE NINA BERBEROVA

Lundi 14 juillet, à 17h30
MAGYD CHERFI, Kabylie-France

Mardi 15 juillet, à 18h30
MAALESH, Comores (Prix Musiques de l’Océan indien)

Mercredi 16 juillet, à 18h30
LANO ZANELLI & OMBU, Argentine-France

Jeudi 17 juillet, à 18h30
NEGOCE & SIGNATURE, Guadeloupe

Vendredi 18 juillet, à 18h30
VICTOR DEME, Burkina Faso

>>>>>>>>>>>> ET AUSSI
Les Scènes en ville, avec le duo VALLA SCURATI, Italie / DU BARTAS, Occitanie / LE CHOEUR DE LA ROQUETTE, Provence / ALDONA, Pologne
&
Les Apéros découvertes, les Siestes Musicales, les Salons de Musique, les Petitsdéjeuners orientaux, la Radio des Suds, la Journée Buissonnière, le Repas de Quartier, des rencontres
&
Une projection cinéma avec AFLAM et la caravane des cinémas euro-arabes, et l’Institut du Monde arabe à Paris :
BAB’AZIZ, un film de Nacer Khémir (sous réserve)
Deux silhouettes, perdues dans un océan de sable: Ishtar, une petite fille pleine d’entrain et son grand-père Bab’Aziz, un derviche aveugle. Elle le guide à la grande réunion des derviches qui a lieu tous les trente ans. Mais pour la trouver, il faut avoir la foi, savoir écouter le silence infini du désert avec son coeur. Un voyage inoubliable à travers l’immensité brûlante des dunes de sable…

* Tarifs étudiants, demandeurs d’emploi et RMI
** Tarif adhérent et groupes
*** Le Carré (zone assise réservée)