Événements

Danse l’Afrique Danse ! 2008
Modernité

Français

« Danse l’Afrique Danse ! » est un concours interafricain qui sert de tremplin pour de jeunes chorégraphes. Sur plus de 160 candidatures, huit pièces de groupes et dix solos ont été retenus pour y participer. Les trois compagnies lauréates constituent le programme de cette soirée. Cette plateforme chorégraphique est un formidable levier pour des artistes de grande qualité, qui nous montre toute la modernité et l’engagement d’un continent, que l’on pourrait avoir tendance à cantonner dans sa dimension traditionnelle. Les lauréats 2008 font la preuve de leur diversité, de leur originalité et de leur haut niveau technique.

1er prix
Karohano
Afrique du Sud
Compagnie : Inzalo D. T. C.
Durée : 35′
Sans doute conséquence de son histoire récente, l’Afrique du sud est un bouillon de culture d’artistes originaux, caustiques, à l’imaginaire débridé. Robin Orlyn en est la chorégraphe chef de file. Julian Raynham et ses deux compères Ntombi Gasa et Owen Manamela sont bien dans cette lignée. Dans Animal du 21ème siècle, ils manipulent avec virtuosité et humour les images, les clichés visuels ou sonores et le jeu des corps, pour mieux semer le doute entre l’animal et l’homme.
chorégraphes et interprétes : Thabiso Pule Heccius – Thami Manekehla – Haja Franco

2ème prix
Ndjila na Ndjila, d’une route à l’autre
République du Congo
Compagnie : Baninga / DeLaVallet Bidiefono »
Durée : 23′
D’une route à l’autre commence dans le noir où l’on devine quelques ombres à peine éclairées par des lampes de poches. Mineurs de fond extraits de leur puits, réfugiés fuyant quelques guerres, ils marchent et se dégagent peu à peu de leur condition pour se redresser, se découvrir, exister enfin. Et ils marchent, marchent, marchent… Mais vers quel avenir ? Et avec quel accueil, quelle intégration de la « civilisation » occidentale ?
chorégraphe : DeLaVallet Bidiefono / interprètes : DeLaVallet Bidiefono – Ella Ganga – Bobie Mfoumou – Florent Mahoukou


Prix Solo

J’accuse
Sénégal
Compagnie : Pape Ibrahima Ndiaye dit Kaolack
Durée : 17′

chorégraphe et interpète :Pape Ibrahima Ndiaye dit Kaolack / musique : Fabrice Bouillon Laforeste
Avec J’accuse, Pape Ibrahima Ndaye pique une saine colère à la suite d’une mésaventure personnelle. Jeté en prison au Maroc pour une histoire de visa, lui qui a voyagé pour danser dans le monde entier, on le somme, avec mépris, de retourner en Afrique ! Alors, il accuse les africains de ne rien comprendre et, par ce biais apparemment iconoclaste, pose la question de la place de l’homme dans un monde dérangé où l’être est réduit à un (sans)papier.

avec le soutien de CULTURESFRANCE, dans le cadre de la Tournée des Lauréats « Danse l’Afrique Danse! / production déléguée : Les Productions de la Seine