Événements

A la rencontre de Williams Sassine
Mise en lecture Claude Yersin (Le Studio Volant) Avec Marcel Manikita, Jean-Baptiste Anoumon, Claude Yersin Suivi d’un débat animé par Théogène Karabayinga (RFI), en présence de Tierno Monenembo, auteur

Français

En collaboration avec le journaliste Théogène Karabayinga, Claude Yersin, directeur du Studio volant, fera entendre la propre voix du grand écrivain Williams Sassine, grâce aux précieux enregistrements réalisés par Radio France Internationale, ainsi que sa voix intérieure, celle de son écriture, par des lectures de textes tirés de son œuvre, à travers laquelle il nous proposera une déambulation, conduite par des lecteurs complices (Marcel Mankita et Jean-Baptiste Anoumon). Une conversation se poursuivra avec le public en présence de Tierno Monénembo.

Né en 1944 à Kankan (Guinée) d’un père libanais chrétien maronite et d’une mère guinéenne musulmane, formé aux mathématiques à l’école française, ayant vécu autant dans l’exil que sur sa terre natale, tour à tour cireur de chaussures, terrassier et plongeur, professeur et directeur de collège, journaliste, Williams Sassine a développé une personnalité complexe et multiple; fort de sa diversité culturelle, il a revendiqué une totale indépendance d’esprit et refusé tout embrigadement: « Je ne suis ni dans une file, ni chef de file. Ni maître à penser, ni élève ».

Auteur de plusieurs romans publiés par Présence Africaine, il s’est aussi exprimé par le théâtre publié par Le bruit des autres et des formes brèves : contes animaliers, proses poétiques, nouvelles et fables, empreints d’un humour proche de la « politesse du désespoir » ; témoin du malaise et de la tragédie humaine, tout à la fois bouffon et goguenard, provocateur et tendre, arrogant et fragile, Williams Sassine ne cesse de déclarer : « Je suis écrivain, c’est-à-dire que j’écris en vain » L’œuvre qu’il laisse, interrompue par sa mort prématurée en 1997, montre qu’il n’avait pas raison.
Ses œuvres théâtrales ont été lues ou crées au Festival international des Francophonies en Limousin en 1995, 1997 et 1999, suite à une résidence d’écriture en 1991.

Une initiative de Monique Blin, en partenariat avec Le Studio Volant, Le TARMAC de la Villette, la collaboration de A Mots découverts, avec le soutien de la SACD.