Événements

Festival du cinéma documentaire Algérien
Les films de Malek Bensmaïl à Tôkyô

Français

Date et lieu : le 19 et 20 Décembre à l’Université de Sophia, Yotsuya, Tôkyo

Organisateur : L’institut de Cultures Asiatiques, l’université de Sophia

Programme

Samedi 19 décembre 2009
Salle 509, Bâtiment 2
10:00-11:30 Films de Kaïna cinéma
12:30-13:00 Briefing sur l’historique de l’affaire Boudiaf
13:00-13:20 Démokratia
13:30-14:30 Boudiaf, un espoir assassiné

Dimanche 20 décembre 2009
Salle 508, Bâtiment 2
10:00-11:45 Aliénations
12:30-13:00 Briefing pour La Chine est encore loin
13:00-15:00 La Chine est encore loin
15:15-16:45 Débat avec le réalisateur


MALEK BENSMAÏL est un réalisateur algérien résidant aujourd’hui en
France. Lauréat de la Villa Kujoyama (Villa Médicis Asie) à Kyôto pour l’année 2009, il est actuellement en repérage d’un long-métrage sur la question de la modernité croisée entre le Japon et le monde
arabo-musulman. Pour en savoir plus, voir son site personnel
http://malek.bensmail.free.fr.

KAÏNA CINEMA est une association cinématographique née à Paris en
2003 et qui travaille en direction des jeunes cinéastes algériens.
L’association forme et établit le lien entre les cinéastes algériens et
d’autres pays méditerranéens. Kaina Cinéma organise tous les ans, Les
Rencontres Documentaires de Béjaïa et un stage de sensibilisation au
documentaire pour les jeunes réalisateurs algériens.

INTENTION
Les images sont parfois une force qui change le monde.
L’Algérie, ce pays d’Afrique du Nord, dont la voix si lointaine de notre
pays, sera portée cette fois-ci, jusqu’à nos oreilles par la force des images.
Malek Bensmaïl, le réalisateur algérien est parmi ces personnes qui
croient à cette puissance des images et que nous avons décidés d’inviter à venir présenter son dernier film « La Chine est encore Loin ».
L’Algérie se trouvant au carrefour des civilisations, méditerranéenne,
arabo-islamique et africaine est encore couvert du voile noir du traumatisme historique : 132 ans du colonialisme français, l’indépendance arrachée au bout de la lutte armée de huit ans; après avoir été le porte-drapeau du tiers-mondialisme, ce pays a vu le triomphe du parti islamiste en 90 et 91.
L’arrêt de processus électoral par l’armée sera suivi par des années noires du terrorisme et de massacres de civils. Pour ce pays si complexe, les japonais ne se disposent que des pauvres images, du film classique Pépé le Moko et la fameuse chanson populaire japonaise La Femme de la Casbah; image d’un pays étrange des faubourgs.
Les films de Malek Bensmaïl nous montrent les visions différentes
sur ce pays. Il traite tantôt de la politique du regime autoritariste, tantôt du monde de la folie, tantôt du social ou dernièrement de la transmission. Sa caméra est tel un satellite qui voyage autour des territoires d’un pays et d’un peuple, en nous envoyant les images d’une réalité saisissante. Les images et les témoignages y sont les archives de la vie algérienne, du Maghreb.

Son cinéma documentaire est un genre qui demande une collaboration étroite entre le réalisateur et les personnages filmés : des patients psychotiques aux enfants d’un village perdu de l’Algérie. Nous aussi, spectateurs, chercheurs, historiens à travers le monde, sommes appelés à assister à une réalité présente au-delà de l’écran.

Institut de Cultures Asiatiques
Université de Sophia

7-1 Kioi-cho, Chiyoda-ku 102-8554 Tôkyo, JAPON
TEL : +81 3 3238 3697
FAX : +81 3 3238 3690