Événements

Sweet’Air (sweet reggae / chanson française)
Le groupe Sweet’Air de Juan Heurtin, sélectionné pour « Révélateurs de Talents », navigue entre sweet reggae et chanson française…

Français

Tout a commencé lorsque nous avons entendu parler de quelqu’un qui avait entendu parler d’un groupe qui prétendait renouveler la scène reggae française…Sweet’Air ne fait pas du reggae mais du sweet reggae et de la chanson française. Et effectivement ce mélange coloré sonne différent à nos oreilles mais surtout il vous transporte. Mais quelle est donc la recette de Sweet’Air ? Sweet’Air a été fondé au cœur même du quartier populaire de la Goutte d’Or
dans le 18ème arrdt de Paris. Le groupe profite d’un double métissage : de ces membres tout d’abord mais également des instruments utilisés. Avec un chanteur d’origine colombienne (Juan Heurtin), la formation mélange flûte traversière, basse, percussions, chœurs, guitare acoustique (Stéphane Boucaud) et même de l’harmonica. Un brassage des influences également, avec une filiation déclarée > de Brel, Marley, Ferré, Police, Mano Solo, Linda Lemay ou encore Ani di Franco. Tout cela aboutit à des chansons françaises sur fond de musique du monde, de reggae et de rock. Très engagés, Sweet’Air nous livre des titres comme de Baltimore à Ingrid, G8 Clan et nous, et des rayons de soleil comme Beau temps, dont je vous laisse imaginer l’effet de paroles comme Dansez ! Chantez ! Souriez ! Sur un fond de flûte traversière enjouée ! La vie est plus rose avec Sweet’Air. Parce que leur sonorité est un jeu, Juan Heurtin monte aussi haut dans les aigus que dans les graves et multiplie à foison les changements d’intonations et de rythmes, laissant l’auditeur courir après la mélodie, comme dans un jeu de cache-cache auditif à dix oreilles !! Sweet’Air, en concert ce sont des vibrations qui n’ont pas de frontières, et qui délivrent un message d’espoir qui devrait en toucher plus d’un.
C’est une musique dont nous avons beaucoup aimé la coloration des textes, la richesse des arrangements (la flûte traversière est un instrument magique) et surtout le grain de voix de Juan qui est totalement bluffant…Bref un groupe qui mérite de décrocher les étoiles…

* Sweet’ Air est à l’origine du projet Baltimore, un collectif d’artistes qui en 2007 prenait fait et cause pour Ingrid Betancourt et les otages détenus en Colombie. Le projet Baltimore a été enregistré fin 2007et début 2008.
* Jacques Higelin, Maurane, Riké en solo de Sinsémilia et Matthieu Gonet ont accompagné le groupe Sweet’Air et ont repris la chanson Baltimore…
(Site : http://www.myspace.com/sweetairvibes)