Événements

Soirée Cap Vert au Théâtre de l’Opprimé
Le Festival MigrActions du Théâtre de l’opprimé vous propose une soirée de pure musique capverdienne! vendredi 7 mai

Français

« Un regard complice sur la musique capverdienne »
Lors de son séjour au Cap Vert au début des années quantre-vingt- dix en tant que Chef de Mission de la Coopération suisse, Roland Anhorn a eu le privilège que la culture capverdienne s’est ouverte spondannément à sa curosité. De cette curosité sont nées une amitié profonde et dureable pour ce pays et un archive unique sur les tocatinas capverdiennes.
Ce soir, en présence de Teté et Sara Alhinho, il souhaitera partager son regard complice sur la musique capverdienne avec un publique certes aussi complice ».

À suivre, le concert de Tété et Sara Alhinho.

____

Tété et Sara Alhinho en concert
Vendredi 7 mai, 20h30
Durée:1H30

Téte Alhinho: voix et percussion
Sara Alhinho: voix, guitare et percussion
Miguel Karantonis: basse, guitare et mélodique
Aurélio Santos: guitare, cavaquinho, voix
Brenda Ohana: percussions

Dans la riche étoffe vocale de Simentera, une voix s’impose, séduit d’emblée, forte et vibrante: Tété Alhinho. Sur le premier album du groupe, « Raiz », où deux titres sont signés de sa main, la chanteuse accomplie montre également ses qualités à l’écriture et à la composition. Des aptitudes, des talents qu’elle avait déjà prouvés bien en amont.
Née à Mindelo, en juin 1956, Tété Alhinho vit à Praia, capitale du Cap-Vert, sur l’île de Santiago. Elle y possède une chambre avec vue… sur la mer. Rien de tel pour prendre la tangente, laisser son imagination galoper avec le bruit des vagues, nourrir son inspiration. ‘’De mon lit je ne vois qu’elle, c’est merveilleux ». Quand elle parle du nid qu’elle s’est construite elle-même, des paillettes d’enthousiasme font scintiller sa voix. La mer, Tété Alhinho vit avec depuis le jour de sa naissance. La mer, elle ne pourrait pas s’en passer. ‘’Pour les gens des îles, dit-elle, c’est impossible de vivre sans elle. C’est elle qui donne toujours la nostalgie et pour nous les Capverdiens le sentiment de la saudade. La mer signifie à la fois la séparation et la liaison. Elle permet d’aller et venir, mais en même temps nous éloigne des gens qui doivent partir ». Quand Tété Alhinho remonte le fil de ses souvenirs, on l’imagine le regard perdu au loin, sur la mer.
Elle enregistre le premier album sous son nom au Portugal, en 1989. « Mares do Sul » sera suivi en 1995 par « Menino das Ilhas », plus particulièrement destiné aux enfants, puis viendront « Sentires » (1999), enregistré au Sénégal, avec des chansons en espagnol, dont « Yolanda », de Pablo Milanes, figure marquante du mouvement musical de la nueva trova à Cuba, et enfin « De cor a som » (2000).
Epuré, d’un intimisme chaleureux, frémissant d’une mélancolique élégance, son album « Voz », est un tête à tête, un moment de partage entre Tété Alhinho et Mario Lucio, l’ami, le complice avec qui elle travaille depuis des années. Outre leur relation privilégiée à travers Simentera, il a également produit ses deux disques précédents.
Patrick Labesse