Événements

Festival Ciné Droit Libre 2010
6ème édition

Français

La 6ème édition du festival Ciné Droit Libre se tient du 2 au 6 juin 2010 à Ouagadougou. Inexorablement, la manifestation est entrée dans les habitudes ouagalaises. Pendant 6 jours en 6 endroits stratégiques, des milliers de cinéphiles vont se mobiliser autour de projections de films sur plusieurs sujets sensibles, polémiques.
Au fil des éditions, « Ciné Droit Libre » est devenu un véritable espace d’expression, une tribune libre pour la défense des droits humains au Burkina Faso en particulier et en Afrique en général. Depuis 2006, il est membre du HRNF (réseau international des festivals de film sur les droits humains).
Lancé en 2005 avec une dizaine de films, et un public estimé à 2500 spectateurs, le nombre d’amateurs de « Ciné Droit Libre » est passé à 4000 à la 2ème édition ave 27 films et à de 10.000 spectateurs à la 3ème édition. Les deux dernières éditions ont proposé une quarantaine films à plus de 15.000 spectateurs à Ouagadougou, et dans 5 villes de l’intérieur.
A travers le monde, « Ciné Droit Libre » partage son expérience avec d’autres festivals et a exporté son concept vers d’autres pays d’Afrique tel que le Mali, le Kenya, la Centrafrique, le Togo et la Côte d’Ivoire.


Les grandes lignes de l’Edition 2010 :

 Projections débats

Bâtie autour du triptyque « un film, un thème, un débat » le programme de la 6ème édition sera rythmé par deux thèmes principaux: Droits humains et liberté d’expression. Les débats mobiliseront trois acteurs: un modérateur, un invité (qui sera soit le réalisateur du film, un journaliste ou un activiste des droits humains), et le public.

 Forum du Festival
Le forum du festival se déroulera le samedi 5 juin à partir de 9 heures, au Centre culturel français Georges Méliès autour du thème: « cinquante ans après, peut-on parler d’Indépendance en Afrique ? ». Ce sera l’occasion pour intellectuels, journalistes et réalisateurs de renom de partager leurs réflexions sur les obstacles au décollage économique, social et culturel de notre continent.

 Masters class sur le documentaire
L’idée de ces ateliers est de permettre aux jeunes cinéastes, réalisateurs et à des animateurs membres d’ONG de se familiariser avec les techniques de réalisation documentaire. Les masters class seront animés par le célèbre réalisateur et journaliste français Jean-Louis Saporito et son non moins célèbre homologue allemand Thomas Gieffer.

 Expositions des productions audiovisuelles et de travaux sur les droits de l’homme et la liberté
« Ciné Droit Libre » est aussi une tribune pour les ONG et associations intervenant dans le domaine des droits humains, de la liberté d’expression et du développement. Comme aux éditions passées, un espace sera aménagé pour permettre à ces organisations d’exposer les produits de leurs actions sur le terrain (films, livres, rapports, etc.).

 Concours du meilleur projet documentaire pour jeunes réalisateurs du Burkina
Initié à la 3ème édition, en 2007, le concours du meilleur projet documentaire se poursuit cette année encore par une cérémonie officielle de remise de prix au lauréat. Par ce biais, « Ciné Droit Libre » encourage les jeunes cinéastes africains à s’investir dans le domaine du cinéma engagé pour les droits humains.

 Concours de débats : « 10 minutes pour convaincre »
Introduite à la 5ème édition, l’activité « 10 minutes pour convaincre » a été bien accueillie en 2009 sur le campus universitaire de Zogona. C’est une aubaine pour des étudiants en quête de perfectionner leur culture générale mais aussi un bon exercice pour ceux qui veulent apprendre à prendre la parole en public. Un podium sera érigé à cet effet dans le hall de l’Amphi A600 de l’Université de Ouagadougou et sera ouvert au public. L’événement est parrainé par les humoristes Mamane (RFI) et le Marechal Zongo ainsi que l’artiste engagé SMOCKEY.

 Les innovations de l’Edition 2010
La principale innovation de la 6ème édition est l’organisation de deux grandes soirées débats. La première le jeudi 3 juin à partir de 16H sur « L’œuvre et la vie de Patrick Lumumba ». Elle sera animée par Roland Lumumba (fils de Patrick Lumumba) avec le savant africain Théophile OBENGA.
Le vendredi 4 juin, une conférence-débats sur l’alternance en Afrique sera animée par des intellectuels africains.
Comme à la 5ème édition qui a été clôturé par un concert « Musique et Droits Humains », la 6ème édition va expérimenter la soirée « Rire des droits humains » ou « Humour et droits humains » le vendredi 4 juin à 20h30 au CCF-GM.


PARTENAIRES
Ambassade Royale des Pays-Bas, Centre Culturel Français Georges Méliès (CCFGM), Festival et Forum International du film sur les droits Humains de Genève (FIFDH), Amnesty International section Burkina, Mouvement Burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), Centre National de presse Norbert Zongo, Mouvement des Sans Voix…

PARTENAIRES MEDIAS
Radio France International (RFI), TV Canal 3, SMTV, Africable, Observateur Paalga, Sidwaya, L’Evénement, Bendré, le reporter, Fasozine, France 2, Ouaga FM, Pulsar FM, Safane FM, Salankoloto, Radio Jeunesse.

L’Equipe du Festival

JEUDI 03 JUIN 2010

Au Centre Culturel Français – CCF

THEME : Droits de l’Homme & Liberté d’expression

15h30 : Thomas Sankara de Balufu Bakupa Kayinda (Congo RDC 1991/26mn)

16h00 : Table ronde sur la vie et l’œuvre de Patrice Emery LUMUMBA animé par Roland Lumumba (Président de la Fondation Lumumba) et Théophile Obenga, savant africain
Modération : Dr Bétéo D. NEBIE

SOIREE Liberté d’expression
(Animation : Rémi Dandjinou)

18h30 : Burma VJ de Anders Ostergaard, (Danemark 58 mn 2008) suivi de débats animé par Hervé Taoko et Jean Louis Saporito

20h30 : Kafka au Congo Marlène Rabaud et Arnaud Zajtman (Belgique 59 mn 2010) suivi de débats avec Newton Ahmed Barry & Me Guy Hervé KAM

22h00 : Hier encore, j’espérais toujours de Catherine Veaux- logeat, (Canada 70 mn 2008)

Au GOETHE INSTITUT
Thème : PEINE CAPITALE ET AMNISTIE
(ANIMATION: Koffi AMETEPE)

18h30 : Les derniers mots de Frances Newton de Thomas Giefer, rena Giefer, Konrad Ege, (Allemagne 52 mn 2006) en présence du réalisateur suivi de débats avec l’ACAT Burkina, le MBDHP, Amnesty Burkina et le Ministère de la Promotion des Droits Humains.

20h30: In prison my whole life de Marc Evans (Angleterre 2007 90mn)

CITE UNIVERSITAIRE KOSSODO
Animation : RAS BATH

18h30 : Lumumba, assassinat de style colonial de Thomas Giefer, (Allemagne 52mn 2001) suivi de débats en présence du réalisateur et de Roland Lumumba.

20h30 : Cona’Cris, la révolution orpheline de Gilles Nivet, France, (52 mn 2008)

22h30 : 638 façons de tuer Castro de Dollan CANNELL, (Cuba 65mn 2006)

CITE UNIVERSITAIRE PATE D’OIE

18h30 : Cona’Cris, la révolution orpheline de Gilles Nivet, France (52 mn, 2008) suivi de débats avec Smockey

20h30 : Lumumba, assassinat de style colonial de Thomas Giefer (Allemagne 52mn 2001) suivi de débats en présence du réalisateur et de Roland Lumumba.

22h30 : 638 façons de tuer Castro de Dollan CANNELL (Cuba 65mn 2006)


Soirée exceptionnelle du rire : la soirée humour et droits humains le vendredi 4 juin à 20h30 Centre Culturel Georges Méliès.
Votre festival innove à nouveau. Après le concert époustouflant qu’a donné les rappeurs Smockey du Burkina et Didier Awady du Sénégal en 2009, Ciné Droit Libre vous fait vivre cette année la nuit de l’humour. Après les projections dans les différentes salles et autres places publiques, voici le moment venu de vous détendre. D’éminents humoristes venant de divers horizons vous feront vivre une soirée exceptionnelle du rire.

Au programme, trois one man show :
Son Excellence Gérard du Burkina Faso le sosie du Président du Faso,
Adama Dahico le géniteur du concept Doromikan, candidat à la prochaine élection présidentielle de la Côte d’Ivoire
et Mamane le Franco nigérien, chroniqueur sur RFI qui présentera son fameux show pour la première fois au Burkina.
A l’animation, le Maréchal Zongo du duo Zongo et Tao.


Le festival « Ciné Droit Libre » est créé en 2004 au Burkina Faso par l’association Semfilms avec l’objectif de promouvoir et de défendre les droits humains ainsi que la liberté d’expression en Afrique. Sa formule de film-débat a connu un franc succès, non seulement à Ouaga, mais aussi à l’intérieur du Burkina et à l’extérieur (Bamako, Nairobi, Abidjan).