Événements

Café social de Belleville-Goutte d’or
Une journée pour fêter les 10 ans de l’association Ayyem Zamen à l’origine des Café social de Belleville et de la Goutte d’or.

Français

Lieux de convivialité et de médiation, les cafés Chibanis – les Anciens en français – accueillent des travailleurs immigrés retraités d’Afrique du Nord.
Chaque jour, plus d’une centaine de personnes fréquentent ces cafés au cœur du 20ème arrondissement. Ici, la convivialité et l’écoute sont plus recherchées qu’une simple boisson fraîche.
« Ces personnes vivent dans des conditions très précaires », explique Moncef Labidi, fondateur d’Ayyem Zamen (« le temps jadis » en français). Les « clients » sont donc accueillis dans un cadre chaleureux, proposant diverses animations (jeux traditionnels, dominos…). Cette convivialité amène ces hommes et femmes, souvent discrets et peu habitués à solliciter de l’aide, à faire part de leurs difficultés : problèmes de retraite, de chômage, de santé ou de handicap.

A la Maison des métallos on « recrée » un café nostalgie (l’ambiance du café social, les sonorités et les symboles de l’immigration).

> Dès 10h, on propose un tournoi de jeux inter-générationnels (les dames, les dominos)

> A 12h un repas solidaire associe les aînés et les habitants du quartier.

> A 16h des lectures de textes évoquent la vieillesse (par les participants de l’atelier de théâtre amateur de Cynthia Gava), suivi d’un film sur les Cafés.

> A 19h, on mitonne (et mange) le plus grand couscous de Belleville.

> A 20h, on finit en musique avec un récital de la chorale du café et un concert d’Houria Aïchi. Ambassadrice de la musique chaouie, peuple d’origine berbère avec une langue qui lui est propre, elle a gardé de sa culture une forme d’âpreté. C’est cet aspect épuré qui a séduit Bernardo Bertollucci pour accompagner un passage de son film « Un thé au Sahara ».