Événements

Café littéraire spécial football
Autour du livre La divine colère de Eugène Ebodé A l’occasion de la finale de la CAN 2004

Français

à 13 heures précises

Chronique de tempétueuses, bouleversantes et rieuses années sportives, voici, après « La transmission », le deuxième volet des souvenirs d’Eugène Ebodé, au ras d’un gazon de feu et au cœur des joutes footballistiques du Pays des Crevettes (le Cameroun) et d’ailleurs. Hommes, femmes, amours et haines rabelaisiennes se retrouvent autour du ballon rond, des joueurs, des dirigeants de club et des supporters. Utopie magique ou réalisme ironique ? « La divine colère » transporte avec charme et étourdit, surprend et informe le néophyte comme le spectateur averti des arcanes du foot. L’envie d’éclairer le jeu, de le rapprocher de ceux qui n’en connaissent ni les règles ni les rites, rend au football sa dimension populaire et planétaire. Mais l’auteur exprime aussi sa colère contre les appétits de trophée et de victoire. Ils peuvent en effet conduire au sacrifice de vies humaines lorsque passions et excès transforment un stade en crachoir et en cratère de tous les exutoires.