Événements

Afrika FilmFestival au CINESCOPE de LLN
Le centre Placet propose son Festival du film africain dans un cadre digne de ce nom : le complexe CINESCOPE, récemment rouvert.

Français

Du 3 au 11 mai – Afrika FilmFestival au CINESCOPE de LLN

Cette année, le centre Placet a sauté, à l’occasion de la réouverture d’un cinéma à Louvain-la-Neuve, sur l’opportunité de proposer son Festival du film africain dans un cadre digne de ce nom : le complexe CINESCOPE.

Une programmation éclectique et de qualité vous attend entre les 03 et 11 mai pour 4 séances (03/05 – 20h – 05/05 – 20h – 11/05 – 14h et 20h).

TARIFS
* Non-étudiants : 5€ – prévente 4€ (jusqu’au 29 avril)
* Étudiants : 4€- prévente 3€

Possibilité de négocier des tarifs de groupes.

Informations et réservations et marche à suivre pour le paiement auprès de Nicolas Delbar : 2, rue des sports, 1348 Louvain-la-Neuve – ✉nicolas.delbar@placet.be- 010/47 24 56

Vous retrouverez également une sympathique émission (en partie sur le Festival) réalisée par le Kot Louvain-Linux sur le lien qui suit : http://www.louvainlinux.be/%C2%AB-l…

Programmation :

03 mai – 20h : TÉZA – Haile Gerima – Ethiopie/US, 2008, 140 min.

Au début des années 70, Anberber est parti de son village de Minzero pour étudier en Allemagne. Il n’est plus du tout le même lorsqu’il revient chez lui en Ethiopie vingt ans plus tard. Que lui est-il arrivé pendant toutes ces années ? Beaucoup d’épreuves et d’aventures, liées aux changements radicaux du régime dans son pays d’origine et à sa situation d’étudiant étranger.

Au travers du destin hors normes d’Anberber, « Teza » raconte les rêves et les désillusions, les drames et les espoirs de l’Éthiopie contemporaine. Un film d’actualité.

05 mai – 20h : Court métrage NA WEWE – Ivan Goldschmidt, 18 min. suivi de KINSHASA SYMPHONY – Claus Wischmann, Martin Baer – Allemagne/RDC, 2009, 95 min.

NA WEWE
Ce court-métrage raconte un des épisodes tristement fréquents de ce conflit fratricide entre les ethnies Hutu et Tutsi. Une histoire entièrement basée sur des personnages et des situations réels. Le court-métrage belge « Na Wewe » (« Toi aussi » en Kirundi) a été nominé aux Oscars 2011 dans la catégorie « Meilleur film étranger ». Le film, qui se déroule en 1994 au Burundi, dénonce avec émotions, suspens et humour l’absurdité des luttes ethniques et raciales.

KINSHASA SYMPHONY
L’Orchestre symphonique Kimanguiste a l’intention d’organiser un concert en plein air pour commémorer l’indépendance de la République du Congo. Deux cents musiciens et chanteurs s’apprêtent à monter sur scène pour une performance unique. Plusieurs milliers de personnes sont attendues pour ce qui sera un événement musical à Kinshasa. Le programme est européen et rencontre des œuvres de Beethoven, (Carmina Burana), Dvořák et Verdi. Les répétitions débutent, la ferveur de la création musicale collective monte… Un film d’une force émotionnelle communicative qui démontre la détermination avec laquelle la société civile congolaise cherche à s’émanciper. Magistral !

11 mai – 14h : Africa United de Debs Gardner-Paterson(sous réserve actuellement) – Afrique du Sud/Rwanda, 2010, 85 min.

« Africa United » raconte l’histoire extraordinaire de trois enfants rwandais qui tentent de réaliser le rêve de leur vie : assister à la cérémonie d’ouverture de la Coupe du Monde de Football 2010 à Johannesburg. Les problèmes commencent quand Fabrice, Dudu et Béatrice se trompent de bus et se retrouvent au Congo. Sans papiers, sans argent, ils sont conduits dans un camp d’enfants-réfugiés.

Avec une incroyable ingéniosité, un peu de culot et une affiche de la Coupe du Monde comme carte, nos héros s’échappent du camp et repartent à la poursuite de leur rêve en compagnie d’une « dream team » d’enfants. Une aventure de 5000 km à travers sept pays !

11 mai – 20h : The Yacoubian Building – Marwan Hamed – Egypte, 2006, 172 min.

Construit en 1930 en plein cœur du Caire, l’immeuble Yacoubian est le vestige d’une splendeur révolue.
Aujourd’hui à travers les vies croisées de ses habitants, se dessine un panorama sans fard de l’Egypte moderne où se mêlent corruption politique, montée de l’islamisme, fracture sociale, absence de liberté sexuelle et nostalgie du passé. Le portrait d’une société complexe et éclatée, surprenante et attachante.