Événements

Institut Français de Dakar – programme juin

Français

Toute l’actualité du mois de juin à l’Institut français de Dakar !



/ CONCERT /
Mercredi 1er juin – 21h / Théâtre de verdure
Sénégal


PHILIPPE MONTEIRO
From Cabo with Love !


Philip Monteiro, a grandi à la croisée des influences africaines et lusophones. Enfant du plateau de Dakar, il aura été bercé par le son des coladeiras de la maison familiale mais aussi par les Sabars du quartier. De ses origines capverdiennes, Philip Monteiro a hérité un sens naturel de la mélodie et des harmonies subtiles et suaves que nous a fait connaître sa compatriote Césaria Evora. Sa voix émaillée et chaude résonne aux côtés des plus grands, son succès grandissant le place numéro 1 des chartes dans plusieurs pays lusophones. De son studio Dakarois, il décline tout un panel de rythmes et d’influences musicales : de la coladeira au zouk, en passant par la coladance, le funacola, le batuque, le mandingo, le mbalax, le funk, la dance, le zouk- love, ou encore le r’n’b. Auteur, compositeur, arrangeur, claviériste et chanteur, le prince de la musique Cabo vous charmera sans aucun doute !


Tarif : 5 000 fcfa
Prévente : 3 000 fcfa



/ ONE MAN SHOW /
Vendredi 3 juin – 21H / Théâtre de Verdure
Niger


MAMANE
Un Président de la république au théâtre de Verdure
!

D’origine nigérienne, résidant en France depuis une dizaine d’années, Mamane a choisi l’humour comme moyen d’expression pour faire passer des messages profonds. Allant d’une culture à l’autre, celui qui se définit comme un Africain dans l’âme et un Français de cœur, aborde avec finesse les sujets qui fâchent. À l’image du personnage qu’il incarne sur RFI, le célèbre Président fondateur de la république très très démocratique du Gondwana, Mamane distille des messages universels sous la forme de contes faussement naïfs.
Il regarde l’actualité de biais, d’en haut, d’en bas, de côté, il la soupèse, la retourne dans tous les sens et nous la rend complètement décalée.
Léger, jamais moralisateur ni plaintif, ce « one-mamane-show » en est d’autant plus percutant. Un bon moment, même si toutes les vérités ne font pas toujours plaisir à entendre !

Tarif : 8000 fcfa
Prévente : 5000 fcfa



/ CONCERT /
Samedi 4 juin- 21h / Théâtre de verdure
Mali


AMI KOÏTA
L’autre voix éternelle de Djoliba


Ami Koita est l’une des plus belles voix du Mali, aux côtés de Salif Keita, de Kassé Mady Diabaté ou de Kandia Kouyaté. Comme Salif Keita, Ami est originaire de Djoliba, c’est là qu’elle apprend l’histoire, la généalogie et la magie du verbe, dans la plus pure tradition griotique mandingue.
À partir de 1979, ses premiers enregistrements révèlent déjà une voix intense, qui vit pleinement chacune des syllabes qu’elle chante. Balafon et ngoni tissent un solide canevas rythmique sur lequel rayonne son lyrisme vocal, ses intonations expriment une clarté et une tessiture inouïes. Des morceaux comme Sarama, Tata Sira, Mamaya, ou Mogoyena participent à sa légende.
Même si ses enregistrements se font aujourd’hui plus rares, Ami Koita demeure l’une des grande voix du griotisme féminin mandingue. Sa venue à Dakar constitue l’un des évènements musicaux de l’année !

Florent Mazzoleni

Tarif : 8 000 fcfa
Prévente : 5 000 fcfa





/ DANSE /
Jeudi 9 juin- 21h / Théâtre de Verdure
Sénégal


GERMAINE ACOGNY
Songook Yaakaar


En Afrique, il y a un âge pour prendre la parole. Un âge pour dire les mots qui portent, et aussi ceux qui grondent. Ceux qui adoucissent. Ceux qui hurlent. Ceux qui pleurent. Ceux qui apaisent. Ceux qui ragent…
Germaine Acogny danse sur tous les continents depuis plus de 35 ans. L’Afrique, elle l’a toujours dansée, sans paroles. Et puis l’âge est venu de parler, de mettre des mots sur ce qui danse en elle depuis qu’elle est vivante. De prendre les mots pour les danser, les siens et ceux des autres. Depuis longtemps, Germaine Acogny cherchait comment répliquer à ceux qui parlent de l’Afrique à tort et à travers. Elle a décidé de recourir à une coutume vivante de l’Afrique de l’Ouest, « la parenté plaisanterie » qui permet de se moquer de soi-même sans épargner les autres. Une manière de distancer son propos et garder l’humour.

Songook Yaakaar, qui signifie « Affronter l’espoir » en langue wolof, est ce message adressée à travers les gestes de sa danse, les mots, la vidéo.
Germaine Acogny a créé et dirige l’Ecole des Sables à Toubab Dialaw, lieu de rencontre et de formation pour danseurs d’Afrique et du monde entier où elle enseigne sa propre technique de Danse Africaine Moderne. Directrice artistique de la Compagnie Jant-Bi, elle est considérée comme la mère de la danse africaine contemporaine.
Germaine Acogny et Pierre Doussaint : Chorégraphie
Fabrice Bouillon-LaForest : Musique
Fred Koenig : Création vidéo
Bernard Mounier : Texte
Angélique Dielhou : Costumes
Horst Mühlberger : Création lumières


Tarif : 5 000 fcfa
Prévente : 3 000 fcfa




/ THÉÂTRE /
Samedi 11 juin – 21h / Théâtre de Verdure
Japon


COMPAGNIE DES LUCIOLES
Kakushidanuki


Le spectacle est composé de trois pièces, la première histoire qui s’intitule, Harogomo, est une pièce de Nô, un théâtre traditionnel japonais basé sur la danse et le chant. Les Nô sont de longs poèmes qui mettent en scène, de manière onirique les passions de personnages célèbres.
La seconde pièce, Kakushidanuki – Le Blaireau caché, est un Kyôgen, une farce burlesque japonaise, théâtre de paroles dont les dialogues réalistes sont souvent bouffons.
Enfin, Monsieur et Monsieur est l’adaptation d’un texte contemporain français d’Eudes Labrusse travaillé à partir des codes du théâtre traditionnel japonais.
Ce spectacle vous fera découvrir de la plus belle des manières le théâtre traditionnel japonais, le Nô et le Kyôgen, la pièce de Kyôgen étant présentée entre deux pièces de Nô en guise d’interlude.


Jérôme Wacquiez : Metteur en scène et comédien
Masato Matsuura : comédien
Yuka Toyoshima : Musicienne
Flo Guénand : Costumes
Anne Guénand : Scénographe


Tarif : 3 000 fcfa
Adhérents : 2 000 fcfa




/ CONCERT /
Mardi 14 juin – 21h / Théâtre de Verdure
Sénégal


SOIREE JAZZ
Sonja Kandels Band


Le Sonja Kandels Band est un ensemble dynamique mêlant des rythmes traditionnels africains et du jazz moderne. Chanteuse d’origine allemande, Sonja Kandels puise dans la mythologie et les fables de l’Afrique de son enfance pour exprimer la vie dans toute sa mystérieuse richesse. Ses chansons racontent des histoires d’enfants, de mères ou d’amants. De manière personnelle, elle rend un hommage intemporel à ce continent, aux traditions et artistes africains qui sont pour elle une source inépuisable d’inspiration. Aussi à l’aise au chant en Anglais, Kisuaheli, Wolof ou encore Baka, Sonja Kandels utilise sa voix riche en nuances comme un instrument.
Sonja Kandels : Voix
Hans Lüdemann : Piano
Stefan Rademacher : Basse
Christian Thomé : Batterie

Chico Correa & Electronic Band

Esmeraldo Marques alias Chico Correa est un DJ et musicien de João Pessoa, dans le nord est du Brésil, celui-là même que Caetano Veloso désignait un jour comme « le nouveau pôle culturel ».
Ses productions « électro » sont basées sur des mélodies du nord Brésil et des rythmes régionaux comme la Samba, le Coco, le Baião et le Carimbó. Chico Correa expérimente et renouvelle sur scène des alliages entre tessitures organiques et synthétiques, entre rythmes syncopés et mélodies lancinantes.
Il excelle à emmener un public conquis par l’électro et le dub vers les univers riches et poétiques du nordeste brésilien.

Chico Correa : Sampler, guitare
Victorama : Batterie
Joao Cassiano : Percussions
Thiago Sombra : Basse
Jonathas Falcao : Voix
Gil Duarte : Trombone et Flute
SamIpok : Saxophone
+ special guest:

En partenariat avec l’ambassade du Brésil


Tarif : 5 000 fcfa
Prévente : 3 000 fcfa



/ CONCERT /
Vendredi 17 juin – 21h / Théâtre de Verdure
Sénégal


IDRISSA DIOP
Le secret de la jeunesse éternelle

« Vas transmettre… », lui avait dit son grand-père en lui offrant un petit Djembé, cet instrument qui faisait office de jouet à première vue, va tracer une carrière, celle d’Idrissa Diop.
Dans les années 70, il fait ses premiers pas dans les clubs de Dakar, dont le Miami, le Sahel… En 1982, il part à Paris où il forme le groupe Sixun qui marquera la scène musicale de l’afro-jazz avec plus de 400 concerts à travers le monde et deux albums, « Nuit Blanche » et « Pygmées ». De cette époque à nos jours, Idrissa Diop alias « Idy » n’a pas cessé de multiplier les rencontres et les expériences. Sa Musique de Fusion lui a ouvert bien des horizons.
Revenu au bercail ces dernières années, « l’aîné le plus jeune » ne cesse d’élargir son public à travers ses belles collaborations avec la jeune génération de rappeurs sénégalais, dont Deggy T, Awadi, Nix… Son nouvel Album « Voyage » qui sortira bientôt, le confirme davantage.

– Idrissa Diop : lead vocal
– Mariéme Fall : choeurs
– Ismaila Cisse : claviers
– Vieux : bass
– Janvier : batterie
– Chiekh Tidiane Tall : guitare
– Baye Demba Faye : percussions


Tarif : 5 000 fcfa
Prévente : 3 000 fcfa



/ CONCERTS /
Mardi 21 avril – 21h / Théâtre de Verdure
Sénégal


FÊTE DE LA MUSIQUE
REGGAE PARTY
TIMSHELL + I SCIENCE



/ CONCERT /
Vendredi 24 juin – 21h / Théâtre de Verdure
Sénégal


SUBA & MATADOR
Le monde de demain leur appartient


Suba, comme « demain » en Wolof. Demain comme la promesse d’aller de l’avant et de construire, en jetant un pont musical entre Afrique et Occident.
Initiateur d’un centre de création artistique à Keur Massar qui, à l’instar de ce groupe, promeut la préservation des instruments traditionnels et les rencontres novatrices, Pape Dieye a réunit depuis le printemps 2009, Matador la star montante du rap sénégalais (lauréat 2010 du prix du meilleur artiste hip-hop aux Sunu Music Awards) et les musiciens français Robin Vassy, Ben Lecomte et Romain Nassini pour former Suba.
Entremêlant Hip-Hop, sons traditionnels, électro rock, et afro groove, Suba ne laisse personne indifférent. Dans le son de Suba, les textes ciselés et engagés de Matador et son flow puissant épousent des sonorités plus actuelles, parfois électroniques, sensations garanties.

Entrée libre


Tarif : 5 000 fcfa
Prévente : 3 000 fcfa
Étudiant : 1000 fcfa





/ CONCERT /
Samedi 25 juin – 21h / Théâtre de Verdure
Sénégal


CAPOEIRA
Une danse, une lutte, une culture


La capoeira est un art du combat déguisé en danse, conjugué à la musique. L’expression de la capoeira se fait à travers une « roda » : ronde composée de capoerisites danseurs et musiciens. Le jeu de capoeira est basé sur des « questions-réponses » c’est-à-dire des coups d’attaques et des parades d’esquives. Chaque jeu est une improvisation basée sur la création corporelle. Sans jamais se toucher, les capoeiristes font preuve de maitrise de leur corps et jouent au rythme de chants qui racontent l’histoire de la capoeira, de l’esclavage, de la vie quotidienne, de la lutte pour la liberté…
Ce spectacle donne à voir une progression de la capoeira dans le temps. Il commence avec sa forme la plus traditionnelle : capoeira angola, vers des créations modernes innovantes. Autour de la capoeira gravitent également d’autres danses afro-brésiliennes, elles aussi nées de ces métissages culturels entre Afrique, Amérique et Europe.

Tarif : 5 000 fcfa
Prévente : 3 000 fcfa




/ CONCERT /
Jeudi 30 juin – 21h / Théâtre de Verdure


Concert à but humanitaire, organisé par l’Amicale des Secrétaires de l’Agence Française de Développement (ASAFD), au profit des enfants indigents atteints de maladies graves de la pédiatrie de l’hôpital Aristide Le Dantec. L’intégralité de la recette sera reversée à l’ASAFD.

DAARA J
Pour la bonne cause !


Créé en 1992, Daara J deviendra au fil des ans Daara J Family et sortira très rapidement des frontières de son Sénégal originel pour porter sa culture aux quatre coins de la planète. Plus d’un millier de concerts dont des premières parties pour Wyclef Jean, Mos Def ou Peter Gabriel mais aussi pour les Rita Mitsouko, Zebda et Ayo les conduiront dans les plus prestigieux festivals français tandis que leurs albums connaîtront un véritable succès populaire, le troisième paru en 2003 s’adjugeant même le BBC World Award du Meilleur Album Africain. Du hip hop au reggae, en passant par le funk, ballades et mélodies hypnotiques, rien n’a été laissé au hasard sur un épatant « School Of Life » auquel on retrouve la multitude des couleurs de l’Afrique. Daara J Family nous embarque au beau milieu de son monde, un univers toujours positif, même si parfois les sujets se veulent graves…



Tarif Unique : 8000 fcfa