Événements

Proche-Orient ce que peut le cinéma 2011
5ème édition de cette biennale.

Français

Proche-Orient : Ce que peut le cinéma

Du 30 novembre au 13 décembre 2011 se tiendra la 5e édition de la biennale
« Proche-Orient : ce que peut le cinéma » au cinéma les 3 Luxembourg (Paris 6e).


projections et débats‏

www.quepeutlecinema.com/

Ce Festival est le rendez-vous des passionnés du cinéma et du Proche-Orient.

Il permet également, à de nombreux cinéastes de cette région, souvent isolés et parfois en bute à la répression, de vivre des moments privilégiés d’échange et de partage avec leurs confrères et consœurs et le public.

Ce Festival prend évidemment cette année, avec l’Intifada arabe et la reconnaissance internationale croissante de l’Etat de Palestine, une dimension toute particulière.

Pour la première fois, l’Egypte sera présente avec la projection de Zelal, de Marianna Khoury et Mustapha Hasnaoui, une étonnante plongée dans un hôpital psychiatrique du Caire.
Mais aussi de Au Caire de la Révolution de Samir Abdallah, un documentaire sous forme de « work in progress ». Samir Abdallah, cinéaste Egyptien, a grandi en exil en France pendant toutes les décennies de la dictature. Il est retourné en Egypte à la veille de la chute de Moubarak. Il filme sa découverte de son pays, de son peuple, de sa révolution…

Hommages également à deux grands amis disparus : le cinéaste syrien Omar Amiralay, et Juliano Mer Khamis, sauvagement assassiné au Théâtre de la Liberté de Jénine. La journée consacrée à Juliano, en clôture du Festival, sera marquée par la première mondiale de courts métrages et par la projection du film en cours de tournage de Udi Aloni, en la présence de ce derniers et d’étudiants du théâtre.

Le Festival s’ouvrira sur My Land : le cinéaste marocain Nabil Ayouch confronte, dans ce film hors du commun, le témoignage des Palestiniens expulsés en 1948 de trois villages de Galilée et les réactions des Israéliens vivant à côté de leurs vestiges…

En ces temps d’indignation et d’engagement, le Festival recevra également Stéphane Hessel, qui viendra dialoguer avec le public, après la projection de deux documentaires qui lui sont consacrés.

Chaque journée sera dédiée à un thème, avec des projections de films et des débats organisés par des spécialistes :

– Le Printemps Arabe
– Le Liban et la Syrie
– L’Irak et le Kurdistan
avec L’âme en sang d’Olivier Morel (94′), un film sous forme de témoignage de soldats à leur retour d’Irak
l’Iran avec The Green Waves de Ali Samadi Ahadi
– Les Etrangers dans leur propre pays
– Les Femmes avec l’incroyable Woman of Hamas de Suha Arraf. Le témoignage unique de trois femmes engagées au sein du Hamas à Gaza.
– Peut on rire de tout ?
– Israël avec la projection de Breaking the Silence où des soldats israéliens témoignent ouvertement de leur service militaire et la réalité de leur présence en Palestine Occupée,
– Gaza avec Tears of Gaza de Vibeke Lokkeberg
– La Palestine : Avant-première de Man without a Cellphone de Sameh Zoabi (80′)
– Jérusalem (emmurée) ? Avant-première de Tanathur de Tawfik Abu Wael (Festival de Locarno 2011).



Proche-Orient : Ce que peut le cinéma du 30/11 au 13/12/2011
Programme


Festival dédié à Juliano Mer-Khamis (29 mai 1958 – assassiné le 4 avril 2011) et à Omar Amiralay (1944 – 5 février 2011)
Hommage à Stéphane Hessel (en sa présence)


Mercredi 30 novembre : Soirée d’ouverture

20h00
Susya de Dani Rosenberg et Yoav Gross (15′) My Land de Nabil Ayouch (80′)
Débat avec Nabil Ayouch, Leila Shahid et Yael Ben Yefet, animé par Dominique Vidal

Jeudi 1er décembre : Le printemps arabe

18h00
Zelal de Marianne Khoury & Mustapha Hasnaoui (90′)

20h30
Au Caire de la révolution de Samir Abdallah (60′) + Partage de Salah Ghuweder (Lybie 10′)

Débat avec Bertrand Badie et Robert Malley ou Nicolas Qalander ou Peter Harling, animé par Sylvie Braibant (TV5)

Vendredi 2 décembre : Liban et Syrie

18h00
Les fantômes of Joana et Khalil de Laurent Billard (26′ Liban) +
All for the Nation de Carol Mansour (52′ Liban)

20h30
Le cinéma de Mohamed Malas de laurent Billard (26′ Syrie) +
Tea on the axis of evil de Jean Marie Hoffenbacher (67′, Syrie)
Débat avec Farouk Mardam Bey et Samir Aita animé Hoda Saliby (Courrier international)

Samedi 3 décembre : Irak et Kurdistan

14h00
Mandoo de Ebrahim Saeedi (90′ Kurd)

16h00
L’âme en sang d’Olivier Morel (94′)

18h00
Kirkuk(Kick Off) de Shawkat Amin Korki (81′ Kurd)

20h30
Charcoal and ashes (7′), Speak your mind (14′) +
Goodbye Babylon de Amer Alwan (67′ Iraq)
Débat avec Hamit Bozarslan et Chris Kutshera, animé par Christian Chesnot (France Inter)

Dimanche 4 décembre : Iran

14h00
The Wind is Blowing on My Street de Saba Riazi (16′) + Safar de Taleh Daranavard (55′)

15h30
Chroniques d’un Iran de Manon Loizeau (90′)

18h00
Iran about de Emilio Casalini (27′) + Fragments d’une révolution de Ana Nyma (54′)

20h00
The Green Wave de Ali Samadi Ahadi (80′),
Débat avec Bernard Hourcade, Shervin Ahmadi animé par Agnès Rotivel (La Croix)

Lundi 5 décembre : Etrangers dans leur propre pays

18h00
Lone Samaritain de Barak Heymann (50′) + Va & Vient, 4 films de jeunes réalisateurs bédouins (50′)

20h30
Eid du Collectif Saaheb (8′ Bédouins) + Don du ciel de Guy Davidi (15′ Thais) + Back to One’s Roots de Bilal Yousef (47′ Druze)
Débat avec Akram Belkaïd et Sébastien Boussois animé par Jean-Pierre Sereni (Le Monde diplomatique)

Mardi 6 décembre : Enfin les femmes

18h00
The Wind is Blowing on My Street de Saba Riazi (16′) + Nomad’s Home de Iman Kamel (61′)

20h30
Clichés by Nadine Naous (8′) + 138 Pound in My Pocket de Sahera Dirbas (20′) + Women of Hamas de Suha Arraf (55′)
Débat avec les réalisateurs(trices) et une femme reporter, animé par Françoise Germain-Robin (L’Humanité)

Mercredi 7 décembre : Peut-on rire de tout ?

20h30
Coffee – Between Reality and Imagination: The Clock and the Man de Gazi Abu Baker (11′) + Wajeh de Murad Nessar (16′) + Blague à part de Vanessa Rousselot (54′)
Débat avec la réalisatrice Vanessa Rousselot et Plantu animé par Morgan Canda

Jeudi 8 décembre : Israël

18h00
La Turbine Humaine de Danny Verete, (105′)

20h00
Breaking the Silence (Noam Chayut) (40′) + Guerre, mensonges et télé de Giovani Minoli (59′)
Débat avec Michel Warschawski et Gadi Algazi animé par Daniel Mermet (France Inter)

Vendredi 9 décembre : Gaza

18h00
Mohammed Rewind de Arnaud Bouquet (7′) + Into the Belly of the Whale de Hazim Bitar (25′) The Breaker de Wesam Mousa (30′) + Ticket from Azrael de Abdallah Al Ghoul (30′)

20h30
Tears of Gaza de Vibeke Lokkeberg (83′)
Débat avec Régis Garrigue animé par Mohamed Kaci (TV5)

Samedi 10 décembre : La Palestine

14h00
Fragments d’une Palestine perdue de Norma Macos (75′),

16h00
Courants Interrompus de Guy Davidi et Alexandre Goetschmann (72′)

18h00
Coffee – Between Reality and Imagination: Sense of Morning de Masaloun Hamoud (9′), A Trip to Jaffa de Eitan Sarid, (14′) + A Cup of Coffee from Palestine de Kareem Karaja, Amer Ahmaro, Murad Nessar (8′) + Le Cinéma d’Elia Sulieman de Laurent Billard (26′) + Vidéocartographies : Aida, Palestine de Till Roeskins (46′)

20h30
Man without a Cellphone de Sameh Zoabi (80′)
Débat avec Yves Aubin de la Messuzière, Jean-Paul Chagnollaud, Hervé de Charette animé par Denis Sieffert (politis)

Dimanche 11 décembre : Jérusalem emmurée

14h00
Jerusalem Moments 2009 : Ghetto Town (11′), Bus (10′), Nine to Five (18′) + Adieu Jerusalem de Alexandre Fronty (52′)

16h00
Jerusalem Moments 2011: Green Dreams de Natasha Dudinski and Irit Eshet (26′), Behind the Wall de Murad Nassar (19′), House Arrest de Keren Shayo (22′)

17h30
Jerusalem Bride by Sahera Dirbas (75′)

Débat avec Elias Sanbar et Danièle Bidard animé par Isabelle Avran

20h30
Tanathur de Tawfik Abu Wael (80′)
Lundi 12 décembre : Indignez-vous, engagez-vous !

18h00
Stéphane Hessel, un Sisyphe heureux de Sophie Le Chevalier et Thierry Neuville (52′)

20h00
Stéphane Hessel, une histoire d’engagement de Christine Seghezzy (55′)
Débat avec Stéphane Hessel animé par Ahmed El-Keiy (France O)

Mardi 13 décembre :
Soirée de clôture consacrée à Juliano Mer-Khamis

18h00
Me and My Father de Juliano Mer-Khamis (28′)
Staying Human by ISM (Vittorio Arrigoni)(47′)

20h30
Jenin – No Child is Born a Terrorist de Charles Annenberg Weingarten (20′)
While Waiting work in progress (10′-15′) d’ Udi Aloni, Mustafa Staiti & Juliano’s Freedom Theater Company + Honor (15′) + I’m Black As Well (6′) + My Family (6′) de Mustafa Staiti + Freedom Theatre: Sho Kman? (25′)
Débat avec Udi Aloni, 3 étudiants du Théâtre de la Liberté de Jenine et tous les réalisateurs présents, animé par Benjamin Barthe (Le Monde).

Équipe, les Soutiens et les Parrains

L’ÉQUIPE
Déléguée générale : Janine Halbreich-Euvrard
Programmation : Janine Halbreich-Euvrard et Carol Shyman
Gestion, organisation, relations avec les institutions : Anne Vaugeois
Coordination des débats et des invités : Dominique Vidal assisté de Morgan Canda
Catalogue : Anne Vaugeois et Carol Shyman
Graphisme : Garance de Galzain, Frédéric Moret, et Armelle Ritter
Illustration affiche :
Traductions : Michel Euvrard et Carol Shyman
Conception et réalisation du site web : Carol Shyman et Trimaran
Presse : Anne Guimet aguimet@free.fr

Avec le soutien de
Le Centre National du Cinéma Français et de l’image animée (CNC)
La Mairie de Paris
La Région Île-de-France
La Ligue Arabe
Consulat de France à Jérusalem
Le CCAS

Comité de parrainage/Remerciements
Samir Abdallah, Ariane Ascaride, Hany Abu-Assad, Raymond Aubrac, Marie-Josée Azur, Étienne Balibar, Paul Balta, Simone Bitton, Jacques Blot, Rony Brauman, Jean-Pierre Darroussin, Régine Desforges, Nicole Dreyfus, Frank Eskenazi, Jean-Jacques et Irène de Felice, Laure Fourest, Robert Guédiguian, Gisèle Halimi, Christiane et Stéphane Hessel, Jean Lacouture, Yves Leclerc, Serge le Péron, Farouk Mardam-Bey, Rachid Masharawi, Maï Masri, Albert Memmi, Daniel Mermet, Edgar Morin, Kenizé Mourad, Abraham Ségal, Michèle Siboni, Eyal Sivan, Bertrand Tavernier, Pascal Thomas, Marie Vermillard, Michel Tabet, Tawfiq Abu Wael, Sobhi Al-Zobaidi,
La Ligue des droits de l’homme, France Palestine Association, Trop c’est Trop, UJFP, Plateforme Palestine,


Site web de la manifestation : www.quepeutlecinema.com

English

Back for the 5th edition!!!

Middle East: What Can Cinema Do will present its 5th edition at its traditional location in Paris, the cinema theatre Les 3 Luxembourg, from November 30 – December 13, 2011.

The call for entries is now open. Calling all short, mid-length and feature films, documentary or fiction. Calling all films presenting an interest in the ever-changing Middle East region, to include Egypt this year.

Middle East: What Can Cinema Do became a 12-day event in 2009, marked by a keynote film and debate each night exploring conflicts and the daily life in the Middle East region.

Last festival debate themes focused on Jerusalem, Gaza, Women, but also the war in Iraq and its effects on the people. A day was devoted to Lebanon, another to Iran. We also continued our look at Colonialization and Exile.

Leila Shahid, Dominique Vidal & Michel Warschawski were once again the festival’s special guests at opening night, with the avant premiere screening of Ajami, awarded the Camera d’Or Special Mention at Cannes, directed conjointly by an Israeli and Palestinian filmmaker.

The success in bringing together a varied, activist, regular or just curious crowd to see films and be part of the daily conferences has contributed to the growing importance of this Parisian biennale event. It has also addressed the growing need to confront and discuss these issues on a regular basis. Cinema is very much an important vehicle of communication.

In the words of Janine Halbreich-Euvrard, founder of the event (and author of the book « Israéliens, Palestiniens : Que peut le cinéma ? »), « Cinema can most certainly help to tumble down walls, be they made of steel or of prejudice and ignorance. »

See you end of November for the start of the 5th edition.