Événements

Salon africain du livre de la presse et de la culture 2006
3e édition – Afrique : connaissance et reconnaissance / Le livre comme lieux de savoir en Afrique. Africultures, à travers la présence de Taïna Tervonen participe à cette 3e édition

Français

Jeudi 27 avril

15h45-16h30
Inauguration du Salon africain du livre, de la presse et de la culture
En présence de tous les invité(e)s, des organisateurs du salon du livre et des invités d’honneurs, Allocutions de M. Walter Fust, directeur de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC), Mme Micheline Calmy-Rey, conseillère fédérale, cheffe du Département des Affaires étrangères, et du représentant permanent de l’Organisation internationale de la Francophonie auprès des Nations Unies à Genève et M. Cheick Omar Sissoko, ministre de la Culture du Mali,
Inauguration suivie par un apéritif avec des lectures courtes : textes lus par Laure-Marie Legais, comédienne

17h00-18h00
Afrique : connaissance et reconnaissance
Cheick Omar Sissoko, ministre de la Culture du Mali, Filippe Savadogo, ambassadeur du Burkina Faso en France, Jérôme Bindé (sous réserve), directeur général adjoint de l’UNESCO et rapporteur de Vers les sociétés du savoir, André Brink, auteur d’Afrique du Sud, Alain Mabanckou, lauréat du Prix des cinq continents et professeur de littératures francophone et afro-américaine à l’université du Michigan (États-Unis).
Et en compagnie de tous nos invité(e)s.
Rencontre animée par Nathalie Carré, rédactrice en chef de Notre Librairie (France)

Signatures

A l’espace librairie, toute la journée en alternance et à la suite des débats des auteur(e)s signent leurs livres…

Rencontres
Prix Ahmadou Kourouma : réunion du jury, prix sous la direction de Jacques Chevrier

Dîner inaugural sur invitation à 19h avec les invité(e)s du salon…

Vendredi 28 avril

10h-11h
Langue(S) et éducation(S)
En compagnie de Marie-Chatry Komarek, depuis presque trente ans soutient l’emploi systématique de la langue maternelle de l’élève dans des projets éducatifs en Amérique Latine et en Afrique, Alain Ricard, directeur de recherche au CNRS où il a fondé le groupe de recherche sur les littératures de l’Afrique noire, Lilyan Kesteloot, spécialiste de la littérature africaine et chercheur à l’Institut de recherches de l’Université de Dakar (IFAN).
Rencontre animée par Boubacar Boris Diop (Sénégal), auteur et journaliste

11h-11h45
Conversation entre Nuruddin Farah (Somalie) et Taïna Tervonen, critique littéraire, Africultures (France)

12h00
Prix Ahmadou Kourouma doté d’un montant de 5000 francs suisses : communication des lauréats.

Dédié au grand romancier disparu en 2003, le Prix Kourouma, lancé par le Salon africain, récompense un ouvrage, essai ou fiction consacré à l’Afrique noire et dont l’esprit d’indépendance, de lucidité et de clairvoyance s’inscrit dans le droit fil de l’héritage légué par le romancier ivoirien. Placé sous la présidence du Professeur Jacques Chevrier, le Prix Kourouma est doté d’une somme de CHF 5000.-

membres du jury 2006
Jacques Chevrier, président
Beïda Chikhi
Tanella Boni
Romuald Blaise Fonkua
Dieudonné Gnammankou

ouvrages présélectionnés
– Et le ciel a oublié de pleuvoir de M’Barek Ould Beyrouk, Editions Dapper ;
– Les fantômes du Brésil de Florent Couao- Zotti, Editions Ubu;
– Vieux lézard d’Ousmane Diarra, Editions Gallimard, collection Continents noirs ;
– Silikani d’Eugène Ebodé, Editions Gallimard, collection Continents noirs ;
– Port Mélo d’Awumey Edem, Editions Gallimard, collection Continents noirs ;
– Baby Face de Koffi Kwahulé, Editions Gallimard, collection Continents noirs ;
– L’intérieur de la nuit de Léonore Miano, Editions Plon ;
– Je vous souhaite la pluie d’Elizabeth Tchoungui, Editions Plon ;
– Aux Etats-Unis d’Afrique d’Abdourahman Waberi, Editions Lattès ;
– Négrophobie de Boubacar Boris Diop, Odile Tobner, François-Xavier Verschave, Editions les arènes ;
– Peuls de Tierno Monénembo, Editions Seuil.


15h-16h
Créations et réalités
En compagnie de Koulsy Lamko (Tchad), Alain Mabanckou (Congo), Jean-Claude Awono (Cameroun), Nuruddin Farah (Somalie), André Brink (Afrique du sud).
Rencontre animée par M’Bareck Ould Beyrouck (Mauritanie), auteur et journaliste

16h15-17h
Conversation entre Eugène Ebodé et Taïna Tervonen, critique littéraire, Africultures (France)
Autour de l’œuvre d’Eugène Ebodé (Cameroun).
17h-18h
Langue(S) et identité(S)
En compagnie de Alain Mabanckou, Nuruddin Farah, Boubacar Boris Diop, Koulsy Lamko.
Table ronde animée par Sandra Coulibaly Leroy, représentante permanente adjointe de la Délégation permanente de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Signatures
A l’espace librairie, toute la journée en alternance et à la suite des débats des auteur(e)s signent leurs livres…

Samedi 29 avril

10h-11h
Une histoire littéraire africaine
En compagnie de Alain Ricard et Lilyan Kesteloot.
Participation et animation par Jacques Chevrier, auteur de Le lecteur d’Afriques

11h15-12h
Conversation entre Alain Mabanckou et Nathalie Carré, rédactrice en chef de Notre librairie

Autour de l’œuvre d’Alain Mabanckou.

15h-16h
Négrophobie, suite et fin ?
En compagnie de Boubacar Boris Diop, Odile Biyidi-AwalaTobner (fonde en 1978, avec Mongo Beti, son époux, la revue bimestrielle Peuples Noirs Peuples Africains, qui paraît jusqu’en 1991), sous réserve M’Bokolo.
Café politique animé par Anne-Cécile Robert, auteur de L’Afrique au secours de l’occident et journaliste au Monde diplomatique

16h-17h
Conversation entre André Brink et Nathalie Carré, rédactrice en chef de Notre librairie
Autour de l’œuvre d’André Brink.

signatures
Toute la journée à la librairie… suite aux rencontres et conversations.

Dimanche 30 avril

10h-11h
La filiation en question
En compagnie de Ousmane Diarra (Mali), Boubacar Boris Diop (Sénégal), Nafissatou Dia Diouf (Sénégal).
Débat proposé et animé par Eugène Ebodé

11h-12h
De la curiosité et du commerce chez les éditeurs
En compagnie de Mamadou Kassé des éditions NEAS (Sénégal), François Nkémé de Proximité, éditions associatives camerounaises, Mical Drehi Lorougnon des éditions Edilis (Côte d’Ivoire), de Gora Diouf des éditions ENDA (Sénégal) et Bernard Magnier, directeur de la collection Afrique chez Actes Sud.
Rencontre animée par Elhadj Seydou Nourou Ndiaye, journaliste et éditeur chez Papyrus (Sénégal)

15h-16h
Ecritures en guerre : le journaliste écrivain par-delà vie et mort
En compagnie de Colette Braeckman, auteur et journaliste Le Soir (Belgique), Jean Hatzfeld, auteur et journaliste Libération (France), Anne-Cécile Robert, auteur et journaliste Le Monde diplomatique (France).
Rencontre animée par M’Bareck Ould Beyrouck (Mauritanie), auteur et journaliste

16h-17h
Culture et pauvreté
En compagnie de Aminata Niang Diène, géographe, enseignante-chercheur de l’Université Cheikh Anta DIOP (Dakar), Jérôme Bindé, C.C. Sissoko, Odile Biyidi-AwalaTobner.
Rencontre animée par Colette Brackman, auteur et journaliste Le Soir (Belgique)

17h-18h
Conversation entre Koulsy Lamko et Bernard Magnier, journaliste, auteur et directeur de collection Afrique chez Actes Sud

signatures
Toute la journée à la librairie…suite aux rencontres et conversations.

Lundi 1er mai
10h-11h
L’édition en langues nationales
En compagnie de Mical Drehi Lorougnon, éditions EDILIS (Côte d’Ivoire), Elhadj Seydou Nourou Ndiaye, éditions Papyrus (Sénégal), Gora Diouf des éditions ENDA (Sénégal), Parfait Bayala, maison d’édition en création au Burkina Faso.
Débat animé par Isabelle Bourgueil

11h-12h
La co-édition : L’ombre d’Imana de Véronique Tadjo édité par des éditeurs africains grâce à une cession de droits solidaires d’Actes Sud et Festins de la détresse d’Aminata Sow Fall en co-édition solidaire
En compagnie de Mical Drehi Lorougnon, directrice des éditions EDILIS (Côte d’Ivoire), Bernard Magnier, directeur de la collection Afrique chez Actes Sud, Jean Richard, éditions d’Enbas (Suisse), Etienne Galliand, directeur de l’Alliance des éditeurs indépendants (France).
Rencontre animée par Isabelle Bourgueil, éditrice partenaire L’or des fous éditeur (France)

signatures
Toute la matinée à la librairie… suite aux rencontres et conversations.


Les expositions

léopold sédar senghor 1906-2001, gueule de lion et sourire du sage
L’année 2006 marque le centième anniversaire de la naissance de Léopold Sédar Senghor.
Génie protéiforme et penseur visionnaire, poète et philosophe engagé, chef d’Etat, Léopold Sédar Senghor personnifie les valeurs, combats et idéaux qui constituent la Francophonie moderne, après en avoir été lui-même l’un des pères fondateurs. Sur proposition de son Secrétaire général, le Président Abdou Diouf, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a décidé de lui rendre hommage cette année.
Il s’agit moins de commémorer un passé, de célébrer un homme aussi exemplaire soit-il, ou de glorifier un souvenir, que de constater plutôt combien la vie, l’action et les engagements de ce personnage d’exception sont aujourd’hui encore d’une particulière actualité.
Ils illustrent le message francophone au service du respect de la diversité des cultures et des civilisations et du dialogue entre les peuples.
Faire découvrir les valeurs et les convictions sur lesquelles Léopold Sédar Senghor a fondé son oeuvre et son action, montrer leur exemplarité en ce début du XXIe siècle, tel est le propos de cette exposition itinérante proposée par l’OIF que le Salon africain se devait d’accueillir.

dessins de presse africains
L’Afrique se signale, notamment, par l’extrême diversité de ses médias. Les gros titres en première page attirent souvent l’attention par leur originalité et celle des caricatures dont les auteurs ne manquent ni de talent, ni d’audace… Paru dans Gbich !, nº 274, janvier 2005 7 C’est pour les révéler que l’Union internationale de la presse francophone (UPF) à Paris propose une exposition qui réunira une série de dessins illustrant de grands sujets du monde actuel. Elle a pris dans cette perspective des contacts avec des rédactions africaines afin de rassembler des caricatures parmi les plus significatives parues en 2005 et au début 2006.
La sélection s’est effectuée sous la forme d’un concours dont le lauréat sera invité au Salon, où il réalisera en public des dessins inspirés des thèmes qui font l’actualité en Europe.
Rappelons que l’UPF a déjà présenté lors des précédents Salons, un vaste panorama de la presse en Afrique.

la bande dessinée africaine
La BD est elle aussi très vivante en Afrique. Se déclinant autant sur les modes du récit illustré, de la caricature, de la satire ou du dessin de presse (il s’agit souvent des mêmes illustrateurs), elle s’expose, entre autres, à Abidjan, au Festival international du dessin de presse et de la bande dessinée à l’enseigne de Coco Bulles, manifestation soutenue par l’Organisation internationale de la Francophonie et le gouvernement de Côte d’Ivoire, dont les organisateurs sont à l’origine de la présence de la BD africaine à Genève.
Grâce au festival Coco Bulles et en présence de son responsable, Olvis Dabley, deux expositions seront présentées. La première montrera des planches des Aventures de Cauphy Gombo de Lassane Zohoré (Côte d’Ivoire) qui viendra à Genève. Cauphy Gombo, un homme d’affaires peu honorable, certainement le plus célébre d’Afrique de l’Ouest, est décrit dans une BD parue en série dans l’hebdomadaire Gbich ! (« coup de poing ») dont Lassane Zohoré est directeur.
La deuxième exposition, Planète Jeunes – du nom du bimensuel francophone édité en France avec le concours du Ministère français des affaires étrangères – rassemble des planches de bandes dessinées de divers illustrateurs dont celles de Willy Zekid (Congo) qui sera aussi présent à Genève. Willy Zekid habite en France. Il a créé chez Gbich ! la série comique Papou.