Événements

MAFROUZA – sortie et prévente du coffret dvd – et à la Cinémathèque Française (Partie 5)
les 18 et 24 juin, 1er, 8, et 15 juillet‏, à la Cinémathèque Française

Français

Dimanche 15 Juillet 2012 – Cycle VOIR-REVOIR LE CINEMA CONTEMPORAIN

La main du papillon (partie 4)
Un film de Emmanuelle Demoris

France – 2010 – 155′

Avec Adel Abu Farrag Ragheb el-Bassoussi, Ghada Mahmoud Ali Omran, Hassan Stohi.

Mohamed Khattab tient l’épicerie de Mafrouza. Cheikh, il fait aussi le sermon du vendredi dans la mosquée du quartier. Mais en ces jours de fête où se prépare l’Aïd, des fondamentalistes viennent s’emparer de ladite mosquée. Les gens de Mafrouza racontent cette prise de pouvoir avec lucidité et calme…

Le film événement sur l’Égypte d’aujourd’hui édité en coffret prestige (Shellac Distribution).

Prévente à 25 euros (au lieu de 45 euros) : OFFRE SPÉCIALE VALABLE JUSQU’AU 30 JUIN 2012 INCLUS.

Coffret de 5 DVDs qui contient :
– Mafrouza – Oh la nuit !
– Mafrouza/Coeur
– Que faire ?
– La main du papillon
– Paraboles

Mafrouza est un film en 5 parties tourné par Emmanuelle Demoris au fil de deux années passées à Mafrouza, bidonville d’Alexandrie construit sur le site d’une nécropole gréco-romaine. Partant des premières rencontres avec ses habitants, Mafrouza raconte les destins de quelques personnes qui se répondent en une chronique polyphonique.#Si la vie est dure à Mafrouza, tous résistent avec grâce et force. Adel et Ghada, jeune couple à la recherche du bonheur, Mohamed Khattab, épicier-cheikh humaniste, Hassan, voyou-chanteur épris de liberté, Abu Hosny, vieux solitaire au logement inondé, la paysanne Om Bassiouni et son four à pain, les Chenabou, famille de chiffonniers, Gihad, jeune lutteuse, tous incarnent et racontent cette résistance qui est la leur et qui fait de leur quartier un espace de liberté et de vitalité.




DVD 5 – Paraboles
Un film de Emmanuelle Demoris
2h35 – France – 2010


Synopsis
Mohamed Khattab tient l’épicerie de Mafrouza. Cheikh, il fait aussi le sermon du vendredi dans la mosquée du quartier. Mais en ces jours de fête où se prépare l’Aïd, des fondamentalistes viennent s’emparer de ladite mosquée. Les gens de Mafrouza racontent cette prise de pouvoir avec lucidité et calme, c’est-à-dire sans diabolisation et avec la force d’une parole qui recourt aux arguments à la fois du cœur et de la raison. Comme le dit l’ami fidèle de Mohamed Khattab : « Les Frères cherchent à attirer les gens ; si tu aimes quelqu’un, tu n’essaies pas de l’attirer, tu lui parles directement. » Blessé, Mohamed Khattab garde sa dignité, son ironie et le secret sur ses intentions. Mais il n’a pas dit son dernier mot. La suite des événements lui donnera l’occasion de « parler directement » pour dire ses stratégies, sa rage et sa résistance, mais aussi sa complicité et sa tendresse pour cette caméra avec qui est venu le temps de la séparation puisque le tournage touche à sa fin, au terme de deux années passées à filmer dans le quartier.