Événements

Photographies soudanaises : Claude Iverné (1998/2012)
une proposition de description d’un territoire (1er volet)

Français

Comment donner à voir un territoire aussi complexe que le « Bilad es Sudan » (« Pays des Noirs », nom d’origine du pays en arabe) désormais scindé en deux États historiquement opposés, sans se laisser happer par l’immédiateté de l’urgence et de son traitement médiatique ? Le photographe Claude Iverné, familier des sociétés, des enjeux politiques et économiques de ces contrées méconnues, tente d’y répondre par une exposition en trois volets :
· ses propres travaux depuis quatorze ans, présentés comme un corpus
de documents visuels, par séries typologiques (Maison des métallos) ;
· les archives photographiques d’Elnour, bureau de documentation fondée par l’artiste avec seize photographes soudanais et des chercheurs internationaux, qui offrent un point de vue cette fois de l’intérieur (Usine Spring Court) ;
· une exposition de rue élaborée au jour le jour par les visiteurs et riverains eux-mêmes sur les murs du quartier, à partir des deux premières expositions (rues du quartier de Belleville).

Claude Iverné,
photographies soudanaises
(1998/2012)
Singulier parcours que celui de Claude Iverné : après avoir débuté dans le milieu de la mode, puis celui de la presse d’information, il découvre le Soudan et change de cap vers une pratique autonome de la photographie plus proche de ses préoccupations. La connaissance intime que cet arabophone acquiert des territoires vécus et des peuples rencontrés, notamment au Darfour, contraste avec l’image qu’en donnent la plupart des médias.
Comment ne pas se laisser happer par l’immédiateté de l’urgence et son traitement médiatique, basé sur l’émotion des cris d’enfants ? Le parcours débute par cette question, sous forme de revue de presse internationale sur le Soudan. En miroir, des tableaux et des cartes informent sur la répartition régionale de la population, le partage du pouvoir, l’inégalité d’accès aux services. Tous ces éléments sont déterminants pour comprendre les conditions de l’habité selon l’appartenance sociale.
L’artiste pose ici d’emblée la question de la représentation en ouvrant l’exposition par ce mur couvert d’articles sur le Soudan. Publications issues de la presse internationale, articles et infographies de revues scientifiques offrent un panel d’informations contradictoires ou complémentaires selon la lecture.
L’exposition proprement dite commence une fois passée cette étape. Le visiteur y accède par un sas symbolique : un long corridor étroit dont les parois sont tapissées d’images grandeur nature d’une file d’attente. Il s’agit d’une distribution alimentaire, symbole de l’urgence au Darfour fin 2004, au plus fort du pic médiatique, bien après les violences. Deux miroirs placés dans l’installation intègrent le visiteur à la scène. Il se fera sa propre idée de la valeur de ces images, qui – bien que caractéristiques des symboles médiatiques utilisés pour représenter ce territoire -, une fois agrandies et agencées en série, révèlent des contradictions. Pourquoi ces femmes sourient-elles ? Pourquoi portent-elles des robes écarlates, repassées, et n’apparaissent-elles pas, tout comme les enfants qui les accompagnent, faméliques et atterrées, comme le décrivent les gros titres ? Sommes-nous réellement au Darfour en pleine crise humanitaire ? Une fois franchi, ce sas ouvre vers un autre champ, calme. Le champ médiatique se trouvent par ce double effet de miroir relégué en coulisse.
On pénètre alors dans un unique espace, immense, à l’instar des terres soudanaises. La scène, lente, presque immobile et silencieuse, banale, presque ennuyeuse, le temps ordinaire, là où les médias se rendent peu. Là où, selon Claude Iverné, se situe la vraie violence, presque invisible, figée dans sa lenteur et le silence.
Les photographies de Claude Iverné dressent par typologies des catalogues de portraits, paysages, habitats, greniers, abris, architectures, arbres, déchets et carcasses et s’enchaînent dans un ensemble au fil narratif potentiel. Claude Iverné propose une lecture, un jeu de pistes sur lesquelles il a semé les indices de son passage.
Libre au visiteur de reconstruire l’histoire selon sa propre réception des images. Une façon de nous questionner sur nos propres codes, formats et standards de représentation.

Contrairement à la définition du documentaire en photographie par Beaumont Newhall (la volonté du genre de persuader), il est ici nulle intention de convaincre. Qui pourrait prétendre résumer un territoire, une société à ses travaux photographiques ? Ni le temps passé ni les distances parcourues ni les anecdotes n’octroient la moindre valeur ajoutée. Les valises voyagent aussi !
Ces photographies sont soudanaises.Prises, élaborées, pensées ou fabriquées sur le sol du Soudan, elles traduisent toutes une part de réalité de là-bas. Justes, pour autant aucune n’est vérité. Bien que nombreuses, précises et abondamment légendées, elles contiennent proportionnellement peu de savoir sur ce territoire. Ce vocabulaire d’empreintes visuelles, plus ou moins les mêmes, assez homogènes, parfois systématiques voire automatiques, dépend de la grammaire et parfois du lyrisme qui les lient. Peut-être ces traces recèlent-elles plus d’indices sur leurs auteurs que sur leur sol commun. L’ensemble constitue un corpus, une collection de signes. Pour certains, il représenteront des documents, pour d’autres des compositions, des témoignages, l’inverse, ou rien… chacun selon ses préoccupations. Il est donc question de soi, du visiteur lui-même. Le territoire sert ici de prétexte à miroir pour autant d’essais personnels.
J’ai vécu au Soudan. Ces sociétés se révélèrent très différentes de celles dépeintes dans la documentation variée compulsée avant mon départ. Cela m’a incité à tenter de les comprendre, dans leur temporalité et leur langue. Le mode de vie nomade me convenait. J’y ai trouvé un fort écho à ma propre nature, et trouvé sans effort les conditions propices à exploiter mon rythme, le révéler, assumer ma nature lente.
En 1999, je me suis éloigné quelque part au milieu de nulle part au Darfour. Au prétexte de pister la fameuse « Darb al Arba’ïn » (piste des quarante jours), je répondais, sans réel but, à une intuition, une attirance à me désencombrer des codes et standards du monde de la communication acquis par mimétisme, et apprivoiser mon libre arbitre. Un certain goût du banal et de l’ordinaire, la vision de l’oeil humain, la
lenteur.
D’aucuns s’inquiètent encore parfois que je ne cherche, comme l’usage contemporain le dicte, une forme nouvelle forcément moderne. Je situe la modernité exactement à cet endroit de calme. Je la situe dans l’honnêteté de soi au détriment de trouvailles et d’effets bon marché. La modernité dépasse cet artifice de marché. L’esprit, bon ou mauvais, transpire de lui-même en filigrane malgré son auteur.
La restitution de mon propos évolue également, comme s’élabore une vue globale constituée de brouillons successifs, tout comme l’est le territoire, en mouvement. J’évolue. Le territoire que je foule évolue aussi. Ainsi le brouillon me semble la forme de restitution la plus juste, la plus appropriée, la plus pertinente, la plus honnête. Juste aujourd’hui, différente et tout aussi juste demain.
Mon intention est ici de proposer au visiteur de s’emparer de cette collecte et d’en éprouver l’usage. Il dispose de mes images – au caractère je crois faiblement temporel, calme et silencieux, certaines agencées en catalogues, d’autres en courts essais narratifs – et de leurs légendes de type descriptif. Il dispose également des regards de l’intérieur, des photographes soudanais d’Elnour qui lui livrent des esquisses d’histoires et d’intimité.
À son tour de faire la part des choses et de constituer avec autant d’indices sa propre image de ce territoire d’ailleurs.
Claude Iverné


PHOTOGRAPHIE SOUDAINE (2012)
Les habitants du quartier et les visiteurs sont invités à contribuer eux-mêmes à un autre volet de l’exposition. Ils peuvent coller des tirages de leur choix mis à leur disposition sur des murs avoisinants la Maison des métallos. Le dispositif propose le principe de l’afficheur affiché : pris en photo durant son intervention, la photo de l’afficheur à l’œuvre sera collée à son tour in situ. L’exposition éphémère en mutation permanente se prolonge également sur la toile.
(www.banspublics.net).


AUTOUR DE L’EXPOSITION
Rencontres modérées par Claude Guibal, grand reporter à France Culture, auteure de L’Égypte de Tahrir, et Claude Iverné


DES ESTHÉTIQUES DE REPRÉSENTATIONS DE TERRITOIRES
et des effets de l’émotion dans le témoignage.
avec Mahmoud Adam Daoud, sociolinguiste à l’université de Nyala (Soudan) ; Jean-François Leroy, directeur de Visa pour l’image – festival international du photojournalisme ; Bruno Boudjelal, photographe (agence Vu), auteur de Jours intranquilles et Dimitri Beck, rédacteur en chef du magazine Polka.

Maison des métallos
jeudi 11 octobre > 19h
entrée libre, réservation conseillée


DE L’INTERNATIONAL DU LOCAL
Des rapports entre les enjeux et agendas internationaux
et les intérêts locaux.
avec Mahmoud Adam Daoud, sociolinguiste à l’université de Nyala (Soudan) ; Thierry Durand, directeur des opérations à Médecins sans Frontières ; Rashid Saeed Yagoub, journaliste et Marc Lavergne, directeur de recherche au CNRS, auteur du Soudan contemporain

Maison des métallos
lundi 15 octobre > 19h
entrée libre, réservation conseillée


APRÈS LE VACARME LE SILENCE
De l’influence de l’hyper médiatisation sur les crises, leurs mécanismes
et leurs conséquences locales.
avec Florence Aubenas, journaliste, auteure de La Fabrication de l’information ; Christophe Ayad, journaliste au Monde, auteur du documentaire Darfour, autopsie d’une tragédie ; Rashid Saeed Yagoub, journaliste et Bruno Boudjelal, photographe (agence Vu), auteur de Jours intranquilles

Maison des métallos
samedi 20 octobre > 19h
entrée libre, réservation conseillée


VISITES GUIDÉES
Claude Iverné propose des visites guidées de son exposition.
Maison des métallos
les samedis 13 et 20 octobre > 14h30
gratuit sur inscription