Événements

Journées du Cinéma des Droits et des Libertés 2013
1ère édition

Français

Cette nouvelle manifestation cinématographique qui s’engage dans la promotion et la défense des droits humains a lieu à Thala, le Kef et Tunis du 16 au 24 mars 2013.
Elle est organisée par l’Association Culturelle Afrique Méditerranée, l’Institut Arabe des Droits de l’Homme et l’association Alliance Ciné avec la participation de plusieurs partenaires de la société civile tunisienne.

Edition 2013
5 Broken Cameras

Réalisé par Emad Burnat, Guy Davidi / 2011 / 90 min
Emad, paysan, vit à Bil’in en Cisjordanie, où Israël a élevé un « mur de séparation » qui exproprie les 1700 habitants de la moitié de leurs terres, pour « protéger » la colonie juive de Modi’in Illit.

Bakoroman
Réalisé par Simplice Ganou
Précarité de l’enfance / Burkina Faso / 2011 / 62 min
Quitter sa famille à sept, douze, seize ans. Partir en terrain inconnu. Apprendre à se droguer, à mendier, à voler, à fuir, à se battre… Ce film fait, de l’intérieur, le portrait de cinq Bakoroman sur la route qui les mène de leur village à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, à la recherche d’une vie meilleure.

C’était mieux demain
Réalisé par Hind Boujemaa
Révolution / Tunisie / 2012 / 71 min
« C’était mieux demain » suit dans le tumulte d’une révolution, une femme, Aïda, qui a tout à refaire et qui ne veut plus regarder en arrière. Sa vie patauge d’un quartier défavorisé à l’autre. La révolution est là. Mue par une volonté de s’en sortir, de trouver un toit dans Tunis pour elle et ses enfants, elle fait fi des événements historiques qui l’entourent. Son seul but étant de se reconstruire, elle est convaincue que la révolution est une bénédiction. « C’était mieux demain » s’intéresse à cette femme effrontée, déjantée et à son parcours atypique. Ce documentaire raconte un moment de vie d’une femme dans cet intense intervalle qu’est la révolution d’un pays.

C.A.R.A. Italia
Réalisé par Dagmawi Yimer
Droit d’asile / Italie / 2009 / 40 min
C.A.R.A Italia raconte l’histoire de Hassan et d’Abubakar, deux jeunes somaliens qui ont grandi ensemble et qui se retrouvent dans un premier temps à vivre ensemble le difficile parcours de fugue vers l’Europe, et ensuite l’attente de la reconnaissance du statut de réfugié dans un centre italien de premier accueil. À travers la voix de Hassan, le documentaire raconte en première personne l’accueil qu’un pays du nord comme l’Italie réserve à ceux qui ont grandi dans le mythe de l’Europe démocratique et civile.

Carnets d’un combattant Kurde
Réalisé par Stefano Savona
Kurdistan / Irak, Turquie / 2006 / 78 min
Akif a quitté l’Allemagne pour rejoindre la guérilla du PKK et lutter pour la libération du Kurdistan turc. Il tient le journal des doutes, des rêves et des réflexions politiques que les combattants échangent au fil des marches dans la montagne et des réunions où les filles critiquent les préjugés masculins.

Coloquinte
Réalisé par Mahmoud Jemni
Prisonniers politiques et torture / Tunisie / 2012 / 52 min
Coloquinte est une plante sauvage qui foisonne sur le sol tunisien. Ses fruits donnent une pulpe très amère. Ce goût amer est, aussi, le fruit d’une parole de quelques citoyens nés avant ou après le 20 Mars 1956, jour de l’indépendance de la Tunisie. De différents âges, sexes et d’obédiences idéologiques distinctes, leurs propos ou plutôt leur remémoration relatent les sévices vécus lors de leur détention et leur emprisonnement tant sur le plan physique que sur le plan psychologique. Ils ont payé cher leur droit d’avoir des opinons allant à l’encontre de celles du régime sur place. Coloquinte explore un passé inhumain pour faire cesser la douleur, l’amertume et bannir à l’avenir de telles atrocités.

Dans l’ombre d’un homme
Réalisé par Hanan Abdalla
Émancipation des femmes / Égypte / 2011 / 64 min
Avec ce premier documentaire, la jeune réalisatrice Hanan Abdalla a réussi à présenter une image claire de la vie quotidienne réelle des femmes en Egypte en racontant les histoires saisissantes de quatre femmes, similaires en dépit de leurs différences économiques et sociales.

How much further
Réalisé par Matthias Wiessler
Droit d’asile / Grèce / 2012 / 46 min
Filmé à Athènes entre octobre 2011 et février 2012 au beau milieu d’un désarroi social, politique et économique, le film donne la parole à ceux ayant fui l’Afghanistan, la Somalie ou encore le Soudan, espérant ainsi trouver refuge en Europe. Après des mois ou même des années sur la route, ils arrivent en Grèce, pays faisant actuellement face à une grave crise économique et où le système pour les demandeurs d’asile ne fonctionne pas. La plupart des personnes ne voient pas d’autres options que de reprendre la route dans l’espoir d’arriver dans un pays pouvant les recevoir et prendre en compte leur demande d’asile. Cependant, une fois qu’elles ont mis les pieds en Grèce, il est extrêmement difficile, voir impossible, de la quitter étant donné les politiques européennes les liant légalement à ce pays. Ce documentaire est le fruit d’une coopération entre l’ECRE, le Forum grec pour les réfugiés, et le réalisateur du film Matthias Wiessler. Il a également reçu le soutien du programme européen pour l’intégration et la migration (EPIM).

In my mother’s arms
Réalisé par Mohamed al-Daradji, Atia al-Daradji
Orphelins de guerre / Irak / 2011 / 86 min
L’Irak compte aujourd’hui près d’un million d’orphelins. Après avoir découvert l’horreur des orphelinats gouvernementaux à Bagdad, Husham a créé une maison d’accueil de fortune pour donner aux enfants victimes de la guerre une nouvelle chance.

L’Alphabet du fleuve
Réalisé par Giuseppe Carrieri
/ Inde / 2012 / 52 min
Là-bas à Varanasi, où le Gange ne charrie que des cadavres et de misérables restes de vie, un jeune professeur de l’université a trouvé un moyen pour donner une instruction aux fils oubliés des pêcheurs du ghât.


La Mémoire fertile
Réalisé par Michel Khleifi
Territoires occupés Femmes / Palestine / 1980 / 104 min
Farah Hatoum, cinquante ans, vit à Nazareth, en Galilée. Sahar Khalifeh, jeune romancière palestinienne de Ramallah, vit en Cisjordanie occupée. Toutes deux, tout en étant très différentes, sont confrontées à la fois à l’occupation israélienne et aux obstacles que vivent les femmes dans les sociétés arabes. C’était la première fois qu’un réalisateur palestinien filmait lui-même son pays, à l’intérieur des frontières d’Israël d’avant 1967.

Le Monde d’Inès
Réalisé par Fatma Skandrani
/ Tunisie / 2011 / 30 min
Handicapée de naissance, Inès Racheg a survécu par miracle grâce à sa volonté et au dévouement de ses parents. Autodidacte, elle trouve dans la peinture un moyen de dépasser ses handicaps. Inscrite à un club de dessin, elle bénéficie de la sollicitude de ses professeurs qui ont toute suite détecté son talent. Le portrait de cette artiste hors normes fait connaître l’univers magique de ses tableaux, tout en se référent aux circonstances particulières de son vécu. Tourné entre Tunis et Sfax dont Inès est originaire, ce film relate un incessant combat pour la survie et l’affirmation de soi. C’est un beau chant d’espoir pour tous ceux que la vie n’a pas épargné. Fatma Skandrani Réalisatrice de la première heure à la télévision tunisienne, Fatma Skandran icompte à son actif des émissions dédiées monde merveilleux des enfants, tel le feuilleton Kamoucha et des courts métrages : Mille et une chamelles, Les rêves d’Achraf, Médina ma mémoire.

Le Terre de l’histoire
Réalisé par Rashed Masharawi
/ Palestine / 2012 / 52 min
Le photographe Elia, son père et son fils sont trois générations qui ont photographiés Jérusalem à l’intérieur et à l’extérieur de ses murs, depuis le mandat britannique jusqu’à nos jours. Les histoires capturées par leurs caméras ont une preuve de la vie à Jérusalem et de tous ses changements politiques, géographiques et démographiques. Elia nous montre les vieilles photos et nous raconte les histoires de Jérusalem, le chariot de Jihad le transporteur nous emmène dans un voyage à travers les arches, les rituels, les lieux sacrés, les histoires des pierres et des gens de la Jérusalem d’aujourd’hui.

Les Etats-Unis d’Afrique, au-delà du hip-hop
Réalisé par Yanick Létourneau
/ 2011 / 75 min
Pour Didier Awadi, le hip-hop est une arme de résistance sociale et un outil idéologique qui rappelle aux peuples africains la mémoire de leurs héros injustement effacés de l’histoire par des gouvernements gangrenés et des dictateurs effrayés par la puissance de leur symbolique. Cet acte militant, il l’accomplit en réalisant un nouvel album intitulé Présidents d’Afrique, sur lequel il multiplie les collaborations artistiques, tantôt au Burkina Faso, tantôt en Afrique du Sud, tantôt aux États-Unis. Awadi veut s’élever au titre de passeur de mémoire et de modèle, afin d’encourager l’Afrique à se révolter contre l’oppression systématique qu’elle subit depuis toujours.

Lumumba, la mort du Prophète
Réalisé par Raoul Peck
Assassinat politique, néocolonialisme / Congo / 1991 / 89 min
Lumumba, la mort du Prophète était à l’origine un projet de fiction. Cependant, la question du point de vue du héros « noir » pose rapidement problème. Aussi, devant les difficultés évidentes, Raoul Peck décide de réaliser à la place un documentaire de création sur le leader congolais, père de l’indépendance du Congo ex-belge, assassiné en janvier 1961. Il souhaite en effet lui redonner une place dans l’Histoire du continent. Il s’agit de raconter la « grande histoire à travers l’histoire personnelle – ou vice-versa », un projet complexe à tous les points de vue, une expérience personnelle, artistique et politique qui déterminera tous les autres films à venir.

Ma’aloul fête sa destruction
Réalisé par Michel Khleifi
Palestine / Palestine / 1984 / 30 min
Village palestinien de Galilée, Ma’aloul a été détruit par les forces armées israéliennes en 1948. Ses habitants ont été expulsés, soit vers le Liban, soit dans la ville voisine de Nazareth. Depuis, ils ne sont autorisés à revenir en visite qu’une fois par an, le jour anniversaire de l’indépendance d’Israël. Ils ont donc établi la tradition d’un pique-nique ce jour-là sur l’emplacement même du village détruit.

Maudit soit le phosphate
Réalisé par Sami Tlili
/ Tunisie / 2012 / 84 min
Le 5 janvier 2008, un sit-in organisé par des chômeurs devant le siège de la commune de Redeyef dans le Sud-Ouest de la Tunisie marqua le début d’un mouvement de désobéissance civile qui dura 6 mois. 21 ans après « le coup d’état médical » qui le mit au pouvoir, le général Ben Ali assista à son premier soulèvement populaire.

Militantes
Réalisé par Sonia Chamkhi
/ Tunisie / 2012 / 78 min
Dans une Tunisie postrévolutionnaire et en pleine transition démocratique, à la fois meurtrie par la pauvreté, révoltée par l’Injustice et engagée dans un processus de refonte et de reconstruction, inédit et ardu, des femmes tunisiennes militantes se portent candidates aux élections de l’Assemblée Constituante et affrontent l’arène politique pour la première fois. Ce documentaire retrace le climat des premières élections libres de l’histoire de la Tunisie et la mobilisation des femmes tunisiennes (candidates, militantes, personnalités de la société civile) pour prendre part à la marche démocratique de la Tunisie nouvelle, dans un esprit de continuité et d’engagement qui rend également hommage aux militantes pionnières.

No Burqas Behind Bars
Réalisé par Nima Sarvestani, Maryam Ebrahimi
Prison, droits des femmes / Afghanistan / 2012 / 77 min
Ce film a été tourné dans son intégralité au sein d’une prison pour femmes en Afghanistan. Cet accès exceptionnel et sans précédent permet d’explorer la façon dont les « crimes moraux » sont utilisés pour contrôler les femmes en Afghanistan.

Nous sommes ici
Réalisé par Abdallah Yahya
/ Tunisie / 2012 / 52 min
Après la révolution du 14 Janvier un groupe des jeunes chanteurs de rap Tunisiens, essayent de faire entendre leur voix a partir des chansons transportant la souffrance quotidiennes des gens…En parallèle un autre groupe d’élève cherche à atténuer cette souffrance, en prenant une initiative qui dépasse leur environnement étroit, en essayant de prouver leurs existences comme acteurs positifs dans la société.

Peace vs Justice
Réalisé par Klaartje Quirijns
Justice pénale internationale, réconciliation / Ouganda / 2012 / 65 min
Depuis près de 20 ans, le gouvernement du président Museveni en Ouganda combat l’insurrection de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans le nord du pays. Ayant échoué à mettre fin au conflit militairement, le gouvernement ougandais a invité la Cour Pénale Internationale à enquêter sur les activités de la LRA.

Plomb durci
Réalisé par Stefano Savona
Conflit israelo-palestinien / Palestine / 2009 / 80 min
Nous sommes le 6 janvier 2009, 11ème jour de l’attaque israélienne contre la Bande de Gaza. Presque par hasard, une faille imperceptible s’ouvre dans le dispositif imperméable du poste frontalier. Quelques journalistes réussissent à passer; parmi eux, un réalisateur avec sa caméra. Ce film montre ce que cette caméra a pu filmer au-delà de la frontière : le simple récit en images de la vie quotidienne pendant les quelques jours de l’opération « Plomb durci ».

Rachel
Réalisé par Simone Bitton
/ Palestine / 2009 / 100 min
Elle s’appelait Rachel Corrie. Elle avait 23 ans. Elle est arrivée en Palestine croyant que sa nationalité américaine suffirait à faire d’elle un bouclier humain efficace pour sauver des vies, des oliviers, des puits et des maisons. Mais Rachel est écrasée par un bulldozer le 16 mars 2003 dans la bande de Gaza. Comme beaucoup de jeunes gens, elle tenait un journal de voyage sous forme de e-mails qu’elle envoyait à sa famille et à ses amis aux États-Unis… Vérité ou mensonge ? Témoignage ou propagande ? Le film dénoue peu à peu l’écheveau et transcende son sujet pour devenir une méditation cinématographique sur la jeunesse, la guerre, l’idéalisme et l’engagement politique.

Sit-in, Rihla documentaire
Réalisé par Kamel Regaya
/ Tunisie / 2012 / 53 min
Tunisie 2011 : un bus en direction de Thala, en direction d’un des lieux originel de ce qui se présente comme une très originale révolution. Les paysages défilent, et se métamorphosent petit à petit en réceptacle de réminiscences et de pensées à fleur peau. La révolution, dite du Jasmin, racontée par ses acteurs pose dans toute sa fraîcheur le problème toujours ouvert de la démocratie, de la liberté, de la violence, et de l’égalité. Ibn Khaldoun, 14ème siècle, sociologue avant l’heure, surgit au fil du voyage, et se mêle au présent en ces lieux où tout semble être un éternel recommencement ou un éternel sit-in. Biographie Cinéaste, enseignant-chercheur, Kamel Regaya participe aux activités de la fédération tunisienne des cinéastes amateurs, de 1971 à 1978, et réalise plusieurs essais en film 16 mm. En 1979, quitte la Tunisie pour étudier le cinéma. Docteur en cinéma et audiovisuel, il enseigne à l’université l’esthétique et la théorie du cinéma. Il dirige la pédagogie d’une école supérieure d’études cinématographiques où il enseigne le scénario et la mise en scène. Il a réalisé les documentaires Par hasard avec de la chance (2006), À la limite… traces (cosigné avec Anne Toussaint et Régina de Almeida, 2009), sélectionné au festival Paris-Berlin-Madrid. En 2005, il rejoint l’association Les Yeux de l’Ouïe. En 2010, il s’engage avec Anne Toussaint dans une nouvelle expérimentation d’écriture cinématographique qui a donné une installation vidéo présentée au musée Carnavalet à Paris, et un film, intitulé In situ. En 2011-2012, sa dernière réalisation Sit-in, une rihla documentaire marque son retour cinématographique au pays et un désir d’aller à la rencontre de ceux qui ont fait la révolution.


Smockey, ni rebelle, ni révolutionnaire, mais libre !
Réalisé par Kady Traoré
/ Burkina Faso / 2012 / 52 min.
Ce film est le portrait d’un artiste engagé, né d’un père Burkinabè et d’une mère Française. Après 10 ans en France, il rentre dans son pays natal et le retrouve dans un contexte d’après révolution, ou tout semble à refaire, les inégalités sociales exacerbées par un capitalisme libéral tout neuf dans une démocratie balbutiante.

Thomas Sankara, l’homme intègre
Réalisé par Robin Shuffield
/ Burkina Faso / 2006 / 86 min
L’homme intègre, c’est Thomas Sankara, président du Burkina Faso de 1983 à 1987. Il arrive au pouvoir à l’âge de 34 ans, colts au ceinturon, et le livre de Marx en main. Ce personnage charismatique et engagé, qu’on appelle aussi « Tom Sank » ou « Camarade Sankara » s’oppose aux fonctionnaires du pays et aux chefs coutumiers qui font main basse sur ses terres. Il veut en finir avec les plans post-coloniaux de l’Elysée et de sa « Françafrique ». La « Haute-Volta » devient alors le « Burkina Faso » : « le pays des hommes intègres ». Avec son franc-parler teinté d’un véritable sens humour, le capitaine Sankara tente de réunir la population entière autour de ses desseins révolutionnaires. Mais pareille attitude lui vaut aussi un nombre important d’ennemis et, petit à petit, l’homme se retrouve de plus en plus isolé. Il finit assassiné dans des circonstances encore non élucidées. Au travers d’images d’archives, de témoignages de parents, de collaborateurs, et d’hommes politiques de l’époque, ce film trace un portrait fascinant du « Che Africain ».

Vik Utopia. L’assassinat de Vittorio Arrigoni
Réalisé par Anna Maria Selini
/ Gaza, Italie / 2012 / 52 min
Le 14 Avril 2011, une vidéo apparue sur Youtube fait le tour du monde, elle montre le pacifiste Italien Vittorio Arrigoni, sanglant avec les yeux bandés. Un groupe salafiste dans la bande de Gaza réclame l’enlèvement et donne aux autorités du gouvernement de Hamass 30 heures pour l’échanger avec quelques prisonniers ???, mais avant l’expiration de l’ultimatum l’italien est assassiné. Qui était Vittorio Arrigoni et que faisait il à Gaza ? Et pourquoi a été enlevé et tué ? Le documentaire reconstitue les dernières heures du bénévole italien et le procès de ses assassins. Un processus controversé qui a eu lieu dans l’indifférence total de l’État italien. Journaliste professionnelle, autrice indépendante et vidéaste. Elle a travaillé avec plusieurs journaux nationaux italiens (Rai Storia, Rainews, Rai Educational, Current TV, Repubblica.it, Unità, Famiglia Cristiana). En 2006, elle s’est classée premier au examen d’État pour les journalistes. Spécialisée dans les domaines de reportage dans les zones de crise, au Liban, au Kosovo, en Tunisie, Cuba, Israël, la Cisjordanie et la bande de Gaza. Il s’agit notamment de « la guerre de Gaza » a remporté de nombreux festivals et a été finaliste au Prix Ilaria Alpi 2010.

Contacts

* Mohamed Challouf, Délégué général Tunisie / caravanes_challouf@yahoo.fr / +216 97125460

Association Culturelle Afrique Méditerranée
19, Avenue du Commandant Bjaoui / 4000 Sousse / Tunisie


* Vincent Mercier, Délégué général France / vincent.mercier@alliance-cine.org / + 33 970408600

[A]lliance Ciné
115, rue Saint Dominique / 75007 Paris / France
_____________

AR

الدورة الأولى لأيام سينما الحقوق والحريات ستنتظم بتالة والكاف وتونس من 16 إلى 24 مارس 2013