Événements

Abidjan Studio Chaos, la musique minée par la politique
Un documentaire d’Arnaud Contreras et Jean-Philippe Navarre sur France Culture (émission Sur les Docks) sur la musique ivoirienne. Avec Alpha Blondy, Nash, Rageman, Billy Billy…

Français

Si Abidjan fut un temple de la création musicale en Afrique de l’Ouest, cette période de liberté semble révolue. Depuis plus de dix ans, la Côte d’Ivoire traverse coups d’Etat, guerre civile et crise électorale. A chaque étape, des artistes sont soit utilisés, soit ciblés. Des musiciens se sentent dans le « collimateur des politiques ».
Il est devenu compliqué de simplement ambiancer, enjailler*. Un refrain de trop et l’étiquette d’un parti colle vite au cd. Même ceux qui s’engagent volontairement pour un candidat savent qu’en cas de défaite la route de l’exil est inévitable. Seuls les producteurs de musique évangéliste semblent être à l’aise dans cette situation. Les ventes de disques explosent, politiques et prêcheurs se trouvent de nombreux intérêts communs.
De studios en maquis et salles de concerts, nous avons recueilli les témoignages de celles et ceux qui continuent de créer malgré cette période difficile. Certains optent pour le style musical dit « de réconciliation ». Pour Alpha Blondy , star du reggae ivoirien « ne pas participer à la tournée de la réconciliation serait mal vu par certains ; participer sera mal vu par certains autres… ». Pour le jeune chanteur Kajeem la déception est au rendez vous : « Je vais être réduit à faire des albums instrumentaux, seule et unique façon de ne fâcher personne ».

* Enjailler (en français nouchi) : faire la fête.


Avec :
Alpha Blondy, chanteur,
RageMan, rappeur et producteur,
Billy Billy, rappeur,
Kajeem, chanteur et écrivain,
Jean-Marc Guirandou, producteur de rap,
Nash, rappeuse,
Sylvanus, gérant du Temple du Zouglou,
Michel Alex Kippe, journaliste culturel,
Ahoton d’Ahoton, chanteur et producteur,
O’Nel Mala, chanteur-pasteur.