Événements

Festival Nio Far 2013
A travers des rencontres artistiques et culturelles, le Festival NIO FAR tentera de penser l’héritage de l’esclavage, la mémoire de l’histoire coloniale en rapport avec la question de la citoyenneté et de la solidarité internationale.

Français

Le Festival Nio Far s’inscrit dans le cadre des échanges culturels que l’association mène entre la France et le Sénégal depuis 13 ans. Initié par le chorégraphe Pier Ndoumbe, le Festival réunira des artistes, des intellectuels et des personnalités pour échanger sur les questions de la citoyenneté, de l’histoire et de la mémoire entre les pays du Nord et les pays du Sud. Toutes ces thématiques seront évoquées lors du Festival à travers différentes disciplines : danse, photos, films documentaires, ainsi que par des lectures et des tables rondes. Le Festival Nio Far se veut un lieu d’information et de débat, un espace d’ouverture et de rencontre, un îlot d’échanges et de découvertes artistiques, culturelles et intellectuelles.

Au programme : danse, documentaires, tables rondes, photos, lectures, expositions et contes…

Intellectuels, artistes et personnalités apporteront leur regard sur ces questions

Le Festival NIO FAR se nourrira des travaux sur les mémoires de l’esclavage et de la post-colonialité de Françoise Vergès, et des films documentaires « Noirs de France » de Pascal Blanchard et Juan Gélas. Il réunira également des personnalités telles que l’auteure sénégalaise, Fatou Diome (Impossible de grandir, Flammarion, 2013), Séverine Kodjo-Grandvaux, Docteur en philosophie et auteure de Philosophies africaines (Présence Africaine, 2013) et Rokhaya Diallo, journaliste et lauréate en 2012 du prix de la Lutte contre le racisme et les discriminations.
Le Festival rendra hommage au sénégalais Alioune Diop, fondateur en 1947 de la revue « Présence Africaine », puis de la maison d’édition du même nom depuis 1949. Passionné de culture, Alioune Diop organisa en 1956 à la Sorbonne le 1er Congrès des écrivains et artistes noirs. Deux films lanceront une table ronde qui s’interrogera, plus d’un demi-siècle après la création de la revue et de la maison d’édition, sur l’engagement de cet homme de culture :

– Lumières noires, film de Bob Swaim, sur les circonstances de la tenue du Congrès de 1956.
– Film documentaire de Sarah Frioux-Salgas avec des témoignages sur l’histoire de la maison d’édition.
A noter que Christiane Yandé Diop, veuve d’Alioune Diop, sera marraine du Festival.

Expositions du Festival NIO FAR :

– L’Histoire des Afro-Antillais en France : l’histoire (oubliée) de la France noire avec toutes les contradictions du temps des esclaves à celui de la citoyenneté ;
– Regards croisés de trois photographes (Ibrahima Thiam, Frédérique Binet, Aude Ghilbert) qui livrent des images saisissantes prises lors de leurs séjours au Sénégal.

Mais aussi :
– Contes pour jeune public (Babita Roamba, Bakary Diarra)

– Danse avec Cécile f. Dabo, Fatou Cissé et Fatima N’Doye)

– Soirée festive et solidaire avec le Groupe Shagara.

Les recettes récoltées de cet événement culturel seront versées au projet de construction à Mboro, Sénégal d’une « Maison des Artistes », véritable lieu de formation, de création, et de résidence pour artistes de l’Afrique et du monde entier.

Pourquoi ce festival?
57 % des jeunes de moins de 18 ans en Seine-Saint-Denis sont d’origine étrangère. A Pantin, les jeunes représentent presque 40% de la population, dont une grande partie vient d’Afrique.
Être noir en France aujourd’hui, c’est être l’héritier direct de mémoires diverses et souvent contradictoires – l’esclavage, la colonisation, l’immigration, les soldats de la République, etc. Des associations sur le terrain sont aujourd’hui témoins de la perte identitaire de beaucoup de jeunes et de moins jeunes.
Ce constat a incité l’Association La Tribu, implantée à Pantin, d’organiser du 9 au 30 novembre prochain le Festival Nio Far (« on est ensemble » en wolof). A travers des rencontres artistiques et culturelles, le Festival NIO FAR tentera de créer une prise de conscience de l’héritage de l’esclavage, de la mémoire et de l’histoire pour ensuite aborder la question de la citoyenneté et de la solidarité internationale. « Il ne s’agit pas de faire de ce festival un vase clos communautaire », explique Pier Ndoumbe, directeur du Festival, « mais d’ouvrir un espace d’échange car il est évident que l’éclairage du passé nous rend plus lucide et plus vigilant sur notre histoire contemporaine ».

Programme détaillé :

Danse : Quand j’étais blanche de et par Fatou Cissé Regarde moi encore solo de et par Fatima N’Doye
Jo-Bao-Tao solo de et par Cécile f. Dabo
CND de Pantin, 30 nov., 19H, Entrée 15€
1 rue Victor Hugo,Métro: Hoche, RER: E station Pantin

Film documentaire :
« Noirs de France » de Pascal Blanchard et Juan Gélas
9 nov. 14H30 1er Film, 15H30 2ème Film, 16H30 3ème Film 18H-19H30
Suivi d’une Table ronde, animé par Christian Ẻboulé, de TV5 Monde avec Françoise Vergès, Juan Gélas, Rokhaya Diallo et Pascal Blanchard
La Dynamo, 9, rue Gabrielle Josserand, Pantin,
1 film: 5 €, 2 films: 10 €, 3 films 18 €
Métro : Aubervilliers-Pantin Quatre Chemins.

Rencontre littéraire
Lecture par Fatou Diome d’extraits de ses œuvres

Bibliothèque Romand-Rolland, 15 nov. 20H. Entrée libre
Bibliothèque Elsa Triolet, 16 nov. 15H. Entrée libre
Photo : Regards croisés avec Ibrahima Thiam, Frédérique Binet et Aude Ghilbert
16-30 nov. Entrée libre -Bibliothèque Elsa-Triolet, 102 avenue Jean Lolive, Métro: Hoche/ Eglise de Pantin
-Bibliothèque Jules Verne, 45 avenue du Général Leclerc, Métro: Aubervilliers-Pantin Quatre Chemins
-Bibliothèque Romain Rolland, avenue des Courtillières Métro:
Fort d’Aubervilliers.

Histoire : L’Histoire des Afro-Antillais en France par le Groupe de recherche ACHAC (Association pour la reconnaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine)
9-30 nov. Entrée libre
Hall du Centre administratif, Mairie de Pantin, 84-88 avenue du Général Leclerc, Métro: Hoche

Hommage à Alioune Diop :
Lumières noires film de Bob Swaim
Documentaire de Sarah Frioux-Salgas
Débat animé par Christian Ẻboulé de TV5 Monde avec Suzanne Diop, Séverine Kodjo-Grandvaux et Bob Swaim.
19 nov. 18H, Entrée libre
CINE 104, 104 avenue Jean Lolive, Métro: Eglise de Pantin

Contes : Babita Roamba et Bakary Diarra divertissent les jeunes
16 nov. 16H. Entrée libre
-Maison de quartier du Haut-Pantin, 42, rue des Pommiers, Métro: Bobigny-Pantin Raymond Queneau
20 nov. 16H. Entrée libre
-Maison de quartier des Quatre-Chemins, 42, avenue Édouard-Vaillant, Métro: Aubervilliers-Pantin Quatre Chemins
27 nov. 16H. Entrée libre
-Maison de quartier des Courtillières, avenue des Courtillières, Métro: Fort d’Aubervilliers
Soirée festive et solidaire :
avec le Groupe Shagara, dirigé par Ihab Radwan, musicien égyptien.
25 nov. 18H-02H, Entrée libre
Le Comptoir Général, 80 quai des Jemmapes, 75010 Paris

Le Festival est soutenu par la ville de Pantin, Est Ensemble, CND (Centre National de la Danse), Conseil Régional d’Ile de France, la Compagnie des Phares et Balises, Groupe de recherche ACHAC, Musée du Quai Branly, Musée Dapper, La Dynamo, Présence Africaine, AHUEFA International France, La Semaine de la solidarité internationale, Les Maisons de quartier des Courtillières, des Quatre Chemins et du Haut et du Petit Pantin, Afrique No. 1, FRANCE Ồ, Amina Magazine, Sud Plateau TV, Africultures et le Magazine Canal de Pantin.


www.festivalniofar.com


Attaché de presse – Teresa Murtagh : 06 76 21 46 13