Événements

Les Tirailleurs sénégalais : des mensonges d’État au devoir de réhabilitation
avec Prof Ibrahima Thioub (Université de Dakar), Dr Armelle Mabon (Université de Bretagne Sud), Dr Serge Simon (ancien international de rugby, médecin et réalisateur).

Français

Survie Gironde participera ces vendredi 29 et samedi 30 novembre prochains à la première commémoration du massacre des tirailleurs sénégalais au camps de Thiaroye en 1944 par des officiers de l’armée française.

L’historienne Armelle Mabon reviendra sur cet épisode tragique et proposera un état des lieux des dissimulations et des mensonges de l’armée française couverts par le pouvoir civil.

Le 1er décembre 1944, Thiaroye, village de pêcheurs à proximité de Dakar, est réveillé à l’aube par des détonations d’armes automatiques, arsenal mis en branle par le commandement militaire de Dakar, pour mater dans le sang des ex prisonniers de guerre dont le tort principal est de réclamer depuis Morlaix, sans doute avec plus de véhémence à Thiaroye, le paiement des rappels de solde avant d’être démobilisés et acheminés dans leurs villages. Face aux promesses non tenues de l’administration militaire, la colère gronde dans les rangs des Tirailleurs alors que les circulaires officielles, introuvables dans les archives, légitiment leurs revendications. Sous le prétexte de maintien de l’ordre, la hiérarchie militaire ordonne de faire feu sur les Tirailleurs sans défense qui s’étaient rebellés suite à cette spoliation en refusant de rejoindre leurs domiciles respectifs.

Le bilan donné par le commandement de l’armée à Dakar, le 5 décembre 1944, fait état de 24 Tirailleurs tués sur le coup et de 46 autres décédés après transfert à l’hôpital, soit 70 Tirailleurs massacrés. Plusieurs dizaines de Tirailleurs ont été jugés et condamnés à des peines de prison. Selon le gouvernement français, le bilan officiel de ce massacre perpétré est, jusqu’à présent, de 35 Tirailleurs tués. Il compte parmi les pages très sombres de notre histoire.

À l’occasion de cette commémoration organisée pour la première fois, l’historienne Armelle Mabon, qui travaille depuis plusieurs années sur les prisonniers de guerre « indigènes » de la Seconde Guerre mondiale, revient sur cet épisode tragique proposant un état des lieux des dissimulations, des mensonges de l’armée couverts par le pouvoir civil.

Ces soldats de l’armée française spoliés et victimes de leur propre hiérarchie, qui a commis contre eux un carnage, et dissimulé, voire même détruit les preuves de cette forfaiture, sont, jusqu’à présent, toujours les coupables à partir d’accusations mensongères.

Comme après les sombres machinations de l’Armée contre le Capitaine Alfred Dreyfus, seul le pouvoir politique est aujourd’hui en mesure de reconnaître les faits tels qu’ils se sont réellement déroulés et prendre toutes les dispositions nécessaires pour corriger cette situation de déni de droit faite à ces soldats de l’armée française.
PROGRAMME

vendredi 29 novembre à 16h
Conférence d’Armelle Mabon (Maître de Conférence, Université de Bretagne Sud, France)
« Le massacre des ex-prisonniers de guerre coloniaux le 1er décembre 1944 à Thiaroye (Sénégal »
Suivie d’échanges avec le public
LIEU : IEP Bordeaux, salle Mauriac
(tramway B, arrêt Montaigne-Montesquieu)
entrée gratuite et ouverte à toutes et tous

<><><>

Samedi 30 novembre à 14h

14h ouverture
14h15 introduction Ibrahima Thioub (Professeur, Université de Dakar, Sénégal)
14h30 Conférence de Armelle Mabon (Maître de Conférence, Université de Bretagne Sud, France)
15h30 débat avec le public
16h15 pause
16h30 Projection du film de Serge Simon : Une pensée du Courneau. Le Mystère du camp des Nègres
17h30 échanges avec le réalisateur
18h clôture de la journée

LIEU : Athénée Municipal, place St Christoly
(tramways A et B, arrêt hôtel de ville)
entrée gratuite

Organisation :
Association pour l’Histoire des Tirailleurs Sénégalais (AHTIS), Survie Gironde, CRDP Aquitaine, O2 radio, Radio La Clé des Ondes, Xalima.com.

Coordination
Djibril Ndiaye (Responsable associatif, AHTIS), Cheikh Sow (enseignant, écrivain, musicien), Dr Abdourahmane Ndiaye (UMR ADES Bordeaux 3 CNRS).

avec la participation de Christian Richard (réalisateur), Thierno I. Dia (Université Bordeaux Montaigne, Survie Gironde).