Événements

Afrique du Sud Ubuntu
Cosmopolis, l’espace international de la Ville de Nantes, accueille plusieurs expositions, films et animations dédiées à l’Afrique du Sud

Français

Ces expositions, et le programme culturel qui les accompagne, permettent de mieux comprendre les enjeux contemporains hérités du passé douloureux de ce pays, trop longtemps marqué par la ségrégation raciale et la violence d’État. La signature du pacte de partenariat entre la Ville de Nantes et celle de Durban témoigne également de la dynamique d’ouverture qui anime les hommes et les femmes politiques sud-Africains.

Expositions

Umcebo
Exposition de bannières réalisées en perles, traditionnellement utilisées dans l’artisanat zoulou, et en objets de récupération.(fil de fer, billes, paillettes, miroirs…)
Ces tapisseries, de très grande taille (2m50 x 1m50), ont été crées par des jeunes zoulous handicapés de l’école d’art et de design Ningizimu (Durban). Elles illustrent des thèmes en lien avec la vie quotidienne, la culture ou encore l’environnement : dieu, la liberté, le sida, la lune et les étoiles, le soleil, le tournesol, internet…
Umcebo, qui veut dire le trésor, est présentée en collaboration avec le Festival des Rendez-vous de l’Erdre.

Photographier l’Afrique du Sud. Rétrospective 1950-2003
Jürgen Schadeberg fut l’un des premiers photographes blancs à s’intéresser à la communauté noire en photographiant l’avènement du Mouvement pour les Libertés, la répression de l’apartheid et la vie quotidienne et culturelle des townships. En collaboration avec Drum Magazine, il a créé un département de formation de jeunes photographes noirs. Il est considéré comme le « photographe historique » de l’Afrique du Sud. L’exposition rassemble 70 de ses plus importantes photographies.

Durban, impressions d’une ville africaine
Moins connue que Johannesburg et le Cap, Durban, située dans la province du Kwazulu-Natal, est la troisième ville d’Afrique du Sud. En plein développement, elle compte plus de 3.3 millions d’habitants parmi lesquels une très forte communauté d’origine indienne (environ 800 000 personnes). Son port, ouvert sur l’océan indien est le plus important du continent. A travers ses photos, Paul Weinberg, dessine le portrait de cette ville pleine de contrastes, avec ses buildings ultra-modernes, ses infrastructures portuaires impressionnantes, ses immenses plages de sable fin, ses bidonvilles

Ndebele
Photographies de Sergio Caminata
Magie de la couleur et de l’abstraction, la révélation de l’art ndebele fut un véritable choc visuel pour l’Occident. Cette passion pour les couleurs s’exprime dans la décoration des murs extérieurs des maisons que les femmes recouvrent entièrement de dessins polychromes. Elle se retrouve également dans le tissage des perles dont sont faites les parures des femmes, notamment les costumes rituels qu’elles endossent lors des cérémonies sacrées.
L’exposition Ndebele est présentée à Cosmopolis et à l’Espace Simone de Beauvoir.

Ithemba
Ithemba conçoit de objets inspirés de cultures locales, réalisés en Afrique du Sud par des femmes séropositives et des personnes touchées par l’exclusion afin de leur apporter un revenu régulier. Pour son projet « La mode dessine l’Espoir » Ithemba a mobilisé les grands noms de la mode qui ont chacun imaginé une ampoule Ithemba. Sur chaque ampoule vendue 6 Euros sont reversés à l’association Dessine l’Espoir pour financer un programme de suivi médical et psychologique.


Conférénces

Lundi 13 septembre à 20h30 :
La situation des femmes en Afrique du Sud
par Jacqueline Derens, Présidente de l’association RENAPAS : Rencontre nationale avec le peuple d’Afrique du Sud
Amie de Dulcie September (militante anti-apartheid assassinée à Paris), Jacqueline Dérens analyse la situation des femmes sud-africaines sous l’apartheid sur les plans social, économique et politique en rappelant notamment leur participation à la lutte contre l’apartheid ainsi que celle pour les droits des femmes. Elle évoquera ensuite la place des femmes dans le monde du travail dix après la fin de l’apartheid, les violences qui leur sont faites ainsi que les ravages du sida.

Mercredi 15 septembre à 20h30 :
Les droits de l’Homme en Afrique du Sud
Par M. Kollapen, Pdt de la Commission des droits de l’Homme en Afrique du Sud (sous réserve) ; Organisée en partenariat avec l’Ambassade d’Afrique du Sud à Paris
Depuis 1994, l’Afrique du Sud s’est dotée d’une constitution qualifiée de très progressiste en matière des droits de l’Homme. Pour en faire la promotion et s’assurer de son application par tous, le gouvernement a institué la Commission Nationale des droits de l’Homme. Son président, M. Kollapen interviendra pour présenter le fonctionnement de cette commission, les difficultés rencontrées ainsi que les avancées obtenues

Mardi 21 septembre à 20h30 :
Entre espoir et désillusion : bilan critique des dix ans de démocratie
Par Veronica Federico, chercheur associée à l’Université de Witwatersrand (Afrique du Sud), chargée de cours à l’Université de Florence. Termine une thèse en sociologie à l’EHESS sur la citoyenneté et l’espace public en Afrique du Sud sous la direction de Jean Copans.
Tous les analystes s’accordent à reconnaître le succès de l’établissement de la démocratie en Afrique du Sud, même si tous les défis n’ont pas encore été relevés. Entre les espoirs et les attentes suscités par la fin de l’apartheid en 1994 et les réalisations qui s’en sont suivies, il existe un décalage. Veronica Federico se propose de relever et de comprendre les contraintes, les enjeux, les difficultés et les résistances politiques, sociales, culturelles et économiques qui sont à la base de ce décalage.

Mardi 28 septembre à 20h30 :
La Commission Vérité et Réconciliation et le « besoin d’histoire »
Par Lydia Samarbakhsh-Liberge, historienne
La Commission Vérité et Réconciliation a mené, entre 1996 et 2000, un travail de mise en lumière des crimes politiques commis au cours des trente-quatre dernières années du régime d’apartheid en se fondant notamment sur la parole des témoins. Elle a de ce fait produit un récit de l’histoire de l’Afrique du Sud et fait acte de témoignage sur la période de « transition » que traversait alors le pays. Lydia Samarbakhsh-Liberge confronte ce travail d’histoire aux représentations historiques développées depuis 1994.

Mardi 5 octobre à 20h30 :
La criminalité en Afrique du Sud : histoire, bilan et perspectives
Par Laurent Fourchard, membre de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, et directeur du Centre d’Etude d’Afrique Noire, Bordeaux.
A en croire les médias, la fin de l’apartheid s’est accompagnée d’un développement rapide de nombreuses formes de criminalité. Or la statistique policière en Afrique du Sud est, comme dans les autres pays, étroitement dépendante de l’activité de la police qui s’est fortement restructurée dans les années 1990. Une approche historique de la criminalité et des activités policières en Afrique du Sud paraît nécessaire pour comprendre comment cette question est devenue un enjeu principal du développement de ce pays dans les années 1990 alors que les manifestations criminelles sont beaucoup plus anciennes comme en témoignent, par exemple, le développement d’une culture de violence dans la plupart des grandes villes depuis le début du 20ème siècle. A travers quelques exemples d’organisations anciennes (gangs) et récentes (crime organisé et transnational), Laurent Fourchard tente de dissocier peurs et réalités criminelles.

Jeudi 7 octobre à 20h30 :
Le rôle de l’Afrique du Sud dans la résolution pacifique des conflits, par Vasu Gounden, Président de l’Accord (Durban).
Organisée en partenariat avec l’Ambassade d’Afrique du Sud à Paris
Le leadership politique de l’Afrique du Sud est souvent sollicité pour la résolution pacifique des conflits en Afrique, avec un rôle prépondérant dans la région des Grands Lacs. Vasu Gounden analyse l’action diplomatique de l’Afrique du Sud en vue de ramener ou de consolider la paix dans les différents points chauds du continent


Cinéma

« Images d’Afrique du Sud »
« La programmation de films proposée dans le cadre d’Afrique du Sud Ubuntu se divisera en deux parties : une première partie, consacrée à des films documentaires réalisés depuis les années 80, aura lieu à l’espace international Cosmopolis ; une autre partie se tiendra au Cinématographe et sera consacrée à des films de fiction récents. La programmation à Cosmopolis permettra de voir des films documentaires consacrés à diverses facettes de la réalité sud-africaine (les femmes, des figures historique, des événements de l’époque de l’apartheid, la musique, la politique, la sexualité, le sida, la diversité culturelle). De son côté, le Cinématographe offrira un aperçu sur la production sud-africaine contemporaine à travers quelques court-métrages et long-métrages récents. L’objectif de ces programmations est de permettre l’accès à des images d’Afrique du Sud – en précisant que cela est rendu difficile par le fait que très peu de films sud-africains sont sous-titrés en français et ont donc été distribués dans les pays francophones. »
Samuel Lelievre, historien et chercheur en études cinématographiques et audiovisuelles

A Cosmopolis
A brother with perfect timing / Contes d’un mineur/Guguletu seven / Hillbrow kids / C’est ma vie / Johannesburg stories / Judgement day / Long night’s journey into day / Robben Island our university /
Simon et moi /Soweto, a history / La Venus Hottentote / Ubuhle Bembali/Wan’Wina / What happened to Mbuyisa ? /Fermiers blancs, terres noires / Chroniques sud-africaines / My vote is secret/Amours zoulous/Children of the revolution/Voyage en musique zulu/Dolly Rathebe and the Inkspots/Have you seen drum recently / Voices from Robben Island / War and Peace / Ernest Cole, 1940 – 1990 / Amandla ! a revolution / Desmond Mpilo Tutu / Through the eyes of my daughter/ Robert Sobukwe – a tribute to integrity / Voices across the fence

Au Cinématographe
Vendredi 8 octobre à 20h30
Drum, de Zola Maseko (en avant première sous réserve) en présence du réalisateur
Suivi d’un débat sur le cinéma sud-africain
En cas d’impossibilité, programme de remplacement : courts métrages (voir dimanche à 14h30) suivi d’un débat.

Samedi 9 octobre
– à 18h30 : Shooting Bokkie, de Rob de Mezieres (2003,vonstf)
– à 20h30 : Fools, de Ramadan Suleman (1998, vost).
Dimanche 10 octobre
– A 14h30 : Programme de courts métrages : L’étranger, de Zola Maseko (1994, vost), Ibali, de Harold Hoscher (2003, vo), Le ciel dans ses yeux, de Ouida Smit et Madoda Ncayiyana (2001, vost), Black Sushi, de Dean Blumberg (2003)
– à 16h30 : Fools, de Ramadan Suleman
Entrées aux tarifs habituels du Cinématographe.
Ce programme a été conçu par Samuel Lelièvre. Merci au Cinématographe, au Festival des 3 Continents, à Elaine Dubourdieu et Wilma Boisnard pour leurs précieux conseils. Merci aux réalisateurs, producteurs, distributeurs qui ont accepté de participer à ce projet.

Contes

Vendredi 24 septembre à 20h30
1h15 – tous publics- entrée gratuite
Oucoulouri – Coulou : contes et récits d’Afrique du Sud
Ave Marc Buléon : contes et musique (chant, Ngoni, ndus)
Et Robert Nana : contes et musique (sonzas, ndus)
Contes, proverbes, mythes, devinettes venus des peuples xhosa, Kikuyu, zoulou, bochiman.
Des histoires à faire trembler la terre et d’autres qui ont le goût de la farce.
Des récits noirs et des paroles blanches.
Et la musique, comme une voile gonflée que la brise du Cap pousse vers le désert : errance, voyage au long cours en Afrique australe.

Ateliers d’artisanat Zoulou

Du 2 au 8 octobre de 14h à 18h
Cosmopolis accueille pendant une semaine, une artisane zoulou pour des démonstrations, et des ateliers d’artisanat (perles…)