Événements

Biennale Dak’art 2014 à l’Institut français

Français

EXPOSITION
Vernissage le 10 mai à 18h30 | Galerie le manège
Du 11 mai au 12 juillet, du lundi au samedi de 11h à 19h et le dimanche 11 mai de 11 à 19h | Galerie le manège – ENTREE LIBRE


ABDOULAYE KONATÉ, le pouvoir du textile
Abdoulaye Konaté, né en 1953 à Diré, est l’une des grandes figures des arts plastiques au Mali. Abordant la tapisserie et ses différents modes de confection comme le modus operandi de sa création, il puise son inspiration tant dans les spiritualités africaines que dans l’actualité mondiale. Konaté présente pour la première fois une exposition monographique à la galerie Le Manège. La plupart des oeuvres seront produites pour l’occasion et l’une d’elle sera réalisée avec les tissus d’Aïssa Dione Créations. Artiste majeur de sa génération, Konaté a participé à plusieurs expositions et biennales internationales (Africa Remix, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris / ARC, Stedelijk Museum, Musée du textile de Clermont-Ferrand, Institut du Monde Arabe, Fondation Blachère, FESMAN, Art Basel, Biennales de Casablanca, de Johannesburg, de la Havane, de Gwungu, Documenta XII…). Plusieurs ouvrages lui ont été consacrés dont Abdoulaye Konaté : The world in textile, publié récemment par l’Afrika Museum.

EXPOSITION
Du 10 mai au 08 juin, du lundi au samedi de 11h à 19h et le dimanche 11 mai de 11 à 19h | Petit Théâtre (derrière le restaurant Bideew)
L’artiste sera présent dans son studio du 8 au 15 mai de 13h à 19h – ENTREE LIBRE


OMAR VICTOR DIOP, le Studio des Vanités
Omar Victor Diop est un photographe dakarois qui se plaît à mêler diverses formes d’art à la photographie, notamment le design et l’écriture. Fils aimant de l’Afrique urbaine des années 1980, celle des villes brouillonnes et bourdonnantes, Omar Victor se construit un portfolio éclectique mariant scènes citadines et personnalités délurées. Son œuvre, qui se veut décomplexée, interrogative et vintage, est un portrait optimiste de l’Afrique urbaine dans laquelle il a grandi. Selon l’artiste, son Afrique est une autre salle du grand théâtre dramatique de la mondialisation, où la réalité parvient parfois à étreindre le futur avec confiance.
Pour la biennale de Dakar, l’Institut français matérialise le Studio des Vanités et lance son Carnet de la Création, édité par les éditions de l’œil.
www.omarviktor.com

EXPOSITION
Du 10 mai au 08 juin, du lundi au vendredi de 9h à 18h30 et le samedi de 09h à 13h | Hôtel Sokhamon
VERNISSAGE LE 9 MAI A 20H30 (Fête de l’Europe) | Hôtel Sokhamon
PERFORMANCE « Feu à volonté » des artistes du feu autrichiens Ursula Beiler et Gebhard Schatz – ENTREE LIBRE


GIL MADEIRA, la mécanique des sols
EUNIC Sénégal, réseau des instituts culturels européens dont l’Institut français est membre permanent, propose dans le OFF de la Biennale et pour la première fois, une exposition dédiée à un jeune artiste photographe, Gil Madeira. Cette série de vingt photographies, prises dans le Sine Saloum dépeignent des moments éphémères captés lors des promenades de l’artiste. Elles représentent des images effacées de sa mémoire immédiate, transformées en « images – mémoire » par l’acte photographique. Elles témoignent aussi d’une étude des paysages de la région du Saloum, où Madeira met à découvert le jeu entre l’œil et la mécanique du sol, entre l’espace intérieur et l’espace extérieur.


EXPOSITION du 10 mai au 08 juin
Du lundi au samedi de 11h à 19h et le dimanche 11 mai de 11 à 19h | Dans les jardins – ENTREE LIBRE


100% DAKAR / « Boutique éphémère 100% DAKAR »

En 1985, Bernard Beauduin, peintre et graphiste belge installé au Sénégal depuis plusieurs années, fonde le studio « 100% – LA CRÉATION GRAPHIQUE & LA PHOTOGRAVURE. Ce « graphisme indépendant » nourrira un style, une marque de fabrique, une spécificité esthétique en accord avec son lieu de création : le Sénégal et en particulier sa capitale, Dakar. 1988, autour d’Amadou Doukoure, de Xavier Fall, et encouragé par Vincent Michéa (peintre et graphiste), Hervé Monteil (architecte d’intérieur) et Alioune Diawara son assistant, Bernard Beauduin nomme le studio « 100% DAKAR » qui donnera naissance à la marque.
En 1990, « 100% DAKAR », en synergie avec la marque éponyme « CLAIRE KANE », aménage une boutique 28 rue Mohamed V. Le studio propose des séries de meubles et d’objets, en métal ou en fonte d’aluminium, des images et une impressionnante collection de motifs sérigraphiés sur T-shirt et dérivés. Des motifs conçus comme des « Unes » de magazines, des affiches, des slogans, qui se déplacent dans la ville. Une exposition est organisée en janvier 1992, à la galerie 39 (galerie du Centre Culturel Français de Dakar au 39 avenue Ponty) sous le titre générique de SE. BE. MO. KA. MI. (Seck, Beauduin, Monteil, Kane, Michéa), peu de temps avant le décès tragique et prématuré de Bernard Beauduin. Durant ces nombreuses années le studio de création « 100% DAKAR » a développé un graphisme efficace et fonctionnel, sensible, humain et populaire. De cette époque à nos jours, bon nombre de collaborateurs du Sénégal et d’ailleurs viennent enrichir et soutenir une démarche qui a fait les beaux jours d’une jeunesse sénégalaise optimiste et heureuse.
« Boutique éphémère 100% DAKAR », dans les jardins


EXPOSITION du 10 mai au 8 juin
Du lundi au samedi de 11h à 19h et le dimanche 11 mai de 11 à 19h | Pavillon – ENTREE LIBRE


LES EDITIONS DE L’ŒIL

À l’occasion de la Biennale de Dakar, Dak’Art 2014, les éditions de l’oeil éditent un Carnet de la création sur l’oeuvre de l’artiste Omar Victor Diop accompagné d’un texte de Lidwine Kervella. Gaël Teicher et Freddy Denaës sont les éditeurs de la collection Les Carnets de la Création (plus de cent titres depuis 2000), passeports d’artistes du monde entier. Ces ouvrages particulièrement bien diffusés sont présents sur toutes les grandes rencontres des arts visuels en Afrique et en Europe. En novembre 2013, l’Institut français du Sénégal a collaboré pour la première fois avec les éditions et a coproduit, avec l’Ambassade de Suisse à Dakar et la galerie Guy Bärtschi à Genève, le Carnet de la création d’Omar Ba, deuxième artiste sénégalais de la collection, après Soly Cissé en 2005. La collaboration entre l’Institut français du Sénégal et les éditions de l’oeil se poursuit pour la biennale de Dakar, Dak’Art 2014, avec le lancement de ce deuxième Carnet de la création en présence des éditeurs.

VIDEO à la Salle de cinéma du 10 au 17 mai
Tous les jours de 11h à 12h | Salle de cinéma – ENTREE LIBRE

FemLink, The International Video-Artists Collective
FemLink a été fondé par deux artistes, l’une française (Véronique Sapin) et l’autre américaine (CM Judge). Leur désir était de construire des passerelles à travers le monde en créant des transversalités entre les femmes artistes, c’est-à-dire des possibilités de communication directe entre les œuvres et les créatrices. Leur initiative fut donc de créer une sorte de « chaîne-vidéo » entre femmes artistes à travers le monde, autour d’un thème commun. Depuis octobre 2005, date du lancement de FemLink, 75 vidéo-plasticiennes de 60 pays, ont accepté de participer au vidéo-collage. Sept de ces films seront présentés à l’Institut français dans le cadre de la Biennale.


MUSIQUE
Pendant le vernissage de l’exposition d’Abdoulaye Konaté le 10 mai à partir de 18h30 | Galerie Le Manège – ENTREE LIBRE

LE MANEGE ELECTRO
Pour le premier volet de ces nouvelles péripéties sonores, le Manège accueille Don Dazy, le résident de Stars & Heroes agency qui nous a déjà fait vibrer lors des nuits dakaroises. À ses côtés, nous retrouverons Damien K Sahri qui se qualifie de pionnier de la nuit. Que ce soit à Berlin ou aux quatre coins du monde, cette effigie du label acclamé des connaisseurs avisés Velvet, nous fera le plaisir de faire vibrer nos tympans avec style, délicatesse et précision.
After après 23h, à la Biscuiterie de la Médina. Infoline : 77 142 35 71


EXPOSITION du 14 mai 9 juin, du lundi au vendredi. Ouverture le samedi 17 et dimanche 18 mai. De 10H À 18H | Nouveau siège de Total Sénégal (Ngor, face au Casino du Cap Vert) – ENTREE LIBRE

TABLE RONDE le JEUDI 29 MAI
10H30 | Nouveau siège de Total Sénégal (Ngor, face au Casino du Cap Vert) SUR INVITATION

Exposition Présence Africaine, et table ronde : « Présence Africaine, la vivacité d’une pensée contemporaine »
La revue littéraire et culturelle « Présence Africaine », héritière du panafricanisme et des « négritudes » d’avant la seconde guerre mondiale, est fondée à Paris en 1947 par l’intellectuel sénégalais Alioune Diop. Ses objectifs sont de publier des études africanistes sur la culture et la civilisation noire ainsi que des « textes africains » et passer en revue les
« oeuvres d’art ou de pensée concernant le monde noir ». La Fondation Total avait soutenu une exposition unique présentée au Quai Branly puis à la Bibliothèque Universitaire de l’UCAD de Dakar en 2011. Cette exposition avait donné lieu à une table ronde au Quai Branly en septembre 2013 intitulée « Présence Africaine, Présence de l’Afrique ». A l’occasion de la Biennale Dak’art 2014, la Fondation Total Sénégal et l’Institut français du Sénégal s’associent pour présenter l’exposition « Présence Africaine, une tribune, un mouvement, un réseau » et pour organiser une nouvelle table ronde sur l’actualité de la pensée d’Alioune Diop en Afrique. Cette rencontre mettra en perspective la contemporanéité de la pensée et de l’héritage historique, politique et intellectuel de « Présence Africaine » avec la restitution de l’analyse du livre d’or qui avait été mis à disposition des visiteurs lors de l’exposition à Dakar. Table ronde modérée par Felwine Sarr. En présence d’universitaires et d’écrivains sénégalais (et francophones africains), et d’intervenants invités.

À l’occasion de Dak’Art 2014, la Fondation Total Sénégal présente également une exposition collective de la galerie Cécile Fakhoury
(Côte d’Ivoire) mais aussi d’artistes sénégalais tels que Fabrice Monteiro et Latifa Pouye Touré.