Événements

RANO RANO
(Les voix d’insurgés)

Français

Madagascar. Plus de soixante ans après l’insurrection de 1947, l’écrivain Raharimanana redit les voix qui se sont perdues. Le musicien Tao Ravao reprend les clameurs et les sons du refus et de la dignité. Le photographe Pierrot Men fait ressurgir les regards oubliés.



Rano, Rano*, travail d’écriture de longue haleine, est l’aboutissement d’un engagement sur la mémoire entamé par Raharimanana, depuis l’essai « Madagascar 1947 », et son adaptation théâtrale, « 47 », par Thierry Bedard en 2008. Mémoire à écrire, redire et récolter avant que les derniers témoins de l’insurrection de 1947 contre la colonisation française ne disparaissent.



 Le rapprochement de Raharimanana avec Notoire de Thierry Bedard, s’inscrit dans le temps. Les Bambous sont fiers de retrouver avec force ce qui nous avait déjà tellement plu notamment dans Za (Les Bambous Libres 2010), Des Ruines (avec Phil Darwin en 2013). Nous approuvons les objectifs que poursuivent ces artistes : rendre au public une morale, à défaut de lui restaurer le moral. Souvent avec humour : un humour didactique passant par la parodie, le pastiche, l’écart accentué entre la posture et le sens ; une façon de singer constamment le faux pour mieux faire entendre le vrai.



Textes et voix de Raharimanana – Compagnie Hayzara (Arts et partage) – musique : Tao Ravao – photographies : Pierrot Men – mise en scène : Raharimanana – collaboration artistique : Thierry Bedard – vidéos : Yann Marquis – lumières : Vivianne Vermignon – régie technique Les Bambous – administration : Christine Tiana. Co-productions : Les Bambous (St Benoît – La Réunion), compagnie Notoire, théâtre Athénor (Saint-Nazaire/Nantes), l’Association Touraine Madagascar et l’Institut Français de Madagascar (IFM). Avec le soutien de : Les Francophonies en Limousin, L’Institut Français, Réseau Afrique 37, Festival Plumes d’Afrique, Musiques Métisses, Le Tarmac, L’EKB espace culturel bénédictin. Les livres de Raharimanana sont disponibles aux éditions Vents d’ailleurs