Événements

Samedi littéraires de l’APPA
Afrique et France : la francophonie en partage

Français

A quelques jours du Xe sommet de la Francophonie qui va se dérouler à Ouagadougou au Burkina Faso, nous allons évoquer en compagnie de deux auteurs des rives africaine et française l’héritage francophone qui lie le continent africain et la France. L’un – Sayouba Traoré – auteur du recueil de nouvelles Un député va mourir et producteur à RFI, est issu de la tradition orale. Quant à Roland Colin – auteur de Kènèdougou – c’est un ancien administrateur colonial français qui participa, après la guerre, à l’aventure de la décolonisation. Leurs deux livres nous mettent sur les pistes de cet héritage linguistique et culturel que les Etats français et africains s’apprêtent à célébrer.

De nationalité burkinabè, Sayouba Traoré est poète et nouvelliste. Auteur de Burkinabè, humeurs et rumeurs recueil paru aux éditions Corps Puce en 1993, il est journaliste à Radio France Internationale. Il fait partie des auteurs qui ont publié Dernières nouvelles de la Françafrique. Dans Un député va mourir (éditions Komedit) la plume de Sayouba Traoré associe la force et la beauté du récit simple au tranchant de la froide dénonciation. Sur le ton du badinage, ses réquisitoires portent sur des masques transparents qui laissent entrevoir la violence mal camouflée de ses propos. Cet « homme intègre » n’écrit pas. Il parle. Il écrit comme il nous parle souvent. Il nous raconte sans rire, la misère, les mesquineries et l’indignité des hommes. Aujourd’hui, le « griot » a choisi le papier à la saveur du récit oral.

Le Kènèdougou, « pays de la lumière », est le nom du royaume qui, dans les marches historiques de l’ancien empire du Mali, a mené le combat contre l’armée coloniale française. C’est aussi le nom d’une circonscription administrative de l’actuel Burkina Faso. Kènèdougou est enfin le titre du livre de Roland Colin paru aux éditions Présence Africaine. Arrivé dans ce pays comme jeune administrateur colonial de la France d’Outre-Mer, il y passe trois années en compagnie de sa femme Renée, avant de nouer le dialogue avec les nouveaux cadres africains – à l’instar de Mamadou Dia – dans les cheminements parfois difficiles qui ont mené sur le chemin de la décolonisation. Ce récit d’apprentissage, vibrant et sensible, porte témoignage du choc de sociétés et de cultures dont l’histoire convenue donne une image imparfaite dans la vision des hommes d’aujourd’hui.

Inscription obligatoire : KEUMAYOU Louis Magloire

Tél : 06 15 73 75 96 – Télécopie : 01 56 40 50 19 – Courriel : [email protected]

P.S. : A l’avenir, les rencontres littéraires de l’APPA se tiendront chaque deuxième jeudi du mois à 18 h 00 au CAPE. Elles deviendront donc les « Jeudis littéraires de l’APPA ».
Partager :