Événements

Sparadrap
1ère comédie croisée du triptyque Ouaga-Villejuif. D’Éric Durnez avec les compagnies Hercub’et Théâtre Éclair. Représentations au Burkina-Faso.

Français

Représentations au Burkina
Après avoir joué du 13 au 30 janvier à la Grange dîmière (France), plusieurs représentations seront données au Burkina-Faso par les Compagnie Hercub’ et Théâtre Eclair à Ouagadougou. Le 30 mars au Centre Culturel Français à 20h30, les 31 mars et 1er avril au CITO (Centre International du Théâtre) à 20h30 également.

Présentation

La Compagnie Hercub’et La Compagnie Théâtre Éclair présentent Sparadrap d’Éric Durnez. 1ère comédie croisée du triptyque Ouaga-Villejuif

Mise en scène : Michel Burstin
Création lumière : Stéphane Graillot
Création sonore : Max Vandervorst
Distribution Michel Burstin : Nicolas Alain Héma : Antoine Traoré Ildevert Méda : Félix Bruno Rochette : Antoine Fragonard Sylvie Rolland : Sylvia

Coproduction : La Grange dîmière à Fresnes, la Compagnie Hercub’, La Compagnie Théâtre Éclair, le Centre Culturel Régional du Brabant Wallon, le Centre Culturel Régional de Dinant

Soutiens : Commission Internationale du Théâtre Francophone ; ADAMI qui gère les droits des artistes-interprètes (comédiens, chanteurs, musiciens, chefs d’orchestre, danseurs…) et consacre une partie des droits perçus à l’aide à la création, à la diffusion et à la formation ; Conseil Général du Val-de-Marne ; Ministère de la Culture (D.M.D.T.S.) ; Nelkin ; Agence Intergouvernementale de la Francophonie, Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture


Autour du spectacle

PROJECTIONS-DÉBATS Proposées par la Cie Hercub’et la Cie Théâtre Éclair Samedi 15, 22 et 29 janvier à 17 h Projections de films africains, suivies d’une communication et/ou d’un débat avec des artistes et des spécialistes Entrée libre Restauration légère sur place avant le spectacle de 20h30

DÎNERS AVEC L’ÉQUIPE ARTISTIQUE Jeudi 20 et 27 janvier À l’issue de la représentation de 19h Tarif : 10 € Réservation conseillée au 01 49 84 56 91

LECTURE Mardi 18 janvier à 19 h E d’Éric Durnez par l’auteur Entrée libre


La pièce

Sparadrap, c’est l’histoire de deux amis cinéastes dont les destins se croisent et se télescopent. Antoine Fragonard, le Français, et Antoine Traoré, le Burkinabé, sont tous deux confrontés à des difficultés pour produire leurs films.
L’action se déroule en France, à Villejuif, chez Antoine Fragonard et Sylvia, sa compagne.
Antoine vient de passer six mois au Burkina. Il en revient étrangement troublé. Son ami Nicolas et Sylvia ne parviennent ni l’un ni l’autre à lui faire dire ce qui s’est passé là-bas.
Antoine, qui était en passe de boucler les financements pour son premier long métrage a réécrit son scénario dès son retour. La nouvelle version laisse les producteurs sceptiques ; Antoine ne veut pas transiger. Nicolas, qui travaille sur la production du film, lui-même déjà emberlificoté dans des démêlés familiaux dignes d’une série mexicaine, est poussé à bout par son ami.
Arrive alors Antoine Traoré, qui avait logé Antoine Fragonard à Ouagadougou ; il s’installe chez le couple. La tension entre les deux amis est palpable. L’atmosphère dans l’appartement transpire le mystère et ne s’arrange guère lorsque Félix, le cousin clandestin, débarque pour se faire héberger par Antoine et Sylvia…


Le projet- la pièce

Sparadrap est la première pièce de Ouaga-Villejuif, un triptyque de créations théâtrales par la Compagnie française Hercub’, la Compagnie burkinabé Théâtre Éclair et l’auteur belge Éric Durnez.
L’idée du projet est de croiser les regards européens et africains sur une même histoire, racontée en trois spectacles.
Le premier, Sparadrap, se déroule en France et est mis en scène par Michel Burstin, de la Compagnie Hercub’. Le deuxième, Dragonnier, sera créé au Burkina et mis en scène par Ildevert Méda, de la Compagnie Théâtre Éclair.
La troisième partie du projet sera un spectacle à part entière. Il regroupera les deux premières pièces, articulant les différents effets de miroir et regards, pour clore l’histoire et restituer toute la complexité des rapports sud-nord.
Sparadrap est le premier volet d’un triptyque qui met en perspective les valeurs identitaires, fait humblement émerger la vérité et la richesse, parfois la violence, les dissonances et les harmonies entre deux cultures.


Le mot de l’auteur

Au travers des relations qui vont se nouer et dénouer entre les personnages, au travers des conflits et de leurs résolutions, au travers des amitiés et des amours mis en danger, au travers des scénarii que tentent d’écrire les deux Antoine, mais le plus souvent en filigrane, c’est-à-dire sans démonstration ni discours, les histoires de « Ouaga-Villejuif » touchent à des thèmes plus vastes que les simples trajectoires des personnages. Elles les abordent sous forme de questionnements multiples.
Où en sommes-nous de nos rapports avec « le sud »? Où en est « le sud » de ses rapports avec le « nord »? Quelles traces ont laissé dans notre inconscient, dans nos comportements, dans nos réflexes, des décennies d’histoire coloniale? Comment échapper aux préjugés et aux images dans lesquels l’autre voudrait nous figer? Quel est le sens de la coopération? Comment le « Nord » dresse-t-il de véritables barricades politiques, militaires, administratives etc. pour se protéger du reste du monde? Comment les enjeux sanitaires -et notamment la question du sida et des traitements pharmaceutiques- cruciaux en Afrique, sont-ils traités par les « puissants »?
Le projet même de « Ouaga-Villejuif » sera au fond une manière de réfléchir à ces questions par le vivant de l’expérience théâtrale…
Éric Durnez



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications