Événements

Festival de Fès des musiques sacrées du monde 2015
21e édition  » Fès, au miroir de l’Afrique »

Français

Programme

* Vendredi 22 Mai *

Bab Makina – 21h00 « Fès, à la quête de l’Afrique » Soirée d’ouverture du Festival
Des pierres du désert aux pierres précieuses des palais d’antan cette grande fresque musicale évoquera l’âme d’une Afrique aux héritages multiples.


* Samedi 23 Mai *

Musée Batha – 16h30 – Payiz Ensemble – La tradition kurde – Iraq
« La peau tendue du luth tremble comme de la chair vivante » Jalal Al Din Rumi L’âme kurde entre héritage persan et inspiration soufie, au cœur d’un Kurdistan irakien en pleine crise, fait revivre la noblesse poétique d’un grand peuple.
Bab Makina – 21h00
Bab Makina – La rencontre du bagad breton Cap Caval et de l’Ensemble Lamkartass de Tissa – France – Maroc

La rencontre de l’un des plus fameux ensemble de binious et bombardes bretonnes avec la danse populaire de la région de Tissa, aux pieds même du Rif.
Bab Makina – Saber Rebaï – Tunisie
Saber Rebaï, à la voix charmeuse et aiguisée, est un des grands noms
de la chanson du Maghreb. Très inspiré, jeune, par les grands chanteurs comme Mohammad Abd El Wahab, Abd El Kader El Asaly, Wadih Al Safi ou Abd El Halim Hafez, Saber Rebaï s’inscrit parmi les grands chanteurs romantiques


* Dimanche 24 Mai *

Musée Batha – 16h30 – Julie Fowlis – Ecosse
Julie Fowlis, jeune chanteuse écossaise, incarne toute la beauté et la
fragilité de la tradition celtique.
Jardin Jnan Sbil – 18 h00 – La rencontre du Bagad breton Cap Caval et de l’Ensemble Lamkartass de Tissa – France – Maroc
La rencontre de l’un des plus fameux ensemble de binious et bombardes bretonnes avec la danse populaire de la région de Tissa, aux pieds même du Rif avec plus d’une quarantaine d’artistes.
Bab Makina – 21h00 Africa Spirit
Dans le cadre de cette édition consacrée à l’Afrique, le festival propose une évocation de l’Afrique à travers Oumou Sangaré symbole de la femme africaine libre et porteuse d’émotions jusqu’au reggae africain émancipateur de Tiken Jah Fakoly.
« Dans la forêt, quand les branches des arbres se querellent; leurs
racines s’embrassent. » Proverbe peul

Oumou Sangaré
La grande diva du Mali, véritable symbole de la femme africaine, reconnue par l’Unesco ou le Fao (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) pour son sens de l’entreprise, est avant tout l’une des chanteuses les plus rayonnantes du Mali et de la tradition du Wassoullou, au sud du fleuve Niger.
Tiken Jah Fakoly – Côte d’Ivoire
Grand chantre du reggae africain dans la lignée d’Alpha Blondy ou du regretté Lucky Dube, Tiken Jah Fakoly, au summum de sa carrière, défend toujours les valeurs fondamentales de l’Afrique.

* Lundi 25 Mai *

Musée Batha – 16h30 – Ballaké Sissoko (kora) et Debashish Bhattacharya (Indian slide guitar) – Mali – Inde
Deux instruments à cordes et deux maîtres se rejoindront à travers le glissement mélodique de leur inspiration, dans un voyage musical qui, des rives du Gange, nous mènera à celles du fleuve Niger.
Nuit de la Médina I
Dar Adiyel – 20h00 – Eduardo Ramos – Portugal
Grand interprète de la musique arabe et juive sépharade du XIIIe siècle, Edouardo Ramos est considéré comme une notoriété de la musique ibérique médiévale.
En partant de la musique traditionnelle portugaise, il a consacré sa passion musicale au répertoire des Juifs Sépharades du Portugal puis à celui de l’Espagne, en s’accompagnant au oud, ce qui lui permet d’intégrer des pièces musicales arabes inscrites dans l’histoire de l’Andalousie.
Dar complexe culturel Sidi Mohamed BenYoussef – 20h00 et 22h30 – Les Masques de la Lune – Rituel Bwaba – Burkina Faso
Au cœur du village griot de Bereba, découvrir l’un des plus extraordinaires rituels d’une Afrique magique et lunaire
Musée Batha – 21h00 – Création Marassa – Omar Sosa & Urban Tap – USA – Cuba – France
Omar Sosa: piano, claviers, voix et effets électroniques – Tamango: tap dance, voix et percussion Gustavo Ovalles: percussion et voix – VJ Naj: projections vidéo
Une création musicale, chorégraphique et multimédia par le grand pianiste cubain Omar Sosa entouré du danseur Tamango qui relie le Tap urbain à l’Afrique et de Jean de Boysson et ses créations visuelles.
Dar Adiyel – 22h30 – L’art royal de la kora sous la direction de Ballaké Sissoko
Une évocation somptueuse de la kora, la harpe royale de l’empire mandingue par plus d’une dizaine de jeunes musiciens de Bamako sous la direction de Ballaké Sissoko.


* Mardi 26 Mai *

Nuit de la Médina II
Musée Batha – 16h30 – Roberto Fonseca et Fatoumata Diawara (Cuba – Mali)
La rencontre d’un grand pianiste cubain avec la musique d’une jeune griotte africaine.
Dar Adiyel – 20h00 – Li Daiguo, Pipa, Cello and Beatbox – Chine
Li Daiguo, jeune musicien chinois, célèbre à sa manière la nature, de manière à la fois contemplative, inventive et contemporaine.
Dar complexe culturel Sidi Mohamed Ben Youssef – 20h00 – Création Wajd – Sonia Mbarek – Tunisie
La grande chanteuse tunisienne propose une création autour de la poésie soufie.
Musée Batha – 21h00 Diego El Cigala – Espagne
« Toutes les choses ont leur mystère, et la poésie, c’est le mystère de
toutes les choses. » Federico Garcia Lorca

Diego Ramón Jiménez Salazar est né à Madrid au sein d’une famille d’artistes gitans. Sa petite taille et sa voix puissante lui valent d’être surnommé El Cigala par le grand Camarón de la Isla, maître du chant flamenco. Aujourd’hui Diego Al Cigala est une voix majeure du flamenco. Avec la participation exceptionnelle de Benjamin Bouzaglou.
Dar Adiyel – 22h30 Le monde sacré du mugham – Azerbaïdjan
Arzu Alieva, chant – Elshan Mansurov, kamancha – Malik Mansurov, tar – Shirzad Fataliyev, balaban, zurna
Le mugham exprime les variations d’un sentiment habité par une exaltation qui s’inspire des grandes traditions orientales et de leurs grands poètes.
Cette poésie des montagnes et des palais, célèbre l’attrait de l’être aimé, le déchirement de la séparation ou de l’inconstance de l’amant, la beauté d’un paysage ou encore de la splendeur de Dieu.
Dar complexe culturel Sidi Mohamed Ben Youssef – 22h30 – Nawab Khan et Mantra
« La musique est le langage divin des émotions humaines »
Entre contemplation et méditation, se laisser transporter dans les méandres de ragas indiens et des sons cristallins et aériens du santour indien ou du sarangui, la vièle aux mille et une sonorités.
Nawab Khan, jeune musicien classique rajasthanais de Jodhpur, ainsi que ses frères, utilisent le santour persan et cachemiri, le sarangui, la voix et le tabla, pour nous guider dans le labyrinthe thérapeutique et émotionnel de la musique indienne.

* Mercredi 27 Mai *

Nuit de la Médina III

Dar Adiyel – 20h00 et 22h30 – Sirat Al-Hilali – La Geste Hilalienne chantée par les derniers poètes de Haute-Egypte – Ramadan Hassan, Mohamed Ezzat Nassreldin et les Musiciens du Nil
« Les Beni Hilal sont des hommes d’une grande bravoure et très riches. Ils font dans les 6000 beaux cavaliers et sont bien armés…
« Léon l’Africain – Description de l’Afrique »

Dar complexe culturel Sidi Mohamed Ben Youssef – 19h00 – Théâtre rituel « Bhagavata Mel » du village de Melattur – Tamil Nadu – Inde
« La poésie est une parole dont la Saveur Rasa (de la racine sanskrit ras : goûter) est l’essence » (Bharata – René Daumal – Gallimard)
L’Inde est à l’origine des premiers théâtres rituels de l’humanité. Pour la première fois, ce théâtre sacré quittera le temple de Melattur. Ce théâtre populaire héritier de l’ancien théâtre sanskrit, célèbre Vishnu et son incarnation Krishna avec plus d’une vingtaine d’artistes populaires.
Musée Batha – 21h00 – « Danse mémoire, danse » avec A Filetta, Paolo Fresu & Daniele Di Bonaventura
Les grands maîtres des voix polyphoniques corses rencontrent le trompettiste sarde Paolo Fresu pour une rencontre musicale méditerranéenne d’une grande spiritualité.
Dar complexe culturel Sidi Mohamed Ben Youssef – 22h30 – Badr Rami – Syrie – Maroc
La grande tradition des Muwashshah d’Alep.

* Jeudi 28 Mai *

Musée Batha 11h00 – Les matins de la Medina – Marouane Benabdallah – Récital piano – Création « Arabesque »
Une approche de la musique classique arabe.
Ayant quitté le Maroc à 13 ans afin de poursuivre sa formation musicale en Hongrie, Marouane Benabdallah revient vers ses racines pour explorer les rythmes et mélodies de son enfance.
Dans son projet « Arabesque », il présente le fruit de longues recherches: des œuvres de compositeurs classiques du monde arabe. Un répertoire quasiment inconnu du grand public dans lequel se mêlent les modes et les rythmes de la musique arabe avec les formes et les structures de la musique classique occidentale afin de créer une synthèse originale et unique.
Certaines pièces du programme ont une inspiration religieuse, telles que « La nuit du destin »de Dia Succari faisant allusion à cette 27ème nuit bénie du mois sacré du Ramadan, ou « Badrou Hosnen » de Zad Moultaka composée dans le Maqam Siba, l’un des modes employés pour la psalmodie du Coran, ou encore « Al Male Rahamim » de Mohammed Fairouz, une prière faisant partie du rite funéraire juif.
Musée Batha – 16h30 – Nabil Benabdeljalil et l’Ensemble Zakharif – Maroc
L’ensemble Zakharif, réuni autour du jeune compositeur et musicologue marocain Nabil Benabdeljalil, se fonde sur ce principe esthétique et technique, et fait de sa diversité une vraie force de création. Ses membres, de culture et de formation musicale différentes, utilisent toutes leurs ressources d’improvisation et de variation pour recréer des pièces de musique arabe ancienne – de la Nahda égyptienne à tradition de la chanson longue d’Oum Kalsoum.
Bab Makina – 21h00 – The Temptation Review Featuring Dennis Edwards – Etats-Unis
Les maîtres légendaires du Rhythm and Blues
L’ ensemble légendaire du label Motown fera revivre l’origine d’un Rhythm and Blues qui inspire encore toute une nouvelle génération de musiciens à travers le monde.


* Vendredi 29 Mai « 

Musée Batha – 16h30 – « Amen en la voz del Hombre » – La Saeta, cántico espiritual – D’après une idée originale d’Andres Marin
Chant : Jesús Mendez, Segundo Falcon, Jesús de la Mena.
Musiciens classiques : Javier Trigos – clarinette, Miguel Maceda – basson, Angel Sanchez, hautbois.
Musique de chambre avec hautbois, clarinette, basson et 3 voix exceptionnelles qui chantent la saeta de Séville à l’image des déclamations poétiques d’antan. La saeta est ce chant mystique ou l’homme peut crier et chanter à Dieu, à la Vierge, la profondeur de ses émotions.
A travers romances, peteneras et seguiriyas, l’âme de l’Andalousie et des processions sévillanes sera sublimée.
Bab Makina – 21h00 – Andalousies – L’orchestre arabo-andalou de Fès dirigé par Mohammed Briouel avec Beihdja Rahal (Algérie), Sonia Mbarek (Tunisie), Sanaa Maharati, Nabile Maan, Marouane Haji (Maroc)
Sous la main du maître Mohammed Briouel, la musique andalouse rayonnera de mille et une facettes des grandes écoles du Maghreb.


* Samedi 30 Mai *

Musée Batha – 16h30 – Faada Freddy – Sénégal

L’art du gospel, revu par un ex-rappeur africain.
Percussions corporelles, battements de chœurs et claquements de doigts, innovent l’âme d’une soul music très africaine et innovatrice.
Bab Makina – 21h00 – Hussain Al Jassmi – Emirats Arabes Unis
Hussain Al Jassmi possède l’une des plus belles voix de la péninsule arabique.
Entre un répertoire profane et religieux, il chante avec une émotion et une sensibilité qui l’ont rendu célèbre jusqu’au Maghreb.

Forum « Une âme pour la mondialisation,  » Musée Batha 23-27 mai de 9h00 à 12h00

Le Forum « Une âme pour la mondialisation » est un rendez-vous incontournable du Festival. Il exprime cette conjonction entre l’art et la réflexion devenant ainsi un carrefour où se croisent politique, sciences, arts, culture et spiritualité.
Dans l’écrin des jardins andalous du Musée Batha des sujets qui traversent notre actualité sont reliés à une réflexion philosophique et spirituelle plus globale.

* Samedi 23 Mai *
Chemins spirituels, chemins commerciaux
les chemins commerciaux ont toujours été parallèles aux chemins spirituels. Aujourd’hui, la question de la présence de l’Afrique dans les manuels scolaires se pose. Il s’agit d’interroger aussi l’enjeu des savoirs enseignés dans les écoles et les universités africaines.
* Dimanche 24 Mai *
Pluralisme linguistique en Afrique
Le pluralisme linguistique est un fait partagé par tous les pays africains. Comment assurer la survie
des langues ? Que dit la convention de l’UNESC0 sur la diversité culturelle ?
* Lundi 25 Mai *
L’Afrique et le sacré
L’Afrique est le berceau de nombreuses cosmogonies, de visions du cosmos comprenant la pensée magique, la pensée animiste, la pensée fétichiste et la pensée monothéiste. Il y a aussi la pluralité des confréries : tijaniya, qadiriya, etc. Comment ces visions du monde dessinent elles une forme de vie ?
* Mardi 26 Mai *
Hassan Al Wazzan (Léon l’Africain) fut un grand diplomate au service du roi wattasside de Fès et à ce titre a arpenté une grande partie de l’Afrique avec des lettres de créance avant d’écrire une description de l’Afrique au Vatican auprès du pape. Grenadin, fassi, romain : une figure de l’intellectuel migrateur ?
* Mercredi 27 Mai *
Les grands enjeux contemporains éducation, santé, géostratégie, etc. Le forum est le moment de prendre le temps de cribler par le débat les grands enjeux contemporains. L’éducation et la santé sont deux
indicateurs du développement. Comment les mettre en perspective aujourd’hui ?