Événements

Événement Diwan-centre : Fouad Laroui au Studium – Hotel Dupanloup Orléans
Identité, altérité et un peu de Bach

Français

Parmi les bonnes nouvelles de cette année qui pointe à peine, il y en a plusieurs : la rencontre que nous allons faire avec l’écrivain :
Fouad Laroui

le vendredi 15 janvier à 18h30

au studium d’Orléans


…en est une. Justement, cet écrivain qui chatouille la langue française et se joue de nos préjugés a sorti l’an dernier un recueil de bonnes nouvelles, paru aux éditions Julliard, Les noces fabuleuses du Polonais. Cinq nouvelles réjouissantes, qui nous interrogent sur la réalité de notre quotidien. N’y a-t-il du fabuleux que dans les fictions ? Lisez l’étrange histoire du Polonais : que d’étrangeté et d’étrangers dans cette nouvelle où la vie nous offre plusieurs noms, plusieurs spiritualités, plusieurs pays …

S’il est beaucoup de questions autour de notre identité, elles vont de pair avec nos pairs. « Le Père, le fils et (non pas le saint-Esprit!) le Vengeur masqué » nous plonge avec humour et tendresse dans les relations des pères et des fils. Des hématomes aussi douloureux et plus tenaces que ceux hérités lors d’un match de catch. Laroui nous plonge dans des situations apparemment surréalistes avec  » Trois mensonges de Torrès  » où le lecteur est avisé de la politique de Basri. Mais, si l’auteur pointe les mensonges politiques du Maroc sous l’ancien roi, il n’y a pas de quoi s’en réjouir car Basri a fait des petits, et pas seulement dans le royaume chérifien… La nouvelle  » La toile mystérieuse  » est une enquête menée sous les yeux du lecteur : le commissaire ne s’appelle pas Ali mais on ne peut s’empêcher de songer à Driss Chraïbi. Avec brio, Fouad Laroui nous rappelle combien l’apparence est un leurre. Méfions-nous des faux-semblants et « des parachutistes « .

Et l’amour dans tout ça ? Une  » géométrie  » à trois qui nous transporte amoureusement dans le vaudeville (Courteline, Labiche..) revisité. Version moderne, dans un lycée français de Casa où presque toutes les didascalies nous mènent à croire que nous ne savons qu’interrompre les autres : on s’obstine, on se glace, sourdement,… Faussement.

Alors quoi ? Quelles sont les autres bonnes nouvelles en ce janvier nouveau-né ?

Toujours la culture pour mieux vivre

Fouad Laroui me dit aussi :  » Un peu de Bach »

Mystère jusqu’au 15 janvier …
Partager :