Événements

Rencontre – Débat avec Dieudonné Gnammankou
Autour de ses ouvrages : Abraham Hanibal, l’aïeul noir de Pouchkine Pouchkine et le monde noir (ouvrage collectif, dirigé par D. Gnammankou)

Français

Abraham Hanibal, l’aïeul noir de Pouchkine : « Je compte voir encore mon vieux nègre de Grand’ Oncle qui, je suppose, va mourir un de ces quatre matins et il faut que j’aie de lui des mémoires concernant mon aïeul. » L’aïeul, évoqué dans cette lettre de Pouchkine n’est autre qu’Abraham Hanibal, arraché de sa terre natale au nord de l’actuel Cameroun, et arrivé en Russie à l’âge de huit ans en 1704. Hanibal devint le fils adoptif puis le collaborateur du tsar Pierre Le Grand. Il devint ensuite sous le règne de l’impératrice Elisabeth, l’une des plus importantes personnalités de l’Empire russe.
24 pages d’illustrations – éditions Présence Africaine prix : 23,60 euros
Pouchkine et le monde noir (ouvrage collectif, dirigé par D. Gnammankou) Né à Moscou en 1799 dans une famille de la noblesse russe, Alexandre Pouchkine était aussi l’arrière petit-fils d’un Africain célèbre dans l’histoire militaire et technique russe, Abraham Petrovitch Hanibal (1696-1781). La Revue Présence Africaine ne pouvait rester indifférente au Bicentenaire de la naissance du fondateur de la littérature russe moderne qui aimait l’Afrique et la revendiquait comme sa seconde patrie.
40 pages d’illustrations – éditions Présence Africaine prix : 30,20 euros
Né en 1963 en Côte d’Ivoire, de nationalité béninoise, Dieudonné Gnammankou est philologue slavisant et historien. Membre étranger de la Société Pouchkine de Russie et du Centre Pouchkine de Nancy, il anime en Russie et en France des conférences sur Pouchkine et son aïeul. Il est le premier à avoir formellement identifié la patrie africaine d’Hanibal, mettant ainsi fin à un siècle de polémique en Russie.