Événements

FÉDÉCHANSONS
BONBON VAUDOU + DANI TERREUR + JAAQ + GOVRACHE + MESS + MANON TANGUY

Français

Découvrez les artistes qui se produiront à l’occasion du Festival Fédéchansons 2017, du 14 au 16 novembre à Paris : Adella – Bicéphale (Monsieur Roux + Boule)- Billet d’humeur – Bonbon vodou – Courir Les Rues – Dani Terreur – Govrache – Jaaq – Kouzy Larsen – Lucrèce Sassella – Luise Louise – Manon Tanguy – Mathieu Des Longchamps – Maud Octallinn – MESS – Ottilie [B]

Retrouvez ces 16 artistes sur scène : FGO-Barbara
_____________________________________________________

LE 14 NOVEMBRE :

Bonbon vodou
Bonbon Vodou c’est la rencontre d’Oriane Lacaille, fille d’une grande famille de musiciens réunionnais, et de JereM, fils… de 2 psychiatres lacaniens. Un 1er album joyeux et rassembleur (réalisé par Zaf Zapha) ou se croisent de nombreux invités de la world et de la chanson : René Lacaille, Regis Gizavo, Patrick Bebey, Chloé Lacan…
Baigné par la douceur des 2 voix claires et porté par un groove minimaliste et ravageur, Bonbon Vodou distille la joie et propage son onde amoureuse.



Dani Terreur
Magnétique et passionné sur scène, Dani Terreur se transforme en chasseur de sons en studio, traquant les mélodies fortes, les harmonies chaudes et électriques, en quête d’un groove qui oscille entre turbulences synthétiques et cristallines.
Shooté à la pop anglo-saxonne et à la musique électronique, il s’est également abreuvé de littérature pour satisfaire son esprit assoiffé. Résultat, une première série de chansons habitées par le spleen urbain, les tourbillons de l’âme et le voyage introspectif.

JAAQ
Rappeur Genevo-Neuchâtelois, JAAQ se caractérise par la subtilité tant musicale que textuelle.
JAAQ délivre un rap mature, ouvert, qui défie les préjugés et se laisse parfois glisser vers la chanson, le slam et le jazz. En nous baignant dans un univers acoustique, il nous embarque dans un voyage urbain au gré des états d’âme et des rencontres que l’on peut faire en déambulant dans la ville au petit matin ou à la tombée de la nuit.
Les mots se posent et des images apparaissent. JAAQ c’est du rap qui ne raconte pas d’histoires mais dresse des tableaux à base de mots et de rythme.



Govrache
Parallèlement à la chanson qu’il pratique depuis dix ans partout en France, Govrache est aussi slameur. Qu’il évoque un contexte social difficile, un bonheur simple ou des petits riens du quotidien, Govrache a le soucis du propos juste.
Sa plume est engagée, dégagée, chatouille autant qu’elle pique, caresse parfois… mais rarement dans le sens du poil.



Mess
Un duo, une femme un homme, des chansons aux sonorités électro aquatiques, une nage synchronisée au sein d’un océan, à la fois légère et perdue dans son immensité… Comment accepter l’autre ? Comment se situer dans la multitude ? Sentiments où se révèlent pêle-mêle l’amour bien sûr, mais aussi la joie, la jalousie, la conquête, la démence ou même la haine.
« Coup de coeur 2017 » du Festival Détour de Chant, repéré par Le Bijou et le festival « Coup de Cœur Francophone » à Montreal pour l’édition 2018, ils se produiront sur les off des Francofolies et d’Avignon. Le projet est soutenu par Christian Bordarier (La Paloma), Virginie Bergier (Lo Bolegason, Studio des Variétés); Le Club (Rodez) pour la scène. La sortie d’un 6 titres est prévue pour Octobre 2017.



Manon Tanguy
La mutine Manon Tanguy revient avec un 2ème album « Parmi les crocodiles ». Chansons Pop Folk aux accents électro. Les arrangements artistiques et l’enregistrement studio ont été confiés à Nicolas Bonnière, guitariste de Romain Humeau et du groupe Eiffel. Sortie 17 février 2017 (Le Comptoir Musical / Coop Breizh). Manon aborde des thèmes engagés et éco-responsables, comme « La taille de sa jupe » qui traite du harcèlement de rue. Un engagement dans la vie comme à la scène ! Le trio sera sur la scène du FrancOff cet été aux Francofolies de La Rochelle.
« Il faut se méfier de Manon Tanguy ! L’air de rien, avec sa douce voix, son sourire enjôleur et ses jolies mélodies, elle chante les chansons les plus cruelles et subversives de sa génération. »
François Alquier (Les chroniques de Mandor).



LE 15 NOVEMBRE :

Luise Louise
Luise Louise a la voix claire et ses chansons ont la couleur de ses émotions. Avec ses chansons, elle ouvre un nouveau cycle, né de la rencontre artistique entre son piano classique et l’élégance électrique de Frédéric Feugas à la réalisation.

Courir Les Rues – Les Enfants d’Hier
Nouvelle création des 9 musiciens de ce collectif après 10 ans sur les routes, une musique de rue moderne au son brut et aux accents de fête, du cuivre, du soleil, du mouvement tout en puissance et finesse. De la chanson format XL comme ils disent. Entre eux ils aiment bien s’appeler « Les Enfants d’Hier », ça les fait marrer.

Ottilie [B]
Passeuse atypique de sons bruts et d’émotions à fleur de mots, Ottilie [B] sculpte des paysages multipistes, world et électro, poétiques et foisonnants. Du chant diphonique mongol au chant soufi, en passant par le joik finlandais, Ottilie [B] honore toutes les traditions qu’elle traverse, leur donnant le souffle singulier de sa créativité et de sa voix, vers l’ailleurs et vers la vie.



Kouzy Larsen
Kouzy Larsen est sauvage et en voie disparition comme le tigre de Sumatra. Il est suave et dramatique comme un poète iranien… Ce bad boy du rock orientalo-belgo-sceptique est à inclure dans votre tableau de chasse musical car il est unique.
Il arrive de loin, et à l’heure des fermetures de frontières et des replis identitaires, Kouzy Larsen vient se faire voir ailleurs… bien que, portés par des vagues de rifs de oud électrique, la route n’est pas si longue en fait !
Il raconte des histoires d’aujourd’hui, belles et moins belles, sans concession, sans pudeur, parce qu’il n’a plus le temps pour la pudeur. Les chansons rock c’est exactement là où on peut dire ce qu’on veut et il ne s’en prive pas.
Son nouvel EP « Fer de Lance » est sorti en février 2017, annonciateur d’un premier album à paraître à l’automne 2017.

Lucrèce Sassella
Lucrèce Sassella, jeune chanteuse à l’âge indéterminé, nous présente les chansons de son album « 22 ans », sorti en 2015. Après avoir créé et joué, avec l’aide de François Morel, son spectacle « 22h22 », accompagnée de musiciens, notamment du pianiste Antoine Sahler, qui a écrit ces chansons sur mesure pour elle, c’est désormais en solo qu’elle s’aventure et qu’elle dresse le portrait d’une jeune femme en prise avec quelques grandes questions existentielles : L’amour éternel dure-t-il toujours ? Comment choisir un galet parmi trois millions ?

Maud Octallinn
« Maud c’est du spectacle survivant : des mots crus et doux, un piano sage et fou, des mélodies graciles mais pas faciles… En formule solo ou accompagnée d’un batteur et d’un multi-cuivre, elle conte son intimité avec une sincérité désarmante teintée d’absurde et d’auto dérision.
S’il fallait situer le personnage : quelque part pas très loin de Brigitte Fontaine, Camille, Katerine. Certains y voient du Barbara clown, d’autres du Regina Spektor punk, mais l’Octallinn est toujours là où l’on ne s’y attend pas ! »