Événements

Exposition – creation : les arts de la coexistence ?
Exposition collective de cinq artistes représentatifs des nouvelles tendances en Afrique du sud avec Clifford Charles, Zama Dunywa, Sharlene Kahn, Colbert Mashile et Fiona Pole. Expositions, performances, conférences, résidences, théâtre, etc…

Français

Vernissage le mercredi 21 septembre à 19h en présence de Bruce Clarke, commissaire de l’exposition avec une performance « Walking the line » de Sharlene Kahn.
Dix ans après la fin de l’apartheid, MC2a propose dans le cadre de 2005, Cap au Sud, une exposition collective de cinq artistes représentatifs des nouvelles tendances en Afrique du sud avec Clifford Charles, Zama Dunywa, Sharlene Kahn, Colbert Mashile et Fiona Pole.
Bruce Clarke*, artiste anglo-africain avait présenté en 2000 à Porte2a, une installation sur le génocide rwandais « Je vous écris du jardin de la mémoire ».
(*Héritage africain, exposition des œuvres de B. Clarke à Arrêt sur l’Image Galerie dès le 13/09)
Production : Migrations Culturelles aquitaine afriques, avec le soutien de l’Ambassade d’Afrique du Sud à Paris, l’Alliance française de Johannesburg et la participation de Esmod.
En partenariat avec MC2a, « Nouaison, résidence d’artistes » à Pujols (Gironde) invite les artistes en résidence de septembre à décembre pour des rencontres, cafés artistiques, conférences, expositions : Lien Botha, Bruce Clarke, Clifford Charles, Sharlene Khan, Zangewa Billie . Infos : Nouaison 05 57 40 72 83 / Email : [email protected]

L’exposition est diffusée du 17 novembre au 4 décembre à la Crypte Ste Eugénie de Biarritz (avec le soutien de la ville de Biarritz) dans le cadre du colloque Chantier Sud-Nord, Diversité culturelle et spectacle vivant (17-18 nov.), organisé par le Théâtre du Versant et MC2a. Exposition de 14h à 19h, rens. : 05 59 41 57 50.
En 2006 : Musée des arts derniers à Paris (mars-avril), Centre d’art contemporain de Lescombes à Eysines (juin-juillet).

CONFERENCE/DOCUMENTAIRE, mardi 18 octobre, à Porte2a – Entrée libre.
– 18h30 : Conférence
Dans le cadre de 2005, Cap au sud, ces trois nouvelles conférences (oct., nov., déc.) décrivent les nouvelles formes d’internationalisation de la scène artistique sud-africaine contemporaine dans le contexte du monde de l’art globalisé de la fin des années 90 et du début des années 2000. Cette conjoncture est caractérisée, notamment, par un débat âpre et passionné autour des problèmes liés aux identités et aux statuts de la représentation. Programme conçu et réalisé par Virginia Garreta et Jean Pierre Sanchez.
L’imaginaire post-colonial et les effets prolongés de l’apartheid. La quête de l’authenticité et l’expérience du caractère hybride d’une nouvelle identité artistique nationale.
– 21h : Projection du film documentaire Oberlin – Inanda de Chérif KEITA,
suivi d’un débat, dans le cadre des 9ième Rencontres Cinématographiques Africaines, organisées par Cinéma Africain Promotion. Documentaire de 2004 (Durée : 55 mn)
Un regard sur l’œuvre et la vie fascinante de John L. Dubé (1871-1946), qui a posé les fondements de la révolution sud-africaine. Pionnier, en tant que journaliste, éducateur, musicien, pasteur et homme politique, John L. Dubé a été un des co-fondateur de l’ANC (African National Congress) en 1972. Il en a assuré la présidence jusqu’en 1917.

EXPOSITION – RESIDENCE D’ARTISTE – CREATION
Après avoir été en résidence dans le cadre de l’Eté photographique de Lectoure en août dernier, Lien Botha et la compagnie des Limbes sont de nouveau à Bordeaux.
* EXPOSITION Safari par Lien Botha :
Du 27 octobre au 13 novembre, à Porte2a (Bordeaux) : du mardi au samedi de 14h à 18h et 1er dimanche du mois (6/11). Vernissage le 26/10 à 19h.
Safari est un récit en seize tableaux qui associent le dessin et la photographie. Cette série peut être perçue comme une courte histoire satirique ou comme un guide pour une balade à travers le paysage sud-africain. Dans le cadre de Novart Bordeaux, exposition inscrite dans Opendoors, Openeyes les 11, 12 et 13 novembre (de 10h à 19h).

THEATRE – CRÉATION : Cutting water
Par Lien Botha (plasticienne, Afrique du Sud) & la Cie des Limbes (théâtre, France)
Du 3 au 5 novembre, à Porte2a à 19h dans le cadre de Novart Bordeaux.Tarifs : 10 et 5 €
La compagnie des Limbes est un groupe de recherche et de production théâtrale créé en 01.
« Cutting water  » est une création issue d’une collaboration entre la plasticienne sud-africaine Lien Botha et la compagnie des Limbes.
S’articulant autour de la genèse des « Vagues », poème dramatique de Virginia Woolf, « Cutting water » invente un parcours à travers son journal, récits autobiographiques, brouillons et extraits des « Vagues ». Cette création, en une sorte de rituel, tente de faire état de ce qui vient frapper aux plages de la conscience : fragments et éclats, heurts et extases, brusques illuminations …
Conception : Lien Botha et la compagnie des Limbes (Romain Jarry et Loïc Varanguien de Villepin).
Avec : Solène Arbel, Lien Botha, Brieuc Jeandeau, Loïc Varanguien de Villepin.
En partenariat avec MC2a et avec le soutien du centre de photographie de Lectoure.

* LES GRANDES TRAVERSEES / Accueil
Dans le cadre de Novart Bordeaux, du 14 au 20 novembre, à partir de 22h30.
« Après chaque spectacle et durant toute la semaine, les Artistes, les techniciens du spectacle, les partenaires, les professionnels, les amis se retrouvent à Porte2a, rebaptisé Le Club. Véritable cœur du festival où tout se mêle et se noue. » E. Bernard

* CONFERENCE / Mardi 22 novembre à 18h30, Porte2a
Identités blanches, corps noirs : « mettre l’Afrique du Sud dans son corps ». La scène artistique féminine dans la nouvelle nation arc-en-ciel de la fin des années 1990.
Programme conçu et réalisé par Virginia Garreta et Jean-Pierre Sanchez.

* PERFORMANCE – VIDEO : Johannesburg by night
Dans le cadre de Novart Bordeaux, samedi 26 novembre à Porte2a, 22h30.Tarifs : 10 et 5 €
Performance « Dancing inside out » et vidéo « Maid in South Africa » de Steven Cohen
Projection de vidéos de Steven Cohen, Elu Kieser, Gregg Smith, et Thando Mama.
« Au cours de « Dancing inside out », Steven Cohen, dans le plus simple appareil, avance avec difficulté sur de vertigineux talons à imprimé léopard. En guise de cache-sexe, l’étoile de David. Son visage est en partie dissimulé sous un maquillage sophistiqué, fait de papillons ! Des vidéos escortent sa démarche heurtée, au bord de la chute. Images d’une plaque commémorative sur la façade du Centre de la Résistance et de la déportation, à Lyon. L’objectif balaye les mots gravés, insiste sur les termes « déportation », »juifs », « sacrifice », « complicité », « Gestapo ». Steve Cohen est blanc, juif, homosexuel. Il vit à Johannesburg.
… Ancien plasticien, il se décrit lui-même comme un « performance artiste » : « Je suis une pièce d’art vivante qui parle et qui marche ». Son corps, devenu l’outil exclusif de ses mises en scène, exhibe avec force sa triple identité dûment revendiquée…
Dans la vidéo Maid in South Africa, une vieille femme noire fait le ménage. Steven Cohen met là en scène sa nourrice sud-africaine qui a quatre-vingt-quatre ans. Steven Cohen donne à la fois une vision détaillée du monde qu’il accuse, s’attache à trouver des saillies visuelles, recherche l’aspect frappant de l’exploitation, trouve le meilleur signe pour représenter, au-delà de la réalité concrète, des réalités morales et provoquer des états qui suffisent à épouvanter. Il faut désormais compter avec lui, qui passe l’histoire au crible du sexe. » L’Humanité 1er/03/05 – M. Steinmetz

* CONFERENCE / Mardi 13 décembre à 18h30, à Porte2a – Entrée libre.
De Cape Town à New-York, vivre, créer et voyager dans un monde en mouvement.
La globalisation de la scène artistique internationale et la formation de nouvelles stratégies identitaires dans le monde de l’art sud-africain des années 2000.
Programme conçu et réalisé par Virginia Garreta et Jean-Pierre Sanchez.