Événements

Teranga festival 2006
1ere édition

Français

Avec entre autres Jalal of The Last Poets (Hip-Hop, USA), Djely Moussa Kondé & Tchemsé Kanté (Musique Mandingue, Guinée), Minino Garay (Percussions, Argentine), Carlos Werneck Project (Brésil), Bayal (Reggae, France)

Festival parrainé par Augustin Senghor, Maire de Gorée (Sénégal)

Le 25 mai 2006, conférence de pré-ouverture
A l’auditorium du Musée des Beaux Arts, place Stanislas
Esclavage : hier, aujourd’hui et demain ?
Menée par Augustin Senghor, Maire de Gorée (Sénégal), Eloi Cloy, Conservateur adjoint de la Maison des Esclaves à Gorée, et sous réserve, Christiane Taubira.
Eloi Coly livrera sa réflexion sur ces thèmes dans une vidéo.

En illustration
Danse par le Ballet National de Gorée.
Exposition sur l’esclavage et le code noir.

Les 3 et 4 juin 2006, à Nancy, Teranga festival ouvrira ses portes,

Au pôle nautique, boulevard d’Austrasie à Nancy, de 13h00 à 1h00.
Un carnaval des quartiers pour accompagner un large public vers un village éphémère des associations de solidarités locales et internationales de la Région Lorraine.

Une Terre d’accueil pour des concerts de musique du monde et de cultures urbaines, illustration du lien à la culture de chacun,

Sous l’ombre du baobab, des palabres autour du développement durable, du commerce équitable, de la citoyenneté, de la santé dans l’humanitaire, des musiques du monde, et de la liberté de la presse, « soutenues en images documentaires d’un passé alarmant, d’un présent rebondissant, grands et petits réalisateurs aux regards foisonnants d’arguments »

Des ateliers résidences, collaborations des jeunes et des professionnels dans les quartiers, autour de l’écriture et du Hip Hop.

La grande scène
Jalal of The Last Poets (Hip Hop, USA)
Bayal (Reggae, France)
Orlando Poleo (Salsa, Venezuela)
Minino Garay & les Tambours du Sud (Speaking Tango, Argentine)
Carlos Werneck Project + guest Catia Werneck (Nova Brazil, Brésil)
Ulysses Piedra (Musique latine, Pérou)
Alter Natives Kartet featuring DJ Spaig (Hip Hop jazz, France)
A nos morts, par la Compagnie Mémoire Vive / Les Sons d’la Rue (Hip Hop, France)

Autour des palabres
Thierry Boecasse (Conte et musique d’Afrique de l’Ouest)
Pascal Assititie (Danse Awassa traditionnelle, Guyane)
Aissate (musique métissée, acoustique, Mauritanie)
Matcho Winsterstein (Jazz manouche)
Youss and The Wiz (Reggae, Tunisie)
Nissa (Seggae, île Maurice)


Les Palabres

Commerce et tourisme équitable, développement durable ; Commerce équitable véritable perspective alternative ou alibi d’enrichissement ? Comment voyager citoyen ?
Médiateur : Charles Trompette (association Terre Humaine)
Invités : François Petitgand (association Max Havelaar, label de commerce équitable), Thierry Louis (Voyages 4A), Eric Goujot (spécialiste en économie distributive, investi dans la Responsabilité Sociale et Environnementale d’Entreprise (RSE) et l’Investissement Socialement Responsable (ISR))
Spectacle : danse Awassa, Pascale Assititie (danse traditionnelle, Guyane)

Citoyenneté: pour une nation arc-en-ciel
Médiateur : Michel Piotrkowski, président des Gamins de l’ART’RUE
Invités : jeunes, associations, musiciens
Spectacle : Youss and The Wiz (Reggae, Tunisie)


Culture et Immigration : De l’intérêt de la double culture
Médiateur : Association des Travailleurs Maghrébins de France
Invités : jeunes, associations, musiciens
Spectacle : Matcho Winsterstein (Jazz manouche)

Musiques du monde : L’engouement des musiques du monde : volonté de découverte et de partage des richesses culturelles ou nouveau colonialisme musical ?
Invités : Apollinaire Anakesa Kululuka, enseignant à Paris Sorbonne 4, Emmanuel Remy, professeur de musique au collège de Fortschwihr (Haut-Rhin)
Spectacle : Thierry Boecasse (conte et musique de l’Afrique de l’Ouest)

Liberté de la presse : « L’œil de l’exilé »
La Maison des journalistes accueille 15 journalistes, célibataires, pour une durée de six mois maximum, soit 30 personnes par an. Ces femmes et ces hommes, harcelés et menacés dans leur chair, ont été contraints de fuir leur pays. Le départ, souvent, leur sauve la vie, mais les oblige à abandonner une épouse, un mari, des enfants, un statut social et un métier qui leur tenait à cœur. La Maison a déjà accueilli des confrères d’Algérie, Arménie, Bangladesh, Biélorussie, Birmanie, Cameroun, Chine, Congo, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Cuba, Haïti, Pakistan, Tchad, Togo, Tunisie et Yémen.
Médiateurs : Journalistes résidents de la Maison des Journalistes.
Invités :
Spectacle : Nissa (Seggae, Maurice)


Documentaires
Regards des indépendants

La loi de La jungle – chronique d’une zone de non-droit : la Guyane française
(53′, 2003) de Philippe Lafaix, F Productions
En 1992, une ruée vers l’or est déclenchée suite à la découverte d’une grosse quantité du précieux métal. Le film est un témoignage poignant sur la loi de la jungle instaurée par les orpailleurs dans la forêt au détriment des ouvriers esclaves et des Indiens. Il nous montre un environnement éventré par la déforestation, la pollution au mercure et ses conséquences dramatiques sur la santé des populations locales. Des frontières passoires dans une forêt équatoriale incontrôlée. Des brésiliens réduits en esclavage sur des sites d’orpaillage. Une contamination massive de toute la région par le mercure (12 tonnes par an au minimum !) responsable de la tristement célèbre maladie de Minamata qui commence à atteindre des français dont les derniers amérindiens : les Wayanas.

Prix du documentaire – Festival international du film de l’environnement – Paris.
Prix du meilleur film pour les droits de l’homme, CinéEco – Portugal.
« Bien que plusieurs fois primé, le film n’a été retenu par aucune grande chaîne de télévision.(…) une aura de film « interdit » qui draine les spectateurs. « AFP 19/01/04

Les Statues Meurent Aussi
(30′, 1953) d’Alain Resnais, Chris Marker et Ghislain Cloquet, production Tadié Cinéma
Chef d’œuvre du cinéma ethnographique, interdit par la censure de 1953 à 1963, et amputé d’un tiers, ce film dénonce l’impérialisme culturel,à travers l’idée que le système colonial s’autolégitime politiquement en maintenant un point de vue anti-historique sur les traditions et le patrimoine des peuples dont il assure l’administration.
« On nous avait commandé un film sur l’art nègre. Chris Marker et moi sommes partis de cette question : pourquoi l’art nègre se trouve-t-il au Musée de l’Homme, alors que l’art grec ou égyptien est au Louvre ?  » Alain Resnais.

Veni, Vidi, Vici, -sous-réserve-
(52′, 2006) de Cécile Thouvenin production 3V prod et Association Culture Berbère 54
 » Outre leur réussite, Daniel Prévost, Rachid Arhab, Magyd Cherfi, et Yazid Sabeg ont comme point commun leur double appartenance culturelle. Leurs histoires illustrent le difficile parcours d’une intégration réussie. […] « Il y a en chacun de nous un peu de génie africain » disait Jean Amrouche. C’est ce génie que nous souhaiterions mettre en évidence à l’occasion de ces portraits croisés, entre galère et coups d’éclat. […] Quel est le cadre social qui explique la réussite de ces éxilés, quelles sont les étapes d’une construction de vie ailleurs, au-delà des mers, dans une société que l’on souhaiterait multiculturelle mais qui ne l’est pas forcément au départ ? « 

Invitation au voyage, ce film donne la parole à la réussite des immigrés de la double-culture.
It’s not a gun
(67′, 2006) de Pierre-Nicolas Durand et Hélèna Cotinier production IDEO Productions
En présence des réalisateurs, en collaboration avec l’association Bienvenue la Palestine
Ramzi Aburedwan est palestinien. Quatre ans après son arrivée en France, il fonde l’association Al Kamandjati (le violoniste). Son but : créer des écoles de musique pour les enfants de son pays. Depuis 2003, chaque été, Ramzi invite des musiciens de divers horizons dans les territoires palestiniens. Ils sont plus de trente à s’être succédés pour donner des concerts et animer des ateliers pour les plus jeunes. Dès leur arrivée dans les rues de Ramallah en 2003, à l’inauguration de la première école en 2005, ces jeunes musiciens se confrontent à la réalité d’une région complexe. It’s not a gun raconte en musique les péripéties de ces jeunes et interroge leur rapport aux utopies. It’s not a gun explore deux univers différents : celui des musiciens qui découvrent un pays déchiré et celui des enfants qui subissent quotidiennement cette situation. Mais le film ne repose pas uniquement sur cette immersion, il tente de rendre également compte de la portée d’une telle action tout en montrant ses faiblesses. Il ne s’agit pas forcément d’opposer le monde des musiciens à celui des enfants mais de les inscrire l’un par rapport à l’autre.

Regards des jeunes
Avec la Prévention Spécialisée du Conseil Général de Meurthe et Moselle
La mission de la prévention spécialisée consiste à développer des actions pour prévenir les risques de marginalisation des jeunes et des familles. L’expression des jeunes et la possibilité d’accéder à la culture, par quelque entrée que ce soit, représentent l’une des pistes de travail de l’équipe.

La Villette Hors les Murs
(32′, 2005) réalisé par l’association de prévention spécialisée Vivre Dans la Ville
Encadrement éducatif et technique : Youssef Abdaoui, stagiaire 3ème année éducateur spécialisé, Fabrice Salzard, éducateur spécialisé.
Equipe de tournage et de montage : Nora Belguet, Farid Bouzalouf, Anthony Kuntz, Eddy Rafrafi.
Autour de la manifestation Hip Hop « La Villette hors les murs » – Nancy, novembre 2005, les réalisateurs posent un regard d’une part sur le DJing et le Rap, d’autre part sur la danse Hip-Hop. Le film croise plusieurs interviews avec des prestations scéniques. Ainsi il tente de rendre compte de la richesse et de la diversité de cette manifestation tout en alimentant des réflexions et questionnements actuels à propos de ces disciplines. Né de l’envie d’une vingtaine de jeunes de se produire sur scène autour de la musique et de la danse et plus particulièrement du Hip-Hop, ce film est un projet collectif développé à Vandoeuvre, entre des jeunes et des adultes, âgés de 14 à 34 ans, et des éducateurs de la prévention spécialisée. L’association de prévention a proposé au groupe de financer des entrées aux différents spectacles de « La Villette hors les murs » et de partager avec tous ces moments artistiques et culturels. En contrepartie, le groupe s’est engagé pour une partie à réaliser une vidéo et pour l’ensemble de monter un spectacle qui a été présenté au sein de la MJC Etoile à Vandoeuvre. La vidéo a été récemment le point de départ d’un café-débat sur le thème du Hip Hop aujourd’hui autour du grand Nancy et sur Vandoeuvre.

Hip Rock, Quand la campagne rencontre la ville
(30′, 2005) réalisé par la Prévention Spécialisée du Conseil Général de Meurthe et Moselle

Equipe d’encadrement et co-organisateurs du projet
François Xemay, Jérôme Joel, Joel Logeard, Bertrand Baggio, Adrien Husson, Fabien Patrocccino, Christelle Sartran

Encadrement technique et artistique
Zoé Rodman et Gus Westra (montage vidéo), Kamel (chorégraphie, danse), Yvain Von Strebut dit Felix (coordinateur artistique), Jean-Michel Logeard (musicien arrangeur), Jean-Paul Rigot (ingénieur du son)

Les jeunes
Salima, Xemgino, Richard, Medhi, Zenchild, Ali la pointe (chants), Thomas, Michael, Aaron, Abel, Marie, Jacob (instruments), Alexandre, Amina, Samad, Murat, Jonathan, Thomas, Salima (danse), Maël, Axel, Jacob et Hassan (vidéo)

Nancy-Mouthoumet est un échange culturel de jeunes Nancéens et Corbiérois. Après quelques mois de travail à distance et un long voyage à travers la France, les jeunes se retrouvent pour la première fois en avril, dans les Vosges à Senones près de Nancy. Pour créer un CD, une chorégraphie, préparer un concert dans les Hautes Corbières ainsi qu’un DVD. Après trois mois de répétitions séparées, les jeunes se retrouvent en juillet, dans l’Aude, sur le massif de Monthoumet près de Carcassone. Pour faire le concert au Festival d’Albières des Musiques du Monde (FAMM).



Projets d’Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF)

Pacui, Amazonie : Etre paysan sur le fleuve

(19′, 2005) de José Huerta, prod Vagalume, pays Brésil

Témoignage des paysans des îles d’un affluent de l’Amazone, appuyés par le projet Cameta d’Agronomes et Vétérinaires sans frontières.

Notre association en bref

(10′, 2004) INFA Nogent, prod AVSF, pays France

Présentation de l’association de ses missions, témoignages des trois continents d’intervention.

Le café : graine de développement dans les yungas

(32′, 2004) Aden, Alaska/Christophe Picard, prod VSF-CICDA, pays Bolivie

Quel impact du commerce équitable sur les petits producteurs de café dans les yungas de Bolivie ?

Bagé : pour une véritable réforme agraire

(17′, 2005) de José Huerta, prod Vagalume noos, pays Brésil

L’acquisition d’une parcelle de terre n’est que le début du processus de réinstallation des paysans sans terre. Témoignage des Réinstallés de Bagé, dans le Rio Grande do Sul, au Brésil.

Llica, entre quinoa et lamas

(6′, 2005) de Dorian et Robin Felix, indépendants, pays Bolivie

Témoignages des paysans de la zone Intersala sur l’équilibre agriculture-élevage : comment la culture de quinoa et l’élevage de lamas se complètent.
Un Carnaval des Quartiers Organisé en amont du festival dans les quartiers de l’agglomération nancéenne, le carnaval ouvrira les festivités.
Deux jours de festival gratuit Ces deux jours seront rythmés par seize concerts, mêlant artistes de renommée internationale et locale.
Des débats-concerts Autour de thèmes d’actualité, des arbres à palabres accueilleront le public et des intervenants de qualité pour un espace de parole et d’échange.
Un village des solidarités Une soixantaine d’associations de la région Lorraine présenteront leurs actions de solidarités internationales et locales. Un espace de restauration proposera une cuisine aux accents d’ailleurs.
Des documentaires La projection de documentaires permettra de faire découvrir au public le travail réalisé par des indépendants ou par les jeunes dans le cadre du tissu associatif de la région Lorraine.
Des ateliers-résidences Teranga festival #1 sera le fruit des ateliers carnaval, écriture et Hip-Hop réalisés en amont dans les quartiers par les jeunes et coordonnés par des professionnels.


LA SCENE ARTISTIQUE
La grande scène

Jalal of The Last Poets (Hip-Hop, USA)
Orlando Poleo (Salsa, Venezuela)
Minimo Garay (Percussions, Argentine)
Carlos Werneck Project (Brésil)
Bayal (Reggae, France)
Ulysses Piedra (Musique latine, Pérou)
Alter Natives Kartet featuring DJ Spaig (Hip-Hop jazz, France)
Pangée étape 1 (Atelier Résidence, Teranga festival #1)

Autour des palabres
Aissate (Guitare et chant, Mauritanie)
Yous and Wiz (Reggae, Tunisie, guitare, chant)
Macho Winsterstein (Jazz manouche)
Thierry Boecasse (Conte africain)
Awassa (Danse traditionnelle, Guyane)