Événements

Looking for Joséphine
Un spectacle de Jérome Savary

Français

Un producteur de spectacles français erre dans les ruines de la Nouvelle-Orléans, dévastée par le cyclone Katrina. Il cherche une danseuse noire pour incarner Joséphine Baker dans un revival parisien de « La Revue Nègre ». Tel est le point de départ de « A la recherche de Joséphine », le nouveau spectacle musical de Jérôme Savary, présenté à l’Opéra-Comique cet automne, où sera tout à la fois rendu hommage à la grande histoire du jazz et aux victimes de Katrina.

La pièce rappelle le Paris des années 30, capitale encore du deuxième empire colonial. En 1931, une exposition au Jardin des Plantes avait été le cadre d’un « village nègre », où plus de 1.500 figurants africains avaient été enrôlés, mis en cage et présentés au public comme de vulgaire bêtes de foire. Pourtant, la diaspora noire était déjà forte, des Américains notamment, attirés par le libéralisme parisien et l’absence de lois ségrégationnistes. C’est la grande époque de « La Revue Nègre ». « A la recherche de Joséphine ne sera pas la reconstitution du spectacle d’origine, mais une fable sur ce paradoxe », explique Jérôme Savary, le metteur en scène.

Elle revisite également les grandes étapes du jazz, cette musique née à la Nouvelle-Orléans, le fameux Dixieland. Et savez-vous d’où vient ce nom ? Au début du 20ème siècle, la population de la Louisiane était encore majoritairement francophone, aussi les billets de banque affichaient les deux langues. Une face « ten », une face « dix », d’où le Dixieland ! Exportée en Europe grâce aux soldats américains lors de la première Guerre Mondiale, le jazz rencontre vite un succès époustouflant à Paris. « A la recherche de Joséphine » rend ainsi hommage aux grands musiciens qui ont visité la capitale, et à une certaine vision de la musique, à la fois populaire et éclectique.

Jérôme Savary a réussi à réunir sur scène une dizaine de danseurs, ainsi qu’un groupe de musiciens américains émérites. Mais sa meilleure découverte, c’est sa Joséphine : la jeune Nicole Rochelle. Habituée des plateaux de télévision dès son enfance, puis des planches de Broadway, elle fait avec « A la recherche de Joséphine » ses premiers pas en Europe. Elle n’est pourtant pas dépaysée, après avoir étudié en Bourgogne, à Madrid et à Laval. Et c’est d’ailleurs dans un français parfait qu’elle affirme son amour du rôle. « Déjà jeune, je voulais incarner Joséphine Baker ! Alors quand j’ai su qu’un metteur en scène français cherchait une jeune Américaine, je me suis précipité vers le casting ! ». Sur scène, elle incarne une Joséphine admirable.