Événements

Les veillées du ramadan à la Goutte d’or 2006
Ramadan, mois où les veillées réunissent les habitants autour des anciens, mois de la parole échangée, des chants, de la musique et des histoires contées…

Français

Pour célébrer ce mois particulier de l’année la Ville de Paris et la Compagnie Graines de Soleil présentent la première édition des Veillées du Ramadan à la Goutte d’or.
Depuis trois ans, la compagnie Graines de Soleil organise chaque année au Lavoir Moderne Parisien une nuit de Veillée du Ramadan.
Afin d’accompagner l’ouverture du Centre de préfiguration de l’Institut des cultures musulmanes, espace culturel et de formation qui ouvrira ses portes au mois d’octobre dans le quartier de la Goutte d’Or, la ville de Paris soutient la programmation de la première édition des veillées du ramadan, évènement qui se déroule désormais durant une semaine au Lavoir Moderne Parisien.
Nous souhaitons offrir à tous les habitants du 18e arrondissement, et plus largement aux parisiens et franciliens, la possibilité de découvrir, de partager, ou d’approfondir leurs relations avec la diversité des expressions culturelles du monde musulman.
Par une programmation pluridisciplinaire et multiculturelle, nous voulons refléter la diversité des cultures musulmanes, bien trop souvent réduites dans l’imaginaire collectif au monde arabe.
Des soirées thématiques axées sur la découverte des cultures musulmanes du Maghreb, mais également de l’Afrique subsaharienne, de l’Asie et de l’Europe centrale s’articuleront autour de trois axes:
une sélection de « têtes d’affiche » et de jeunes artistes émergents,
Une proposition de plusieurs disciplines, musique, tlectures, danse, cinéma…
Des conférences, lectures et rencontres avec les artistes.
Cette première édition, placée sous le signe de l’ouverture à l’autre, de la découverte, et de la convivialité, offre une programmation riche en surprises. Entre tradition et modernité, les Veillées du Ramadan, événement que nous souhaitons fort et engagé, feront émerger des terrains de rencontre entre les publics et l’art. L’art est un outil vivant, qui participe à former les acteurs de la société, à projeter le citoyen dans la rue, à trouver d’autres chemins de vie. Il contribue à redonner aux populations les pistes de leur épanouissement, à réinventer une manière de vivre ensemble. C’est dans cette démarche que s’inscrit notre festival.
Parce que le monde musulman est bien plus qu’un territoire de religion, il est un lieu de cultures et de mémoire, les veillées du ramadan sont l’occasion de rendre hommage aux hommes et aux femmes issus de ces terres, à ceux et celles qui puisent au plus profond de leur histoire, de leurs us et de leurs coutumes.

Les lieux et tarifs des Veillées du Ramadan
Le Lavoir Moderne Parisien accueillera la majorité des manifestations artistiques, les lectures, débats et rencontres se dérouleront au Centre de préfiguration de l’Institut des Cultures Musulmanes.
L’Olympic Café proposera en parallèle une programmation musicale en lien avec la ligne artistique de l’événement.
Le Lavoir Moderne Parisien, 35,rue Léon – Paris 18e
L’Olympic Café, 20, rue Léon – Paris 18e
Le centre de préfiguration de l’Institut des Cultures Musulmanes, 19/23, rue Léon – Paris 18e
Achat des places : Dans toutes les FNAC, www.fnac.com
A l’entrée des concerts dans la limite des places disponibles

Prix des Places
Plein tarif : 15 €
Tarif Réduit : 10 €
Tarif Adhérents LMP-Olympic : 5 €
Tarif Unique à 5 € pour les soirées du 24 et du 26 octobre.
Entrée libre pour les conférences, rencontres et projections

Programmation

Au Centre de préfiguration de l’Institut des Cultures Musulmanes

Jordi Colomer 7-8 octobre Nuit Blanche

En partenariat avec La Nuit blanche, le plasticien Jordi Colomer présentera Arabian Stars au centre de préfiguration de l’Institut des cultures musulmanes.

Né en 1962 en Espagne, Jordi Colomer vit et travaille à Barcelone.
Avec Arabian Stars, Jordi Colomer met en scène des icônes de la culture occidentale tels que Zinédine Zidane, Picasso, Sherlock Holmes, Batman, personnages de fiction, artistes, stars de show-business, acteurs dont le nom est inscrit sur des cartons peints en langue arabe. Nous ne sommes pas dans une métropole occidentale, là où tous ces mythes ont marqué les esprits. Colomer nous transporte au Yémen, terre musulmane, souvent stigmatisée pour le foyer intégriste qu’elle est censée alimenter.
Colomer nous promène dans les rues bruyantes de Sana’a, Shibam et Aden, ou bien dans le désert aride des provinces plus excentrées, accompagné à chaque fois d’un porteur occasionnel de pancartes. A pied, à l’arrière d’une camionnette, le figurant brandit le nom d’un de ces mythes devant le regard des passants, amusé pour certains, distrait ou ébahi pour d’autres. Colomer filme cette traversée quelque peu grotesque : que viennent faire les Michael Jackson, Pikachu, Astérix, Heidi et Mies Van der Rohe dans un décor qui ne leur appartient pas ? Au milieu de ces noms, d’autres bien plus réels viennent s’y confronter : le chanteur Abo Bakr Saalem, les poètes Al Zubeiri ou Albaradoni, la ministre yéménite des Droits de l’homme Amat al-Alim al-Susua.
Plus que de détournement d’une culture par une autre, Colomer situe son discours sur l’intégration, la digestion au niveau local, d’une culture mondialisée transmise dans un contexte (un décor si l’on devait filer la métaphore de la mise en scène) totalement abrupte dans son étrangeté.
L’étrangeté, c’est aussi l’humour que l’artiste distille à forte dose, dans ces situations décalées, ces caricatures forcées, dans le fait que les figurants enfants et adultes se prennent véritablement au jeu du simulacre.
Cet humour fonctionne comme un antidote à une situation géopolitique critique qui pervertit les rapports entre les hommes et qui impose une lecture unilatérale du monde, martelant les règles d’une culture dominante face à des minorités en quête d’identité.
Le signal visuel venant parasiter les attendus de la représentation urbaine (des rues, des passants, des immeubles, les accords de couleurs et de lignes, les confrontations inévitables dans l’espace, etc.) pour révéler sa charge utopique ou au contraire ses contradictions.

Du 13 octobre au 10 novembre
Exposition « Calligraphie »,
En partenariat avec l’Institut du Monde Arabe

Samedi 14 octobre 19h
« le sens du ramadan dans la vie des musulmans » conférence de Marie-Hélène Bayle, en partenariat avec la Plateforme de Paris pour le dialogue interculturel.

Mardi 17 octobre 19h
« Le monde du rêve en Islam » : conférence de Pierre Lory, Directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études.
Pierre Lory dédicacera son livre Le rêve et ses interprétations en Islam paru en 2003 aux éditions Albin Michel.

Samedi 21 octobre à 19h
Rencontre avec des hommes remarquables – Peter Brook
Adapté de l’ouvrage de G.Gurdjieff, ce film relate la quête d’un homme animé d’une interrogation fondamentale : la recherche du sens de sa vie. Une étonnante synthèse de la connaissance orientale et de la pensée occidentale

Lundi 23 octobre 19 h
Rencontre avec Abd Al Malik autour de son livre « Qu’Allah bénisse la France ! »



Au Lavoir Moderne Parisien

Vendredi 20 octobre 21h
Sapho Ferré Flamenco, Musique

Samedi 21 octobre 21h
Ensemble Badila, Danse et musique

Dimanche 22 octobre 21h
Abd Al Malik, Musique

Mardi 24 octobre 21h
Veillée surprise
Cie Graines de Soleil Lecture Musique Youssef Kassimi Jamal, Claire Zalamansky
Et invités surprises

Mercredi 25 octobre 21h
Cheikh Lounes Kheloui, Musique

Jeudi 26 octobre 19h30
Carte blanche à la Maison d’Europe et d’Orient
Soirée sur les cultures musulmanes orientales

Vendredi 27 octobre 21 h
Moultaqa Salam, Musique

Samedi 28 octobre 21h
Alune, Musique