Événements

Sony Labou Tansi à l’oeuvre
Les universités de Paris 12 et Paris 13 s’associent pour organiser deux journées de réflexion autour de l’œuvre de Sony et son impact sur la création littéraire contemporaine, en Afrique et ailleurs.

Français

Plus de dix ans après la mort de l’écrivain congolais Sony Labou Tansi, aucun colloque ne lui a été consacré en Ile-de-France, alors même que son œuvre fait l’objet d’un intérêt croissant de la part de la critique universitaire, en témoigne le nombre d’articles publiés à son sujet dans des revues s’intéressant à la littérature africaine. Les universités de Paris 12 et Paris 13 s’associent pour organiser deux journées de réflexion autour de l’œuvre de Sony et son impact sur la création littéraire contemporaine, en Afrique et ailleurs.

Sony Labou Tansi est une figure exemplaire d’une vie vouée à la création d’une œuvre qui reste attachée à ce nom. Bien davantage qu’un simple producteur de textes, Sony, par son engagement total dans l’écriture, apparaît comme le créateur d’une œuvre encore largement inédite dont la dynamique propre déroute de nombreux repères de la critique littéraire africaniste. Impliqués dans l’œuvre de Sony il y a à la fois une écriture, une pensée, une vision et un type de rapport au monde. Il existe bien un « effet Sony » attaché à une œuvre dont tous les lecteurs sentent qu’elle est riche de potentialités encore inexploitées.

Par delà le cas particulier de Sony l’ambition de ce colloque est de réfléchir de façon plus large à la notion d’œuvre littéraire, souvent perçue du point de vue de la constitution d’un patrimoine littéraire et qui gagnerait peut-être à être envisagée dans sa dimension événementielle.


Organisation matérielle : Xavier Garnier, Université Paris 13 ; Papa Samba Diop, Université Paris 12
Comité scientifique : Centre d’Etude sur les Nouveaux Espaces Littéraires (CENEL) dirigé par Xavier Garnier, Université Paris 13 et « Les Poétiques modernes comparées » dirigé par Francis Claudon, Université Paris 12.


Programme

JEUDI 15 MARS (sur le campus de Paris 13)

MATINÉE
9h Accueil des participants
9h15 Ouverture du colloque
9h30-12h30 : Quel engagement ?
Président de séance : Xavier Garnier (Université Paris 13)
La question du parallélisme entre l’engagement de Sony Labou Tansi dans son œuvre de création littéraire et dans les affaires de la cité. En inventant la notion de « littérature engageante », Sony renouvelle la problématique de l’engagement littéraire, refusant à la fois l’instrumentalisation de la littérature à des fins militantes et l’idée d’un apolitisme de la littérature.

Phyllis Taoua (University of Arizona, USA) : « Sony Labou Tansi, sa réussite. »
Yves-Abel Feze (Université de Dschang, Cameroun) : « L’écrivain « engageant » et l’homme politique »
Justin Bisanswa (Université Laval à Québec) : « Enonciation du social dans le roman de Sony Labou Tansi »
Josias Semujanga (université de Montréal) : « Les formes transculturelles dans le roman de Sony Labou Tansi »
Marie-Rose Abomo-Maurin (Université Paris 12) : « L’Etat honteux et La Vie et demie : Œuvres polémiques et engagement politique. »
Daniel Delas (Université de Cergy-Pontoise) : « Les flots de la vie contre la digue du texte »

12h30-14h Déjeuner

APRÈS-MIDI
14h-17h : Histoires de corps : l’œuvre théâtrale
Présidente de séance : Sylvie Chalaye (Université de Rennes II)

Le théâtre de Sony Labou Tansi reste le parent pauvre des approches critiques concernant cet auteur qui était aussi metteur en scène. L’œuvre théâtrale, qui est peut-être celle où les dynamiques d’invention sont les plus actives, est un lieu de rencontre privilégié entre les corps et les mots, dualité importante, et souvent remarquée, dans la poétique de Sony.

Martin Mégevand (Université Paris 8) : « Le corps et la pathologie du pouvoir dans le théâtre de Sony »
Michel Bertrand (Université de Provence) : « La parenthèse de sang : chronique historique et tragédie intemporelle »
Edwige Gbouable (Université de Rennes II) : « Sony Labou Tansi, ancêtre des dramaturgies contemporaine de la violence »
Dominique Traoré (Université de Cocody/Abidjan, Côte d’ivoire) : « Poétique du dialogue-communion et dramatisation des dictatures africaines »
Rosella Clavari (Association « Scritti de Africa », Italie) : « De l’efficacité de l’allégorie et du bon usage de l’absurde dans la pièce de Sony Labou Tansi, Antoine m’a vendu mon destin »

17h30
Intervention de Guy Lenoir (metteur en scène) et spectacle (à préciser)

VENDREDI 16 MARS (sur le campus de Paris 12)

MATINÉE
9h30-12H30 : Histoires de mots : de la poésie au roman
Président de séance : Alain Ricard (LLACAN/CNRS)
Cette troisième table ronde sera consacrée aux rapports entre la poésie et le roman chez Sony et examinera le rapport que l’écrivain entretient avec les mots. La poétique propre à Sony Labou Tansi semble reposer sur une tension très particulière entre les mots et le récit qui sera étudiée ici.

Nicolas Matin-Granel, (Université de Cergy-Pontoise) : « Sony Labou Tansi, une poétique de la contagion »
Evelyne Argaud (Université Paris 3) : « Une narration de l’imprévisible »
Anatole Mbanga (Université de Brazzaville, Congo) : « Convergence des genres dans l’écriture de Sony Labou Tansi »
Aleyevi Novivor (University of) : « L’apologie du Verbe comme réponse au désenchantement »
Delphine Chaume (Université Paris 13) : « Les absences et les creux dans l’œuvre romanesque de Sony Labou Tansi »
Dominique Ranaivoson (université de Metz) : « Sony bâtisseur de la Cité du langage »


12h30-14h Déjeuner

APRÈS-MIDI
14h-17h : Par delà le bien et le mal : position éthique de l’oeuvre
Président de séance : Papa Samba Diop (Université Paris 12)
La dernière table ronde posera le problème de la polarisation éthique de l’œuvre de Sony dont l’écriture apparemment chaotique peut être appréhendée comme l’effet d’un positionnement moral.

Eugène Nshimiyimana (Queen’s University, Canada) : « Vers une éthique du récit : le narrateur sonyen »
Roxana Bauduin (Université Paris 3) : « Visages du mal africain dans l’œuvre romanesque de Sony Labou Tansi »
Jean-Pierre Fewou Ngouloure (Université Toulouse le Mirail) : « Sony Labou Tansi et l’alibi du corps »
Bi Kacou Diandue (Université de Cocody/Abidjan, Côte d’ivoire) : « Esthétique du chaos et prémonition romanesque : pour une prophétie de la tragédie congolaise dans l’écriture sonienne »
Sim Kilosho kabale (Kenyatta University, Kenya) : « Le bon Dieu et le diable dans l’œuvre de Sony Labou Tansi »
Romuald Fonkoua (Université Marc Bloch, Strasbourg) : « Des mots du mal au mal des mots : Sony Labou Tansi, écrivain de la maladie »

20h Repas de clôture
Responsable : Xavier Garnier (Paris 13, CENEL)