Evénements récurrents

Récréâtrales (Les)

Français

Depuis 2002, le projet Récréâtrales a été initié à Ouagadougou (Burkina Faso) dans le but d’offrir aux créateurs et artistes africains de théâtre un espace de travail, de formation et de réflexion.

Ces Résidences d’écriture, de création et de formation théâtrales panafricaines ont, au cours de 5 éditions successives, invité des artistes (dramaturges, metteurs en scène et comédiens techniciens …), venus de différents pays africains et parfois d’Europe, à mener une démarche qui associe la formation et la création collective, dans un échange permanent entre le texte, la scène et les regards croisés du metteur en scène, de l’auteur, des comédiens et des techniciens.

Fonctionnant sur le principe d’une alternance entre les moments de création, de formation, de réflexion et de diffusion (ou de partage avec les autres), la mise en œuvre du concept « Récréâtrales » a, en quelques années, atteint des résultats impressionnants :

– 14 mois de travail intensif,
– 32 textes produits par 26 auteurs,
– 28 créations finalisées par 21 metteurs en scène,
– 250 comédiens formés et impliqués dans les créations,
– 70 techniciens,
– 30 formateurs.

Soit près de 450 artistes au total ont pu participer aux 5 premières éditions de ce projet.

Cette manifestation profondément originale, soutenue par des partenaires financiers enthousiastes et fidèles, suscite un intérêt croissant de la part des artistes dont les projets candidats aux Résidences se multiplient… D’autant que les créations issues de ce processus connaissent, pour certaines d’entre elles, une véritable consécration publique : 20 pièces originales ont été jouées depuis lors dans d’autres pays et d’autres lieux.

En 2006, l’édition des Récréâtrales s’est fondée sur une distinction nouvelle voulue par les organisateurs : la dissociation entre des éditions « laboratoire » et des éditions « production » des Récréâtrales, ce qui reflète mieux la double nature du projet :
-tantôt lieu d’expérimentation pour des projets naissants ;
-tantôt lieu de finalisation d’où doit sortir un produit fini.

Les prestations de formation et d’accompagnement proposées aux équipes tout au long du processus diffèrent forcément selon que ce dernier est vu comme un « laboratoire de création », donc une étape de travail, ou comme un « atelier de production », donc l’étape ultime de finalisation d’un projet à soumettre au grand public.

L’édition 2008 est allé plus loin, en proposant un projet en trois étapes : Cent jours pour un théâtre qui interroge :

– La Quarantaine (40 jours), étape « laboratoire », a été un réel lieu d’expérimentation et de construction d’une connivence créatrice entre 8 auteurs et 8 metteurs en scène, ainsi qu’un lieu de perfectionnement et de renforcement pour 40 jeunes artistes burkinabè ;

– Les Résidences de création (52 jours), quelques mois plus tard, ont constitué une étape « production » qui a permis aux 5 projets les plus aboutis de se concrétiser, avec l’adjonction au tandem auteur-metteur en scène des comédiens, d’un scénographe, de capacités techniques (lumières, sons, costumes…) ;
-La Plate-forme festival (8 jours), à la fin des Résidences, a permis la rencontre entre les créations et le public, ainsi qu’un certain nombre de programmateurs de spectacles susceptibles d’assurer une vie ultérieure à ces spectacles. Dans cette plate-forme, les créations issues du processus des Récréâtrales ont côtoyé cinq créations invitées, offrant ainsi aux programmateurs un panorama dynamique des créations théâtrales originales du moment. Des rencontres professionnelles, espaces de débats sur les spectacles et sur les questions importantes de la création dramatique en Afrique, ont été proposés.