Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 2012
Maudit soit le Phosphate – يلعن بو الفسفاط
Sami Tlili
Titre anglais : Cursed Be the Phosphate
Pays concerné : Tunisie
Réalisateur(s) : Sami Tlili
Avec : Dora Bouchoucha, Habib Attia
Durée : 82
Genre : politique
Type : documentaire

Français

Le 5 janvier 2008, un sit-in organisé par des chômeurs devant le siège de la commune de Redeyef dans le Sud-Ouest de la Tunisie marqua le début d’un mouvement de désobéissance civile qui dura 6 mois. 21 ans après « le coup d’état médical » qui le mit au pouvoir, le général Ben Ali assista à son premier soulèvement populaire.
Ils s’appelaient Moudhaffer, Bechir, Adnène, Leila ou encore Adel et Haroun. ils étaient instituteurs, chômeurs, jeunes désespérés. Pour les uns ils sont descendus dans les rues crier leurs colères contre une citoyenneté en carton, pour les autres ils y étaient pour encadrer ces jeunes dont ils jugeaient les revendications légitimes.
Tout ce beau monde s’est retrouvé dans la tourmente d’un mouvement populaire sans précèdent dans l’histoire contemporaine de la Tunisie qu’on a surnommé à l’époque la « révolte de la dignité ».
Ça s’est passé dans le bassin minier, le fief du phosphate où l’équation est aussi simple qu’absurde : le phosphate est produit par la région qui en subit les conséquences (écologiques et autres) sans en profiter.
4 ans après, qu’est-il est resté de cette épopée humaine ? Des âmes blessées, des âmes cassées, des destins brisés, des blessures toujours ouvertes, et une fierté et une dignité.

TITRE ORIGINAL : YALAAN BU EL FOSFATE
TITRE EN ANGLAIS : Cursed Be the Phosphate
TITRE EN FRANÇAIS : Maudit Soit le Phosphate
TYPE : documentaire
GENRE: DRAMA, documentaire créatif

AUTEUR/ REALISATEUR: SAMI TLILI

PRODUCTEURS :
HABIB ATTIA (CINETELEFILMS, TUNISIE) & DORA BOUCHOUCHA (NOMADIS IMAGES, TUNISIE)


DURÉE : 82 minutes
Version Originale: Arabic – dialecte tunisien
Sous-titres : anglais & français
Image: Hatem Nechi, Hazem Berrabah,Adonis Nadhem Romdhane
Son : Houssem Ksouri, Samed Hajji
Montage: Anis Hammami, Achraf Amri
Musique: Badiaa Bouhrizi, Myriam Laabidi
Affiche : Nidhla Chamekh

English

January 5, 2008, a sit-in organized by young unemployed in the city of Redeyef in the southwest of Tunisia, marked the beginning of a civil disobedience movement, which lasted six months.
Their names are: Adnène, Bechir, Leila, Jemaa, Haroun, Moudhafer, Adel, they were teachers, unemployed or desperate young people.
They claimed their rights to wealth, dignity and justice.
It happened in the mining area, the stronghold of phosphate ore where the equation is simple and absurd: the phosphate is produced by the region that suffers the consequences (environmental and other) without benefit.
4 years later, what has remained of this human epic?
Wounded souls, broken destinies, open wounds but also pride and dignity.

Documentary Film

Written and directed by Sami Tlili

Production: Nomadis Images and Cinetelefims




2012 | Abu Dhabi Film Festival 2012
* Best Film from the Arab World

_______________

AR

يوم 5 جانفي 2008 ،نظم مجموعة من المعطلين عن العمل اعتصاما أمام معتمدية الرديف بالجنوب الغربي لتونس احتجاجا على التلاعب بنتائج مناظرة الانتداب بشركة الفسفاط, لم يكن احد يتصور حينها أن هذا الاعتصام سيتحول إلى اكبر حركة عصيان مدني شهدتها تونس منذ الاستقلال.
نقابيون و شباب و معطلّون عن العمل، خرجوا يطالبون بالحرية و الكرامة و العدالة الاجتماعية و الحق في التنمية و التشغيل و جدوا انفسم في خضم حركة احتجاج شعبي لم يكن لها مثيل.
حدث هذا في منطقة الحوض المنجمي، المنطقة التي تساهم بـ 25 % من ميزانية الدولة ولا تجني سوى
? الأمراض والفقر والتهميش. بعد مضي 4 سنوات، ماذابقي من هذه الملحمة

وثائقي