Fiche Film
Cinéma/TV Histoire/société
LONG Métrage | 2005
Paris, la métisse
Newton Aduaka, Nadia El Fani, Hubert Koundé, Léandre-Alain Baker, Mariette Monpierre, Benny Malapa, Juliano Ribeiro Salgado, Neary Hay, Kevin Pareemanen, Virak Thun, Owell Brown, Stéfan Sao Nélet, Abnousse Shalmani, Karim Bensalah, Dyana Gaye
Titre anglais : Paris, la métisse
Date de sortie en France : 19/09/2006
Pays concerné : France
Réalisateur(s) : Newton Aduaka, Nadia El Fani, Hubert Koundé, Léandre-Alain Baker, Mariette Monpierre, Benny Malapa, Juliano Ribeiro Salgado, Neary Hay, Kevin Pareemanen, Virak Thun, Owell Brown, Stéfan Sao Nélet, Abnousse Shalmani, Karim Bensalah, Dyana Gaye
Avec : Baptiste Bouquin, Rémi Mazet, Régis Ayache, Diouc Koma, François Guillaume, François Kuhnel, Sofian El Fani
Durée : 86
Genre : drame
Type : fiction

Français

Il est proposé à quinze réalisateurs originaires de l’Afrique Noire, de l’Afrique du Nord, des Caraïbes, de l’Asie et d’Amérique latine de réaliser chacun un plan-séquence de 5 minutes sur le thème : Paris, la Métisse. L’ensemble de ces films constitue un long métrage.

Paris, la métisse – Réalisation collective – Long métrage – Fiction – Comédie dramatique

Année de production : 2005
Format : super 16
Durée : 90′
Diffusion France ô

Paris la métisse from EKLA Production on Vimeo.



Tags
Paris – Diversité – Cultures – Métissage

Le projet de Paris, la métisse était de filmer la vie dans la ville d’aujourd’hui et la ville dans la vie d’aujourd’hui à travers de courtes histoires, toutes tournées en un seul plan séquence; autrement dit, sans montage. Une contrainte presque oulipienne (ou oucinienne) qui apporte un élément de cohérence entre tous les films. Ils font tous 5 minutes.

Avec un métrage de pellicule volontairement restreint – fournis gracieusement par Kodak, partenaire du film-, une débauche d’effets visuels n’était pas possible. Paris, la métisse est donc un film intimiste, un film proche des gens…et ce n’est pas plus mal : le métissage est toujours une chose intime pour celui qui le vit car il n’est jamais facile de combiner deux cultures en soi : essayez donc de manger un steak frites en ayant le devoir familial de ne pas manger de bœuf ! Alors, Paris, la métisse, avec sa caméra portée presque au bout du doigt, filme, pour la plupart, des gens en équilibre, des gens en hésitation, qui se rattrapent à grand coup de bras pour ne pas tomber du fil, ou des gens en pleine grâce, qui joue avec le métissage comme une jeune trapéziste d’une barre russe.

Evidemment, nous sommes loin ici des clichés parisiens. Rares sont les belles images de la ville, personne ne descend les Champs Elysées et il n’y a aucune vue d’avion ! On voit quand même la tour Eiffel : rassurez-vous! Nous ne sommes pas, ici, dans le temps de la ville géographique, presque immuable, dirait Braudel, mais dans le temps plus rapide des érosions et des mutations sociales. Alors, Paris, la métisse se réfugie dans des lieux simples de la vie quotidienne: les fins fond du forum des Halles, les dessous des lignes aériennes du métro, la rue des péripatéticiennes, le treizième en construction, un jardin public, une place, un comptoir, beaucoup d’appartements. Des petits lieux pour de petits instants de vie qui, mis bout à bout, forgent le caractère d’une ville. Paris, la métisse dessine le Paris d’aujourd’hui et celui de demain, un Paris qui ressemble beaucoup à celui d’hier si l’on se penche un peu son passé. Depuis toujours, le creuset parisien ne fond pas du métal pur. Il brûle ensemble des métaux divers, des scories de cultures qui lui viennent des quatre vents et des mille temps du monde. De plus en plus loin. Elles se transforment dans sa chaleur. Les Parisiens naissent ainsi, dans le petit feu crépitant d’une ville à l’alchimie lente et tranquille. Bref, Paris, la métisse, c’est peut-être bien Paris tout court !


Films et réalisateurs :
Infini, de Stéfan Sao Nélet
Les Oranges de Belleville, de Léandre-Alain Baker
Chez moi, de Mariette Monpierre
Tuer le Passé, de Hubert Koundé
Il était une fois, notre enfance, de Neary Hay
Tradition, de Kevin Pareemanen
Une Nuit, de Juliano Ribeiro Salgado
La Solution, de Benny Malapa
Sale Nègre, de Newton I. Aduaka
J’ai deux amours, de Dyana Gaye
L’affront, de Virak Thun
L’anniversaire, d’Owell A. Brown
Unissez vous, Il n’est jamais trop tard !, de Nadia El Fani
La Dictionnaire, d’Abnousse Shalmani
Racine(s), de Karim Bensalah

Production exécutive :
Ekla Production

Directeurs de la photo :
– Pascal Lagriffoul
– Nathaniel Aron
– Georges Diane
– Guillaume Le Grontec
– Thomas Faverjon
– Olivier Dessalles
– Rémi Mazet
– François Kuhnel
– Hadrien Ricol
– Joachim Villain
– Julien Bossé
– Sofian El Fani

Ingénieurs du son :
– François Guillaume
– Arnaud Julien
– Emmanuelle Villard
– Camille Limousin
– Laurent Benaïm
– Guillaume Valeix
– Mathieu Leroy

Monteur :
– Virginie Lefebvre

Monteur son :
– Violeta Fernandez
– Mathieu Leroy
– Jean-Baptiste Aubonnet

Compositing :
– Pascal Bricard

Arrangeur
– Thomas Chatel

Langues de tournage : Français, Créole, Mauricien, Persan
Nationalité : 100% français (FRANCE)
Année de production : 2005
Durée : 86 mn
Numéro visa : 114.499, délivré le 16/06/2006
Type de couleur : Couleur
Format de production : Super 16
Format de projection : Béta numérique
Cadre : 1,66

Palmarès
Prix de la fiction au Festival du Film d’Afrique et des Îles (FIFAI)

Festivals
14ème Quinzaine du cinéma francophone – Centre Wallonie Bruxelles 2006
Festival International du film d’Amiens 2006 (hors compétition)
Festival international de Clermont-Ferrand 2006 (hors compétition)
Festival international « Vues d’Afrique » de Montréal 2006
Festival international « Les nomades du court métrage » de Toronto 2006
RealWorld Film Festival – Toronto 2006
Festival sur les droits de la personne – Montréal 2006
African Diaspora film Festival – Toronto 2006
Songe d’une nuit DV -Paris 2006
Festival international « Regards sur le cinéma du sud » – Rouen 2006
Rencontre cinéma – Martinique 2006
La nuit Blanche « mairie de Paris » – 2006
Festival Court devant – Paris 2006
Festival du film court – Brest 2006
Festival International du film de Quartier – Dakar
Festival des femmes de Guadeloupe 2007
La Guilde des réalisateurs producteurs Fespaco 2007
Best of Short Film Festival de La Ciotat 2007
Festival « Cinamazonia » 2007 Guyane (Chez Moi de Mariette Monpierre)
Festival « Influences Caraïbes » 2007 (Chez Moi de Mariette Monpierre)
Festival « Regards sur le cinéma du Sud » 2008 (Chez Moi de Mariette Monpierre et Racine(s) de Karim Bensalah)
Festival International du film de Ouidah « Quintessence » 2008 (hors compétition)