Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 1996
Po Di Sangui
Flora Gomes
Titre anglais : Tree of Blood
Date de sortie en France : 13/11/1996
Pays concerné : Guinée-Bissau
Réalisateur(s) : Flora Gomes
Avec : Oumou Sy, Oumou Sy, Adama Kouyaté, Joseph Kpobly, Moez Kamoun, Ramiro Naka, Pierre Donnadieu, Bia Gomes, Jean-Pierre Gallèpe
Durée : 90
Genre : drame
Type : fiction

Français

Dans le village d’Amanha Lundju, à chaque naissance, on plante un arbre. Ces arbres grandissent avec les enfants, les dépassent et, en leur survivant, deviennent l’âme des villageois.…

Mais dans ce village, jour après jour, on coupe les arbres pour exploiter le bois, pour survivre. Et le bois se fait rare. Un jour viendront la sécheresse et la mort. Colacalado, le vieux sorcier, et Hami, le visionnaire, confrontés à cette menace, cherchent la voie. Quand Dou le nomade revient de la savane, son frère jumeau Hami vient de mourir. De quoi est mort Hami ? Quel mal ronge Amanda Lundju ?

Pour la communauté, Dou doit reprendre la place de son double auprès de sa femme et de sa fille. Saly, sa promise en devient folle à s’éprendre du soleil. Quand les forestiers de la grande ville arrivent au village pour convoiter la forêt, tout bascule. Calacalado, le vieux sorcier, confronté à la menace cherche une voie. Il ordonne l’exode, confie la mission à Dou et demande à Saly de guider le village avec le soleil.



Un film de Flora Gomes

Guinée-Bissau/France/Portugal/Tunisie, 1996, Fiction, 1h30

avec Ramiro Naka, Bia Gomes, Edna Evora, Adama Kouyaté



Littéralement, Po di sangui signifie le « bois de sang »: le film montre la tragédie de toute une communauté expulsée de sa forêt et jetée sur les routes de l’exil. Il apporte pourtant un message d’espoir, celui de la renaissance d’une société de ses cendres. Possible, et fabuleuse fable écologique pour l’Occident, le film est défini par son réalisateur comme « une parabole sur l’avenir d’une société du tiers-monde et une réflexion sur le rôle des Africains dans le monde ».





Durée : 90 mn

35 mm couleur

Pays : Guinée-Bissau/France/Portugal/Tunisie



Producteur délégué : Jean Pierre Gallèpe



Réalisateur : Flora Gomes

Scénario : Flora Gomes, Anita Fernandez

Image : Vincenzo Marano

Son : Pierre Donnadieu

Musique : Pablo Cueco

Montage : Christine Lack

Décors : Joseph Kpobly, Etienne Mery



Interprètes :

Ramiro Naka (Dou),

Bia Gomes (Antonia),

Edna Evora (Sally),

Adama Kouyaté (Calacalado),

Dadu Cissé (Puntcha),

Djuco Bodjan (N’Tem),

Dulcenia Bidjanque (Luana),

Oumou Sy



Production : Les Matins Films (Jean-Pierre Gallèpe)

Co-production : : Arco Iris (Guinée Bissau) – MK2 Productions (France) – Cinetelefilms (Tunisie) – SP Filmes (Portugal) – Lucie Films

Avec la participation de FONDS SUD CINEMA (ministère des Affaires étrangères et Centre National de la Cinématographie-France), Aide directe du ministère de la Coopération (France)



Distribution : : Films sans frontières (Galeshka Moravioff)
Site internet : www.films-sans-frontieres.fr



Droits non commerciaux : Ministère des Affaires étrangères pour les pays suivants : Afrique francophone, lusophone et caraïbes.





FESTIVALS / AWARDS / SCREENINGS



2002 | 12è Black Movie – Festival de films des autres mondes | GENÈVE, Suisse | 15 >24 mars 02 | www.blackmovie.ch

* Sélection [L’Afrique et ses religions, regards de cinéastes]



1996 | Festival de Cannes | CANNES, France |

* Compétition officielle

English

In the village of Amanha Lundju, a new tree is planted for every new birth-and the lives of human and tree are believed to be inextricable. But wood has become scarce, and trees are falling left and right. New economics are destroying the spiritual and physical balance of nature. Old witchdoctor Calacalado must lead his people into the desert on a quest to find new seed-and restore that balance.
Director Gomes closes in on the expressive faces and eyes of his cast, and utilizes a fluid camera to move this almost biblical parable about the collision of ancient with modern realities.

A film by Flora Gomes

Guinea Bissau, 1996; feature dama, 90 minutes