Fiche Film
Cinéma/TV
MOYEN Métrage | 1985
Fièvre jaune taximan
Jean-Marie Teno
Titre anglais : Yellow Fever Taximan
Pays concerné : France
Réalisateur(s) : Jean-Marie Teno
Avec : Félicité Wouassi, Berthe Mbia, Jean Minguelé, Billy Komg Lobo, Serange Mebina, Sidonie Lebouca, Essindi Mindja, Bonaventure Takoukam, Honoré Noumabeu
Durée : 30
Genre : comédie
Type : fiction

Français

Le film décrit la journée d’un chauffeur de taxi dans les rues de Yaoundé au Cameroun. A travers les clients que Sam promène dans sa voiture, Fièvre jaune taximan fait une esquisse de la vie mouvementée dans cette métropole d’Afrique Centrale.
Ils sont jaunes les taxis au Cameroun. C’est le moyen de transport populaire par excellence.
Sam est taximan (chauffeur de taxi). Il est jeune, dynamique et bien qu’il aime la ballade, être assis 10 à 12 heures par jour le fatigue et surtout l’ennuie. Sam joint l’utile à l’agréable : il drague.
Dans un pays où  » l’habit fait le moine « , Sam joue à paraître et passe son temps à se foutre de la gueule du monde. Mais Sam aussi n’est pas clair, pour preuve : cette frénésie qu’il met à faire de nouvelles conquêtes amoureuses sans lendemain. Un moyen commode et efficace pour ne pas regarder la réalité en face, afin de ne pas prendre ses responsabilités face à cette jeune fille mère dont il semble encore amoureux.

Fièvre jaune taximan, Jean-Marie TENO, Cameroun / France, 30 min, 1985, Fiction, 16 mm.

Réalisation/Scénario : Jean Marie Teno
Images : Bonaventure Takoukam
Son : Edimo Dikobo
Montage : Marie Bellanger
Musique : Billy Komg Lobo
Caméra et éclairage : Honoré Noumabeu
Production : Jean Marie Teno

Interprétation :
Essindi Mindja, Félicité Wouassi, Berthe Mbia, Jean Minguelé, Billy komg lobo, Serange Mebina, Sidonie Lebouca,…

Les Festivals :

Mention spéciale au Festival de Clermont Ferrand en février 1986

Diffusé sur Canal Plus en 1986.

English

A delightfully comic film that chronicles the misadventures of Sam, a swaggering cab driver in the Cameroonian capital who imagines himself to be quite the ladies’ man;

Jean-Marie Teno, 1985; 30 minutes: