Fiche Film
Cinéma/TV Histoire/société
MOYEN Métrage | 1997
Ciné colonial (Le)
Moktar Ladjimi
Titre anglais : Colonial Cinema (The)
Pays concerné : France
Réalisateur(s) : Moktar Ladjimi
Avec : Youssef El Ftouh, Moktar Ladjimi, Joséphine Baker
Durée : 52
Genre : historique
Type : documentaire

Français

Le « ciné » colonial : cinéma de propagande ou équivalent français du western ? Dès 1895, l’Algérie et la Tunisie découvrent le cinéma en même temps que la France. Très vite, des Européens y tournent des films qui reproduisent les rapports de pouvoir entre la métropole et les colonies. Paradoxalement, ces images de propagande constituent pour ces pays la seule trace visuelle du passé. La France y est toujours présentée comme une mère protectrice et le légionnaire comme le mâle dominateur qui donne sa vie pour « pacifier » une terre et venir en aide aux populations. La femme arabe, lascive, n’existe que comme source de plaisir sexuel, même si elle fait le lien entre les deux cultures. L’homme y est représenté comme un fourbe dont on doit se méfier. La décolonisation approchant, la propagande s’intensifie…

Par ailleurs, émerge un courant contestataire dont René Vautier est l’un des représentants. L’image négative des Maghrébins véhiculée par ce cinéma leur a longtemps collé à la peau. Aujourd’hui, les Occidentaux, et en particulier les Américains, ont remplacé cette image par un nouveau cliché, celui du terroriste intégriste. À y regarder de plus près, celui-ci n’est pas si éloigné de celui du chef sauvage des premiers muets…



Un film de Moktar LADJIMI



France, 1997, Documentaire, 52′



écrit par Youssef El Ftouh et Moktar Ladjimi



NOTE DU PROGRAMMATEUR


Dès que les films Lumière ou Méliès ont révélé les possibilités du cinéma, la France n’a cessé de nourrir sa politique coloniale dans le Maghreb d’une imagerie de propagande, où le manichéisme le disputait aux grandes envolées civilisatrices. A l’appui de cette théorie, Youssef El Ftouh et Moktar Ladjimi convoquent témoins et extraits de films pour retracer une histoire du cinéma colonial français.

Pour l’historien, ce « genre » cinématographique est profondément paradoxal : si, dès les premiers muezzins filmés par les opérateurs Lumière, la réalité est travestie au bénéfice d’un exotisme fantasmatique, on y trouve néanmoins la seule mémoire visuelle du Maghreb. Les autorités ont en effet planifié avec soin l’absence de cinéastes maghrébins, pour mieux éviter les paroles dissidentes. Immensité du désert, fourberie des « indigènes », femmes sauvages et capiteuses ou légionnaires nostalgiques sont la base de films tels que « L’Atlantide » de Jacques Feyder (1921) ou « Pépé le Moko » de Julien Duvivier (1937). On se souvient aussi de Léonce Perret, Edmond Gréville, Camille de Morlhon, Albert Samama Chikly, premier cinéaste tunisien, qui ont eu leur part dans le développement de cette imagerie de propagande. De nombreux intervenants, universitaires et cinéastes, aident également à comprendre les relations actuelles entre des populations qui n’ont toujours pas soldé le compte colonial.

Mathieu Capel (CNC – Images de la culture)


Durée : 52′

Genre : Documentaire

Thèmes : Cinéma, histoire, colonialisme, Maghreb, Histoire de l’Art, Politique, Représentations

Année : 1997

Pays : France

Réalisateur : Moktar LADJIMI

Production : Gaumont télévision (GETEVE), La Sept Arte.

Avec la participation de : CNC, Agence de la francophonie.

Distribution : Gaumont télévision (GETEVE)

Lieux de consultation de ce film : Bibliothèque Nationale de France (BNF) et Musée de l’histoire de l’immigration (Médiathèque Abdelmalek Sayad)



Diffusion : sur ARTE : 02 août 2000. Rediffusion : jeudi 15 novembre 2001.


English

Moktar Ladjimi, gebürtiger Tunesier und erfahrener Dokumentarfilmer, versucht die Entwicklungslinien des kolonialen Kinos aufzuzeigen. Er analysiert zentrale Bildelemente und Darstellungsmechanismen, die von Anfang an sehr eindimensional waren und eine ganz bestimmte Sichtweise über die Nordafrikaner geprägt haben.

Dokumentation von Moktar Ladjimi
(Frankreich, 1997-52 Min.)

Drehbuch : Youssef Ftouh und Moktar Ladjimi
Koproduktion: Gaumont Télévision, ARTE France
(Wiederholung vom 2. August 2000)