Fiche Film
Cinéma/TV
MOYEN Métrage | 2006
ANSS une lutte ordinaire / An extraordinary Struggle
Samuel Tilman
Titre anglais : ANSS une lutte ordinaire / An extraordinary Struggle
Pays concerné : Burundi
Réalisateur(s) : Samuel Tilman
Avec : Samuel Tilman, Nicolas De Borman
Durée : 52
Genre : société
Type : documentaire

Français

L’ANSS (Association Nationale des séropositifs et Sidéens du Burundi) est une association de terrain pionnière dans le domaine de la lutte contre le sida. Composée entièrement de Burundais et majoritairement de femmes, elle compte 3.000 membres et soigne plus d’un quart des personnes sous trithérapie dans le pays. « Une Lutte Ordinaire » part à la rencontre de femmes et d’adolescents actifs dans l’association.

Dans un pays rongé par une guerre intestine, la maladie n’est qu’une ramification d’un désarroi social omniprésent : familles désolidarisées, pauvreté structurelle, elle manque de confiance dans l’avenir. Plongé dans ce contexte peu réjouissant, le film jette pourtant un regard optimiste sur une association qui a le mérite d’offrir des solutions adaptées et locales à l’isolement des malades.

L’image devient alors un vecteur pour transmettre l’énergie extraordinaire déployée par les membres de cette association qui semblent gagner leur combat contre la maladie, tant sur le plan individuel que sur le plan collectif.


Film commandité par la fondation AEDES.

Documentaire disponible en version anglaise.


2008 | 8° Edition du Festival ImagéSanté | LIEGE, Belgique | 10>15 mars 2008 |www.imagesante.be |
> Sélection

English

The ANSS, (National Association of AIDS and HIV sufferers in Burundi) is a first-of-its-kind association, working on the field to fight AIDS. Made up exclusively of natives of Burundi and primarily women, it tallies three thousand members and treats over one quarter of all triple therapy patients in the country. »On ordinary Struggle » introduces us to some of these women and teenagers who are actively involved in the association.

In a country torn to pieces by civil strife, this illness is just another ramification of the wider and ubiquitous problem of social disarray: families which have lost solidarity, inescapable poverty, lack of faith in the future. In this gloomy context, the film manages to throw a glimmer of hope on this association which has the merit of proposing local and appropriate solutions to the suffers’ isolation.

Trough these images, we can witness the extraordinary energy expended by the members of this association, who seem to be winning the fight against the illness both on the individual and collective levels.