Fiche Groupe
Musique
Archimusic
Membres(s) : François Essindi, Nicolas Genest
Téléphone(s) : 06 32 92 05 99

Français

Portes Paroles: André Zé Djam et François Essindi
Percussions: Guy Nwogang et Emmanuel Noubomo
Musiques : Jean Rémy Guédon et Nicolas Genest
Saxophone et direction : Jean Rémy Guédon
Trompette, bugle : Nicolas Genest
Contrebasse : Yves Rousseau
Batterie : David Pouradier Duteil
Hautbois, cor anglais, cornemuse : Jean-Pierre Arnaud
Clarinette : Nicolas Fargeix
Clarinette basse : Emmanuelle Brunat
Basson : Valérie Grannier

Régisseur général : Marc Sévenier
Ingénieur du son: Etienne Bultinger
Réalisateur : Stéphane Rodier

Avec le soutien de Drillscan, la Drac Ile de France, le Fcm, la spedidam et la Sacem


La musique, les mots et les mouvements

L’idée de « Terres Arc-en-Ciel » est de s’inspirer librement des rites et symboles reliés aux pratiques surnaturelles pour offrir une création contemporaine où la musique et les mots dialoguent de concert.
Nicolas Genest et Jean-Rémy Guédon, trompettiste et saxophoniste de l’ensemble, ont composé une suite de six mouvements, chacun symbolisant un « esprit ».
Un canevas inspiré des correspondances respectives des esprits : couleurs, jours de la semaine, symboles, attributions, caractère… sert de règle du jeux et de stimuli poétique Les invités s’en emparent pour échanger avec l’ensemble en improvisant sur les symboles respectifs de chaque mouvement.
Chaque partie de la suite a son rythme propre inspiré des jeux de percussions collectés au Afrique et en Caraïbe. Le batteur, le contrebassiste et les percussionnistes jouent ces ensembles rythmiques, bases sur lesquelles des couleurs harmoniques sont peintes pour les six instrumentistes à vents. Ceux-ci sont tour à tour solistes : cette mise en avant est le théâtre de duos et trios en avant-scène avec les artistes du pays dont l’improvisation est la clé de voûte.
Le rythme est la terre, la parole le ciel… Ce sont les points de rencontres artistiques majeurs de cette création. Ils garantissent une harmonie plutôt qu’une juxtaposition de circonstance. Entre les deux, l’ensemble donne à entendre des éléments issus des magnifiques fruits de notre sale histoire commune : des résonances de salsa, de jazz, de musiques européennes, de blues, de folklore breton, de calypso … Un lointain cousin si proche Le 12 février 2006 disparaissait Henri Guédon, grand guetteur martiniquais du vingtième siècle, peintre, musicien et père de l’expression « zouk ». Il était venu me voir jouer dans un club.
À la pose, il m’aborde et me dit : c’est toi l’ autre Guédon de la Sacem ! On se regarde, même visage rond, même calvitie, tous les deux musiciens, le jazz en toile de fond… En causant, il m’apprend que son grand-père était un général français venu d’un bourg de Mayenne… Bingo ! Le berceau de ma famille est du même village… et lui est noir, moi blanc… Je l’ai serré dans mes bras en rigolant : Nous sommes cousins ! On s’était promis de faire un concert intitulé : Les cousins Guédon. Cela n’a pu se faire… Je lui dédie « Terres Arc-en-Ciel ».
Depuis sa disparition, je médite sur ce « sale » triangle de la « colorisation » : Afrique, Amériques, Europe : L’esclavage, notre histoire commune. Aujourd’hui, celle-ci n’est toujours pas dite, ou si peu, notamment dans les pays post-esclavagistes, elle est comme un abcès dans nos sociétés où pèse un non-dit qui empoisonne le corps social métissé. Sans doute n’est-elle pas formulable car encore trop douloureuse : L’esclavage c’est le déni d’existence en tant qu’être humain, c’est une des pire souffrance imaginable.
Alors, puisqu’on ne peut pas le dire, le hurler, on le joue : on fait exploser cet abcès par la musique, l’inspiration spirituelle, les corps, l’amour, les mots, la danse et la sueur.
« Terres Arc-en-Ciel », c’est notre réponse pour crever l’abcès : Ce projet existe grâce au festival Cotonou/Paris que nous avons réalisé l’été 2007 au Bénin. Il a été porté par l’Atelier du Plateau et ses deux co-directeurs: Laetitia Zaepffel et Mathieu Malgrange.
Il nous a confirmé l’impérieuse nécessité de retraverser les mers pour partager ce projet artistique innovant, pour briser le silence et … Se retrouver entre cousins.
Jean Rémy Guédon L’Ensemble Archimusic Archimusic vit, respire, gronde, crie, murmure, souffle, râle, chante, siffle et joue une musique unique ; Cohabitation de différents courants musicaux (classique, jazz, contemporain) dont sont issus les musiciens de l’Ensemble.
Avec son instrumentation originale, Archimusic explore les compositions de Jean-Rémy Guédon depuis quatorze ans. Une musique à la fois savante et ludique, très visuelle et concrète, facétieuse et surprenante, qui nous donne à vivre une curieuse alchimie des musiques d’aujourd’hui, mêlant subtilement l’écrit et l’improvisé. Après huit années de pratiques musicales mêlées, l’Ensemble nous invite à explorer la relation entre les sons et les mots : De Jean Arp « 13 Arpents de malheur », au marquis de Sade avec « Sade Songs », de Jacques Rebotier « Sur le Dos de la Langue », à Cervantès « Don Quichotte Again! » entre autres.
Chaque musicien est conduit à déplacer son champ de pratique habituel sans pour autant le renier, afin de réaliser la fusion de jeu nécessaire à la cohésion de l’ensemble. Un chassécroisé continuel se crée entre l’improvisé et l’écrit : tantôt une courte formule musicale ou le simple geste de l’un des musiciens déclenche le jeu d’une partie écrite ; tantôt c’est l’écrit qui commande l’improvisé. La pâte sonore développée par l’ensemble est devenue l’outil de prédilection du compositeur pour présenter une musique vivante où la diversité des influences et des pratiques se conjugue en un tout dans un constant souci d’altérité.
Depuis 2002, l’octuor intègre d’autres formes d’expression artistique : la présence de comédiens, danseurs, scénographes, metteurs en scène l’atteste. Les différentes disciplines peuvent aujourd’hui fusionner par le biais de la musique, son « aptitude à conduire le temps » en fait le garant de la bonne marche du spectacle.

Discographie de l’ensemble
Archimusic (1995) – label Quoi de Neuf Docteur distribution Night and Day
Parthéos (1998) – label Quoi de Neuf Docteur distribution Night and Day
13 Arpents de Malheur (2001) – label Le Triton distribution Musea
avec Laurence Masliah, comédienne. (Disque d’émoi, jazz magazine)
Sade Songs (2006) – label Le Chant du Monde /Harmonia Mundi. (FFFF Télérama)
avec Elise Caron, chant.

L’Ensemble Archimusic a donné de nombreux concerts :

Maison de Radio-France, Les Instants Chavirés, Théâtre d’Ivry, Festival de Tournon, Théâtre

de Tulle, Festival de Rive de Giers, Théâtre de Vénissieux, Festival de Cluny, Festival en

Othe, Festival Jazz sous les Pommiers, Maroquinerie, Cité Internationale de Paris, Festival

Africolor, New Morning, Cotonou (Bénin) en collaboration avec l’Atelier u Plateau…