Il nous faut l’Amérique !

Potemkine et Gigolo, la naissance de l'afropéen littéraire

Print Friendly, PDF & Email

Le présent article propose une réflexion sur « le triangle » esthétique et idéologique entre l’Afrique, l’Europe et les Amériques de manière générale, mais plus significativement les États-unis. L’idée qui gouvernera l’ensemble de cette étude est contenue dans l’absolu impératif du titre que nous empruntons à une pièce du dramaturge Koffi Kwahule1. Pour les protagonistes de cette pièce, seule l’Amérique est assez grande pour accueillir le plus grand des mythes, celui qui survivra à l’apocalypse, « la femme orchidée ». Il y a donc dans ce détour, une symbolique de survivance post-apocalyptique qui dépasse de loin les visées économiques d’opolo et son compère Topitopi2 et qui peut avoir plusieurs applications; se matérialiser dans plusieurs domaines notamment culturels.

NOUS CHOISISSONS DE COMMENCER cette exploration textuelle du « détour » américain par un de ses aspects les plus tardifs, si l’on considère le phénomène dans son ensemble. L’afropéani...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications