Jours de Sadate

De Mohamed Khan

Print Friendly, PDF & Email

Au festival de Carthage 2002, Jours de Sadate était présenté dans le cadre d’un hommage à l’acteur Ahmed Zaki (qui avait déjà reçu en 1992 le prix du meilleur acteur). La salle bourrée à craquer du Colisée lui réserva un triomphe, se levant unanimement pour l’applaudir. Cet acteur très populaire a produit et interprété ce film réalisé en hommage à Anouar Sadate et dédié à son successeur Hosni Moubarak.
Longue reconstitution chronologique de la vie de Sadate, le film s’attache à dépeindre un homme honnête, pénétré de sa relation avec Nasser mais aussi soucieux de sa famille malgré les aléas de son combat avant le coup d’Etat militaire de 1952 puis des années de pouvoir. Il le place en fin politique, s’arrêtant longuement sur son intelligence à déjouer les manœuvres de ceux qui cherchaient à l’évincer du pouvoir. Il n’hésite pas non plus à le dépeindre sous un jour autoritaire, notamment dans son rapport avec les jeunes, rabrouant un étudiant à qui il avait pourtant donné la parole. Il insiste sur les libertés qu’il a donné aux frères musulmans pour se maintenir au pouvoir en fragilisant ses adversaires, et qui finiront par l’assassiner. Il laisse une grande place à son voyage en Israël et à sa maturité politique qui le conduisait « à ne faire la guerre que si c’était une nécessité ».
Des flash-back fréquents sur son enfance paysanne et ses références au pouvoir du peuple pour se tirer des passes difficiles situent Sadate dans le droit fil de l’héritage nassérien sans masquer l’utilisation politique qu’il pouvait en faire.
Malgré une facture très classique, le film profite de l’utilisation intelligente de documents d’époque et de l’épaisseur d’interprétation d’Ahmed Zaki pour livrer une peinture historiquement intéressante et humainement parlante d’un personnage contradictoire.

Egypte, 2001,avec Ahmed Zaki et Mirvet Amine.///Article N° : 2677


Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications